Jardin et potager

Marguerite : la fleur qu’on aime à la folie !

Une petite sauvage aux accents champêtres

Un peu, beaucoup, passionnément… Comme la pâquerette, la marguerite se laisse effeuiller sans broncher. Botanique, culture, entretien et propriétés, partons à la découverte de cette jolie fleur sauvage qui s’apprivoise aussi au jardin.

La marguerite en botanique

Appartenant à la grande famille des Astéracées (comme la camomille, l’échinacée ou l’artichaut), la marguerite est une plante herbacée du genre Leucanthemum. Disposée en touffes, elle arbore une longue tige ridée de 30 cm à 1 m, ornée de feuilles lobées et dentelées d’un beau vert soutenu.

Une fois fleurie, elle se reconnaît surtout par son somptueux capitule floral à ligules blanches – improprement appelées « pétales » – entourant des fleurons tubulés jaunes – qui forment son « cœur ».

La marguerite englobe une vingtaine de variétés, tantôt annuelles tantôt vivaces, qui diffèrent essentiellement par la structure de leurs fleurs : simples, doubles ou torsadées. On compte ainsi les marguerites dites de printemps, comme la marguerite commune ou la reine de mai, et les marguerites d’été de floraison plus tardive : grande marguerite, aglaïa, étoile d’Anvers…

Où poussent les marguerites ?

Très présente dans nos contrées, la marguerite se rencontre majoritairement dans les prés, les accotements ou les sous-bois clairs. Originaire d’Europe et d’Asie, elle se déniche jusque dans les régions les plus septentrionales, à l’exception de l’île norvégienne du Spitzberg.

Quelle est la différence entre une pâquerette et une marguerite ?

Levons l’ambiguïté une bonne fois pour toutes ! Si elle fait également partie des Astéracées, la pâquerette se distingue de la marguerite par sa petite taille, qui ne dépasse pas 4 à 20 cm de hauteur. Autre petite astuce pour les différencier : la couleur des pétales. La pâquerette présente des ligules blanches virant parfois au rose, tandis que celles de la marguerite sont (sauf exception) d’un blanc immaculé.

Quelles sont les différentes variétés de marguerite ?

Sans les lister de manière exhaustive, voici les principales variétés de marguerite que vous pourrez rencontrer.

La marguerite commune

De nom latin Leucanthemum vulgare, la marguerite commune est l’archétype de celles qui peuplent nos jardins. Elle donne ainsi naissance à de grandes fleurs simples de 3 à 5 cm de diamètre qui éclosent entre mai et juin.

La marguerite d’été

La plus connue des marguerites d’été reste certainement la grande marguerite (Leucanthemum superbum). Ses magistraux capitules simples mesurant entre 12 et 20 cm de diamètre s’établissent au sommet d’une tige avoisinant les 90 cm. Fleurissant de juillet à septembre, cette marguerite géante trône fièrement au sein d’un bouquet champêtre une fois coupée.

La marguerite jaune

Pour ensoleiller son jardin, il est également possible d’opter pour des variétés jaunes. Lancée en 2014, la Goldfinch propose une forme semi-double singulière, avec des ligules blanc orangé d’aspect plumeux.



Bien que n’appartenant pas au genre Leucanthemum, la variété sud-africaine Euryops pectinatus d’un splendide jaune vif est parfois appelée « marguerite des savanes ». Elle séduira tous les amateurs de fleurs qui résident en bord de mer.

Marguerite sur de près : capitule et pétales rose orangé
Marguerite du Cap

Quand et comment planter des marguerites ?

Les marguerites se plantent idéalement au début du printemps dans un climat froid et humide, ou en automne entre septembre et octobre. Elles ne fleurissent cependant qu’à partir de la deuxième année : un peu de patience !

Peu exigeante en termes de nature de sol, cette fleur se plaît au soleil et peut se contenter d’une exposition mi-ombragée dans les régions méridionales. Très rustique, elle peut supporter des températures entre – 15 et – 20 °C.

Une plantation réussie

Pour un rendu harmonieux en pleine terre, comptez approximativement 6 godets/m². Commencez par humidifier les racines en les plongeant dans l’eau. Désherbez et ameublissez l’emplacement tout en mélangeant la terre avec un peu de compost. Il ne vous reste plus qu’à planter vos marguerites en tassant bien le sol avec la main, puis à arroser copieusement.

Marguerite en pot

Vous pouvez aussi la planter en pot, à condition d’utiliser un bac percé pour faciliter le drainage. Misez sur un terreau de plantation mêlé à une terre de bonne qualité.

Entretien : comment s’occuper des marguerites ?

Côté arrosage, sustentez vos marguerites régulièrement (surtout en période chaude) sans toutefois tomber dans l’excès. Le substrat doit rester frais. Paillez éventuellement le sol pour conserver sa fraîcheur plus longtemps.

Enfin, n’hésitez à tuteurer les plus hautes ou les plus grosses variétés pour les décharger du poids des capitules.

Des parasites par ici ? Rarement malade, la marguerite peut attirer tout au plus quelques pucerons, limaces ou escargots. Généralement, aucune intervention humaine n’est nécessaire. Une bonne nouvelle pour tous les jardiniers en herbe !

Marguerites coupées dans un pot en métal, ambiance champêtre sur fond de bois

Où couper les marguerites fanées ?

En ôtant les fleurs fanées, vous redonnerez à votre plant une vigueur nouvelle en le forçant à se concentrer sur la production de nouveaux boutons floraux. À l’aide d’un sécateur, coupez-les de préférence à ras du sol. Vous pouvez également en laisser quelques-unes pour qu’elles ressèment naturellement.

Est-ce que les marguerites se mangent ?

Tout à fait ! À la manière du pissenlit, ses jeunes pousses à la saveur aromatique et sucrée se consomment crues en salade ou façon tombée d’épinards à la poêle. Quant aux fleurs séchées, elles subliment les infusions bien-être grâce à leurs propriétés antispasmodiques, digestives et apaisantes.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page