4 alternatives étonnantes pour lutter contre les émissions de CO2

Depuis dix ans, les techniques de géo-ingénierie, qui visent à modifier le climat à grande échelle, enflamment les esprits. Certains y voient l’expression de l’arrogance technologique de l’homme. D’autres les considèrent comme un plan B indispensable si on ne parvient pas à réduire les émissions de CO2. Voici 4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2.

Blanchir toits et montagnes

Plus une surface est claire, moins elle absorbe de rayons et de chaleur. Des chercheurs de l’université Concordia (Québec) ont calculé que si on blanchissait tous les toits et trottoirs de la Terre en cinquante ans, cela permettrait de moins recourir à la climatisation et d’éviter l’émission de 130 à 150 milliards de tonnes de CO2, soit la pollution du parc auto mondial sur cinquante ans. D’après la Royal Society britannique, le coût est trop élevé (300 milliards de dollars) et la surface concernée trop faible (0,05%) pour garantir un refroidissement du globe. Sans compter qu’il faudrait peut-être davantage chauffer en hiver… Autre stratégie, au Pérou, un ingénieur a peint une montagne à la chaux, ce qui a permis de faire revenir localement un peu de glace.


4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2
4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2

Expédier des miroirs dans l’espace

Un astronome américain, propose d’envoyer à 1,5 million de km de la Terre des milliards de petits miroirs en nitrure de silicium (une céramique très résistante) qui pourraient détourner 1,8% du rayonnement solaire. Ces miroirs seraient expédiés par conteneurs grâce à un canon électromagnétique. Mais le prix serait prohibitif (10 000 €/ kg) et l’opération engloutirait beaucoup d’énergie (30 kg de charbon/kg), ce qui émettrait des gaz à effet de serre et… réchaufferait la Terre.

4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2
4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2

Pulvériser du soufre dans la stratosphère

En 1991, les cendres projetées lors de l’éruption du Pinatubo (Philippines) ont suffisamment assombri la terre pour refroidir le climat de 0,5 °C pendant un an. Pourquoi alors ne pas mimer cet effet en envoyant des aérosols, par exemple du soufre, dans la stratosphère (à plus de 10 km d’altitude) ? Mais pour compenser le réchauffement lié au doublement des gaz à effet de serre, il faudrait affréter un million de vols par an ! De plus, si ces injections sont effectuées dans l’hémisphère Nord, elles risquent de se traduire par des sécheresses catastrophiques au Sahel. Dans l’hémisphère Sud, elles boosteront les moussons africaines, mais provoqueront des sécheresses au Brésil.




4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2
4 alternatives incroyables pour lutter contre les émissions de CO2

Extraire le CO2 de l’air ambiant

Avec de l’eau et de la soude caustique, il est facile d’extraire du CO2 de l’air, par exemple dans les sous-marins, mais l’affaire se corse pour l’isoler de l’air ambiant où il n’est concentré qu’à 0,04%. D’après la Société américaine de physique, il faudrait construire cinq machines de 1 km de long et de 10 m de haut pour aspirer un seul million de tonnes de carbone par an. Ensuite, il faudrait stocker ce CO2 par exemple dans las formations géologiques profondes du sous-sol, les aquifères salins ou dans les sédiments rocheux sous la mer.




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *