Jardin et potager

Le ver de terre commun au secours de votre potager

Découvrez le rôle du lombric au potager : aérer et fertiliser le sol

Le ver de terre (ou lombric commun) en répugne plus d’un pour son apparence. Pourtant, ce petit animal est très utile à tout jardinier qui se respecte.

Au potager, le sol constitue une couche superficielle et nourricière pour les plantes. Pour leur croissance, il est important que ce sol soit aéré et fertilisé. Une méthode naturelle existe, à portée de tous les jardiniers, pour aérer son sol et fertiliser son potager : le ver de terre !

Découvrez le rôle des petits lombrics au potager : aérer et fertiliser le sol

Le ver de terre joue plusieurs rôles indispensables pour un jardin productif et naturel :

  • Il laboure et aère les sols en creusant de nombreuses galeries.
  • Il ameublit les sols.
  • Il favorise l’infiltration d’eau tout en évitant le ruissellement, excellent pour lutter contre l’érosion.
  • Il décompose la matière organique, les débris de plantes…
  • Il fertilise les sols grâce à ses déjections.
  • Il minéralise le sol grâce aux minéraux qu’il ingère et qu’il remonte à la surface.

Essentiel à la structuration et à la fertilisation des sols, le ver de terre donne aux plantes les nutriments nécessaires à leur croissance.

En effet, doté d’un grand tube digestif et d’une bouche, le ver de terre se nourrit de matières organiques (déchets végétaux et animaux), qu’il digère, puis recycle. Cette matière est assimilée par les plantes après le travail de micro-organismes.

Architecte du sol, le ver de terre laboure, structure, et creuse des galeries. Grâce à ces galeries, l’eau pénètre le sol et les plantes peuvent plonger leurs racines plus profondément. Il forme de l’humus, créant ainsi un sol plus meuble et plus aéré.

ver de terre

Quelles sont les caractéristiques physiques du ver de terre ? Un peu d’infos…

Le ver de terre a des caractéristiques physiques surprenantes.

Il peut avoir plusieurs paires de cœurs (de 5 à 7), trois paires de reins, et respire à travers la peau.

Il n’a pas de pattes non plus, mais son corps est strié d’anneaux successifs. Ces anneaux, aussi appelés « segments », sont composés de deux paires de courtes soies sur la face ventrale qui lui permettent de se déplacer. On peut voir sur leur corps une zone gonflée, appelée aussi clitellum, ou « bague », signe distinctif des adultes en âge de se reproduire.



Le deuxième segment est le péristomium, il porte la bouche. Le dernier segment est appelé périprocte, et constitue l’anus du ver.

La couleur du ver de terre varie d’espèce en espèce, dans des nuances allant du rose au marron, parfois avec des reflets violets. Certaines espèces peuvent être très colorées : orange, turquoise, etc…

Il existe trois grands types de ver de terre :

  • Les épigés : ceux-ci vivent à la surface des sols.
  • Les endogés : ceux qui creusent les galeries superficielles. Ils sont pâles et transparents.
  • Les anéciques : ceux qui creusent les galeries verticales et profondes, et qui ont un rôle important à jouer pour les sols agricoles.

Où vit le ver de terre ?

Le ver de terre vit de préférence dans les sols mi-lourds limoneux à limono-sableux. Il n’aime pas les sols argileux et lourds et les sols sableux et secs.

Les trois grands types de vers de terre se distinguent notamment par leur habitat : les épigés vivent dans les premiers centimètres du sol, les endogés en profondeur et les anéciques, qui se déplacent de la surface jusqu’en profondeur.

poignée de vers de terre tenue dans une main
Un sol vivant

Quelle est l’alimentation du ver de terre ?

L’alimentation du ver de terre est très importante pour son développement. Elle doit être riche et variée.

Elle est composée de matières organiques très diverses : tontes de jardin, épluchures de légumes, feuilles en décomposition, marc de café, coquilles d’œuf.

Le ver de terre se nourrit également d’organismes vivants comme les nématodes, les protozoaires, les rotifères, les bactéries et les champignons.

Quelle est la durée de vie du ver de terre ?

La durée de vie du ver de terre varie entre 2 et 8 ans en fonction de son espèce.

La reproduction du ver de terre

 La reproduction des vers de terre ne peut se faire que lorsqu’ils ont atteint leur maturité sexuelle (à environ 3 mois), cela se reconnaît grâce à la naissance d’un bourrelet qui s’épaissit sur le corps. Ce bourrelet est appelé clitellum.

Les vers de terre sont hermaphrodites (à la fois mâle et femelle).

L’accouplement se fait en général à la surface du sol, en périodes humides, au printemps (mars-avril) ou à l’automne (septembre-octobre), et de préférence le soir.

La reproduction se fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, les deux vers de terre (mâle et femelle) se collent l’un à l’autre tête bêche en sécrétant une substance blanche et collante au niveau de leur clitellum. Puis, la femelle expulse ses œufs, qui sont eux-mêmes enveloppés d’un mucus formant un cocon. Enfin, ce cocon, passant devant l’appareil génital du ver mâle, est fécondé grâce à l’expulsion de spermatozoïdes.

 

scène de reprocution par les clitellum de vers de terre hermaphrodites
Reproduction des vers de terre

La gestation est d’environ 3 semaines et chaque œuf contient de 2 à 4 petits vers de terre. Les vers de terre pondent une centaine d’œufs par an.

Un ver de terre peut-il vivre dans l’eau ?

À l’origine, le ver de terre est un animal terrestre. Mais, il a la capacité de respirer dans l’eau, tant qu’elle contient suffisamment d’oxygène. Il fuit l’eau de pluie, qui en contient très peu.

Quelle est la famille du ver de terre ?

Le ver de terre appartient à la famille des annélides, caractérisés par un corps en forme de ver constitué de nombreux segments semblables. Parmi les annélides, le ver de terre est qualifié d’oligochète, c’est-à-dire portant peu de soies (2 paires par segment).

Comment faire venir des vers de terre au jardin ?

Pour sauvegarder et augmenter la présence de vers de terre dans nos jardins, quelques techniques efficaces existent aujourd’hui.

Tout d’abord, il est conseillé de ne pas labourer le sol trop profondément pour ne pas gêner les vers de terre, voire les tuer. Pour cela, utilisez une grelinette, outil de jardinage qui aérera votre sol sans les perturber.

Il est également recommandé de travailler un sol sec. Lorsque c’est le cas, les vers se cachent dans les profondeurs et sont moins accessibles.

Le sol doit être protégé et couvert par de la matière organique. Cela permettra aux vers de terre d’être isolés du froid.

Le tassement trop important du sol est proscrit pour favoriser le développement des vers de terre.

Enfin, tentez de proposer une alimentation variée aux vers de votre sol : en pratiquant la rotation de cultures, la diversification des cultures et des apports organiques, en plantant des légumineuses pour apporter de l’azote dans le sol, etc.

Quelle taille peut atteindre un ver de terre ?

La taille du ver de terre varie en fonction des espèces (3000 dans le monde) et peut atteindre jusqu’à 3 mètres !

Quelle est la différence entre un ver de terre et un lombric ?

Le ver de terre est communément appelé lombric. Pourtant, le lombric est un genre de ver de terre.

La vie du sol au jardin
Prix mis à jour le 5-10-2022 à 4:31 AM.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page