Bien-être et santé

La lèpre : elle existe encore

Elle évoque le Moyen-Age et ses maladreries. Pourtant, la lèpre affecte trois millions de personnes dans le monde : dont une centaine de cas en France, concentrés dans les Départements et Territoires d’Outre-Mer.

La lèpre, une maladie infectieuse

Des taches de dépigmentation de la peau et des pieds sans orteils : nous avons tous ces images en tête. Aussi appelée maladie de Hansen c’est une maladie infectieuse chronique, due à une bactérie, Mycobacterium leprae, proche de l’agent responsable de la tuberculose.

C’est le norvégien Gerhard Armauer Hansen, qui identifia la bactérie de la lèpre en en 1873. Elle aura marqué l’Histoire de l’Europe, introduite successivement par les légions de Pompée, les Croisés, les Vikings, les Sarrasins depuis l’Espagne. Elle atteindra son apogée au XIIIe siècle.

Les causes de la lèpre

Cette bactérie s’attaque d’abord à la peau puis aux nerfs périphériques, avant d’atteindre les membres, qu’elle paralyse et mutile. Elle touche aussi la vue jusqu’à la cécité.

Elle se transmet entre êtres humains : par la salive et les gouttes nasales, et par le contact répété ou prolongé avec les lésions d’une personne malade.

Cette maladie infectieuse évolue lentement : la période d’incubation est d’en moyenne cinq ans, mais peut aller jusqu’à vingt ans. Une longue période asymptomatique, au cours de laquelle la personne infectée est contagieuse. En revanche, trois mois après le traitement, elle ne l’est plus.

Une maladie infectieuse
Une maladie infectieuse

La lèpre tuberculoïde

Des deux formes de lèpre existantes, la lèpre tuberculoïde est la plus répandue. C’est aussi la moins sévère et celle dont on guérit totalement, pourvu que l’on ait accès au traitement.

Les deux formes de lèpre provoquent tout d’abord une « lépride », une dépigmentation et une désensibilisation de la peau : mais dans le cas de la lèpre tuberculoïde, ces taches claires ne contiennent pas le bacille. Le sujet n’est pas contagieux.

L’autre grand symptôme de la forme tuberculoïde est l’atteinte musculaire : troubles de la sensibilité du coude, du nerf sciatique, des nerfs faciaux, jusqu’à la paralysie, toujours faute de soins.



La tuberculoïde est celle des personnes ayant un système immunitaire sain. Le test en est la « réaction de Mitsuda » : l’organisme réagit contre la maladie.

La lèpre lépromateuse

La lèpre lépromateuse est la forme sévère et contagieuse de cette malaide. Elle est celle des personnes au système immunitaire affaibli. Elle évolue par poussées, et met en danger la vie de la personne, au bout de dix à vingt ans.

Les deux principaux symptômes en sont les lépromes, des nodules cutanés qui touchent en particulier le visage (le front et les arcades sourcilières) et les atteintes des muqueuses : le nez, avec des rhinites hémorragiques, voire l’effondrement de la fosse nasale.

L’évolution de la forme lépromateuse est ensuite neurologique, viscérale (ganglions au foie) et squelettique (les cartilages et les os).

Une maladie de la pauvreté ?

En 2005, l’Organisation Mondiale de la Santé avait déclaré que la lèpre n’était plus une question de santé publique. Or, 200 000 nouveaux cas se déclarent encore chaque année.

A elle seule, l’Inde recense 70% des cas. Les autres pays les plus touchés sont le Brésil (30 000 cas) et certains pays d’Afrique : la situation du Congo est éloquente, qui voit une recrudescence de la maladie.

Cette maladie infectieuse est conditionnée par la malnutrition, le manque d’hygiène, la densité de population. Et par le non accès aux soins : si bien qu’elle reste une maladie du pauvre. Et à ce titre, une maladie stigmatisante.

D’ailleurs, elle touche aujourd’hui à 20% des enfants, dont une bonne part ont déjà développé des infirmités.

Maladie présente en Inde, au Brésil et dans certains pays d'Afrique
Maladie présente en Inde, au Brésil et dans certains pays d’Afrique

La lèpre, quel traitement ?

La lèpre est une maladie qui se soigne : le traitement en est une polychimiothérapie (PCT), association de trois antibiotiques : la Dapsone, la Rifampicine, la Clofazimine. La durée du traitement est de six mois à deux ans, selon la gravité d’atteinte.

On estime à quinze millions, le nombre de personnes guéries de la lèpre depuis les années 1980. A noter que le BCG, le vaccin contre la tuberculose, protègerait en partie contre cette maladie. Et qu’il y a une immunité croisée entre la lèpre et la tuberculose.

Si je voyage ?

Si vous voyagez même en Inde, votre risque de contracter la lèpre est très faible : 95% des personnes sont naturellement immunisées. Il est presque improbable que vous l’attrapiez lors d’un voyage dans un pays où la lèpre est présente : elle reste une maladie peu contagieuse, qui ne se transmet pas si facilement.

La lèpre en France

On recense aujourd’hui 250 cas de lèpres en France, de personnes toutes originaires des départements et territoires d’outre-mer, ou de l’étranger. Hors métropole, des cas de lèpre existent en Guyane (seize recensés), en Polynésie (trois). Mais c’est surtout à Mayotte, que les cas sont les plus nombreux : plus d’une cinquantaine, liés à la présence de la lèpre dans la région du canal du Mozambique.

Pour en savoir plus

Les questions de bien-être au naturel vous intéressent ? Consultez ces articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer