Animauxfeatured

La leishmaniose du chien, à ne pas prendre à la légère

Votre fidèle compagnon maigrit, présente des lésions cutanées voire saigne du museau. Attention, surtout si vous habitez ou bien avez séjourné sur le pourtour méditerranéen, il a peut-être contracté la leishmaniose. Focus sur cette maladie à ne pas prendre à la légère !

Comment s’attrape la leishmaniose ?

Un moustique qui remonte vers le Nord !

La leishmaniose est une maladie due à un protozoaire, la leishmanie – Leishmania infantum. Ce parasite se transmet au chien par un moustique, le phlébotome, qui vit principalement sur le pourtour méditerranéen.

Néanmoins, le phlébotome a tendance à étendre son aire géographique aux zones plus continentales de la vallée du Rhône, du nord-ouest de l’Italie et de l’Allemagne. Et est également présent en Amérique Latine en particulier au Brésil, mais aussi désormais en Amérique du Nord.

C’est la femelle du phlébotome, qui est hématophage. Exclusivement nocturne, elle peut piquer un chien jusqu’à une centaine de fois par heure. En extérieur, uniquement, l’intérieur des habitations ne l’attirant pas.

Tout savoir sur la leishmaniose du chien
Tout savoir sur la leishmaniose du chien

Observez les symptômes pour poser un diagnostic précoce !

Le système immunitaire

Lorsqu’elle pique votre chien, elle y dépose les charmants parasites : de préférence aux oreilles, au museau ou encore aux pattes. A la bonne auberge, les leishmanies entreprennent alors de coloniser les cellules de votre chien, direction l’ensemble de ses organes.

Le système immunitaire du chien s’en trouve en premier affecté, avant une dégradation du foie, de la rate, et surtout des reins, talon d’Achille du chien.

La période d’incubation est variable, selon qu’il s’agit d’une leishmaniose cutanée (plusieurs semaines à plusieurs mois d’incubation) ou bien viscérale (d’un à six mois). Certains chiens vivant sur place sont parfois asymptomatiques ; mais sont des « chiens réservoirs ». Lorsqu’elle les pique, la femelle du phlébotome s’approvisionne à nouveau !

Les lésions occasionnées par la leishmaniose étant irréversibles, ne prenez jamais à la légère certains symptômes : un amaigrissement de votre chien, des lésions cutanées en particulier de la truffe, des oreilles et des coussinets des pattes.



Puis les reins

Votre chien développe ensuite des griffes plus longues qu’à la normale (les fameux ongles de fakir), a les ganglions qui gonflent, présente des troubles oculaires, saigne du museau. Et souffre d’une insuffisance rénale, qui se traduit par une soif et une envie d’uriner excessives.

Vous aurez, bien sûr, consulté avant l’apparition de ces derniers symptômes : un diagnostic précoce évite précisément les lésions irréversibles : en particulier les lésions rénales, potentiellement mortelles pour votre compagnon.

Mieux vaut prévenir que guérir

La sérologie, mais aussi une biopsie de lésions cutanées et la ponction des ganglions permettent le diagnostic. Pour efficace, le traitement (généralement une injection quotidienne de Glucantime pendant un mois associé à de l’allopurinol 3 en comprimés tous les jours pendant toute la vie de votre chien) est long et contraignant.

Ce traitement long permet de venir à bout des symptômes de la leishmaniose, mais pas toujours totalement du parasite. Si ses organes sont préservés, la rechute n’est, de ce fait, jamais totalement exclue.

D’où l’intérêt de la vaccination : disponible en France depuis 2011, il se pratique selon trois premières injections, puis un rappel annuel. De quoi épargner votre compagnon.

Tout savoir sur la leishmaniose du chien
Tout savoir sur la leishmaniose du chien

Autre mesure de précaution : dès lors que vous séjournez dans une région où le phlébotome est présent, ne laissez jamais votre chien à l’extérieur, à la tombée de la nuit.

Transmission possible à l’homme

Enfin, la leishmaniose est une zoonose : elle se transmet du chien à l’homme et réciproquement. Les anti-moustiques classiques sont bienvenus. Mais, réellement, concernant votre chien, le vaccin est la meilleure précaution.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous recommande :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page