Bien-être et santé

Le lait d’ânesse, seulement pour les ânes ?

Très tendance, le lait d’ânesse. Pourtant, pas vraiment de quoi s’en faire tout un film.

Définition et présentation

Comme tout mammifère, l’ânesse produit du lait pour nourrir son petit : du moins tant que celui-ci ne lui est pas retiré et à quantité d‘un à deux litres par jour, soit vingt fois moins qu’une vache. Mais il est vrai que le lait d’ânesse est, avec celui de la jument, le plus proche du lait maternel, avec un taux de lipides bas (entre 0,3 et 1, 8 g pour 100 g) et un taux de lactose élevé (entre 5,8 et 7,4 g pour 100 g).

Le lait d’ânesse a également un taux de protéines bas, ce qui le rend hypoallergénique. En même temps, il est riche en oméga 3 et surtout en une protéine, le lysosyme, qui est un antibactérien : cette enzyme coupe la membrane des bactéries, propriété néanmoins non encore prouvée sur l’Homme.

Les dessous du lait d'ânesse
Les dessous du lait d’ânesse

Le lait d’ânesse, une légende ?

Cléopâtre de Mankiewicz a immortalisé en 1963 Liz Taylor dans son bain au lait d’ânesse, gage de son impérissable beauté fatale. Et le premier spot publicitaire réalisé par Georges Lautner en 1984 a inspiré presque tous les autres : le savon précieusement apporté sur un coussin, puis voguant sur sa barque de papyrus. C’est beau !

Sauf que même la légende aurait un bug : selon les historiens, ce ne serait pas Cléopâtre mais Popée, la femme de Néron, qui se serait offert des bains au lait d’ânesse. En tous les cas, les écrits des romains (l’historien Dion Cassius et le naturaliste Pline l’ancien) l’attestent, pendant que les traces du côté de l’Egypte sont absentes.

Quant à la beauté divine de Cléopâtre, elle a été fixée par le buste de Cherchell, réalisé bien des années après la mort de celle-ci. Il confirme qu’elle avait les traits lourds et le nez proéminent. Pas exactement Liz Taylor !

Des bienfaits ?

Le lait d’ânesse pour les bébés

Le pape François a déclaré avoir été nourri avec ce lait en complément du lait maternel : et a choisi son nom de pape en référence à Saint-François d’Assise, qui aimait les animaux. Mieux, en 2014 et justement en référence au film consacré à Saint-François, l’entreprise italienne Eurolactis Italiacon a offert au pape deux ânes, Théa et Noé, ainsi qu’une réserve de lait d’ânesse à l’intention des enfants de l’hôpital pédiatrique du Saint-Siège.

Il faut dire que Pierluigi Orunesu, le fondateur de cette entreprise, a grandi à Tolochenaz en Suisse, dans la maison d’Audrey Hepburn. Et que son asinerie de Mont-Baducco recense neuf-cents ânes, ce qui n’est pas mal. Il se dit aussi que les nouveaux-nés prématurés auraient une plus grande chance de survie grâce au lait d’ânesse. Sauf qu’aucune étude sérieuse ne l’a prouvé.

Attention à ne pas prendre par vous-même l’initiative d’alimenter votre bébé avec du lait d’ânesse, moins riche en protéines que le lait de vache et qui risquerait de lui occasionner un retard de croissance. S’il est allergique à la caséine, cette protéine du lait de vache à laquelle beaucoup d’adultes sont intolérants, les laits en poudre premiers âges répondent de façon fiable à leurs besoins. Et puis, trouver du lait d’ânesse au quotidien est rare et plus cher.



Le lait d’ânesse et la peau

C’est plutôt ce marché, qui s’est développé : au pire, ce lait ne fait pas de mal.

Eczéma, acné, peau sèche, et même rides : le lait d’ânesse n’a pas de vertus curatives. Disons qu’il peut soulager, surtout dans la mesure où il fait prendre conscience que le savon est agressif pour la peau. Il la dessèche au lieu de l’hydrater.

Mais le lait d’ânesse n’a pas de propriétés en propre avérées.

Le lait d’ânesse et le psoriasis

Le journaliste Michael Theodoulou souffrait de psoriasis. Ce chroniqueur (pour le Times, le Christian Science Monitor, etc) basé à Nicosie est allé voir la ferme du docteur Photis Papademas, qui propose des cures de lait d’ânesse. Au bout de trois mois, le journaliste aurait été soulagé de son psoriasis.

Possible, sauf que le lait d’ânesse (ou autre) hydrate en effet la peau : mais les cellules mortes, soit celles qui s’apprêtent à tomber. Le psoriasis est une maladie auto-immune, que l’application de lait sur les cellules mortes de l’épiderme ne soigne pas. Ce journaliste exercerait donc un peu bizarrement son métier.

Le lait d’ânesse et l’écologie

Le hic est que l’ânesse n’est pas une lapine : elle a au mieux, un ânon tous les deux à trois ans, avec une période de gestation de douze à treize mois. Si bien que beaucoup d’asineries se transforment un peu en fabriques à saucissons : ainsi finissent tous ces ânons qui ne servent pas à la production.

Face à la demande, les produits au lait d’ânesse en contiennent parfois bien peu. Si vous êtres, malgré tout tenté, attention à ce que ce lait d’ânesse soit bio… et que le produit en contienne.

Où en trouver et à quel prix ?

Si vous voulez (faire) boire du lait d’ânesse, sachez aussi qu’il ne se conserve pas très longtemps. En France, les asineries existent presque partout que le territoire.

Les dessous du lait d'ânesse
Les dessous du lait d’ânesse

Le savon de 100g se vend en moyenne à cinq euros (frais de port non compris) et la crème et le lait hydratants pour le corps à un peu plus de vingt euros.

Le lait cru se vend environ vingt euros. Il se vend aussi en plaques surgelées (un ou deux kilos) ou lyophilisé (sachets de 500 gr).

Voilà, faites ce que vous voulez, mais vous êtes prévenus !

Pour en savoir plus

Le bien-être au naturel vous intéresse ?

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer