Maison au naturel

Écolabel Européen : la fine Fleur de la certification

Le seul label écologique officiellement reconnu en Europe

Très présent sur le territoire français, l’Écolabel Européen concerne des produits aussi variés que des téléviseurs, du linge de maison ou des produits cosmétiques. Bien distinct des labels biologiques, il offre tout de même de bonnes garanties environnementales et sanitaires. Découvrons ensemble cette petite fleur qui pousse sur nos packagings.

Écolabel européen : définition

Créé en 1992 par la Commission européenne, l’Écolabel Européen – aussi connu sous le nom d’EU Écolabel – récompense les biens et les services réduisant leurs impacts négatifs sur l’environnement et la santé, sans compromettre la qualité. Couvrant l’intégralité du cycle de vie des produits, de leur fabrication à leur utilisation, il s’inscrit dans une optique de consommation durable.

Répondant à la norme internationale ISO 14024, ce label écologique est reconnu et exploitable par tous les pays de l’Union Européenne – et reste le seul à bénéficier officiellement de ce statut.

Initialement, son instauration visait un objectif double : fournir une réponse à des consommateurs en demande de transparence, et apporter une information rigoureuse et fiable lors de la mise sur le marché.

Après l’Italie, la France reste le deuxième pays présentant le plus de produits labellisés EU Écolabel. D’après les chiffres de septembre 2020, la France dénombre 323 entreprises titulaires de l’Écolabel européen, avec tout de même 6 860 références certifiées.

Pictogramme de l’Écolabel Européen

Aisément distinguable, le logo de l’Écolabel Européen représente une fleur, dont les pétales dessinent les douze étoiles du drapeau de l’Europe. Ce label écologique est d’ailleurs encore connu sous le nom éloquent de « la Fleur ».

La fleur : logo de l' écolabel européen
La fleur : logo de l’ écolabel européen

Comment obtenir l’Écolabel Européen ? Le critères

Fabricants, distributeurs ou prestataires de services, tous peuvent prétendre à l’Écolabel Européen. Deux conditions sont toutefois requises :

  • le produit proposé doit rentrer dans l’une des 24 catégories couvertes ;
  • le produit doit être commercialisé dans l’espace économique européen.

Précision importante, la candidature à cet écolabel reste une démarche volontaire, et ne relève en rien d’une obligation légale.

Pour décrocher le précieux sésame, il faut impérativement suivre un parcours en 4 étapes :



  • se référer aux référentiels du label afin de vérifier que le produit candidat appartient à l’une des catégories ;
  • prendre contact avec l’organisme certificateur compétent afin de connaître les démarches à suivre et les tarifs : en France, il s’agit de l’Association française de normalisation (AFNOR) ;
  • enregistrer une demande en ligne auprès de la Commission européenne ;
  • rassembler les pièces nécessaires du dossier pour soumission à l’AFNOR.

Après analyse du dossier et audit sur site, il sera statué si le produit est conforme ou non au cahier des charges. Si la réponse est favorable, la certification est alors décernée.

Quelles garanties pour la Fleur ?

L’Écolabel Européen cherche à couvrir les incidences environnementales les plus notables. Sont particulièrement concernés les impacts sur le climat, la faune et la flore, la consommation énergétique ou des ressources, la génération des déchets, la pollution aérienne ou aquatique et l’émission ou l’emploi de substances dangereuses.

Certains volets santé sont également examinés. De la sorte, acheter un produit EU Écolabel garantit l’absence d’agents toxiques, cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. Dans certains cas, des critères stipulent la limitation de certaines substances susceptibles de nuire à la qualité de l’air intérieur ou potentiellement allergisantes.

Seul le cas des nanomatériaux fait encore aujourd’hui débat : si aucun critère uniforme pour tous les États n’a été retenu, leur interdiction est évaluée au cas par cas.

EU Écolabel : quels sont les produits concernés ?

Voici les principaux domaines et produits susceptibles d’être labellisés Écolabel Européen.

Multimédia et audiovisuel

Dans ce domaine, la Fleur concerne uniquement les téléviseurs.

Produits d’entretien et de nettoyage

Les lessives, les nettoyants multi-usages ou pour sanitaires, les détergents pour lave-vaisselle et les liquides vaisselle sont concernés.

Écolabel européen et cosmétiques : les produits d’hygiène et de beauté

À l’instar d’Écocert, EU Écolabel s’appose sur les produits cosmétiques. On le rencontre assez fréquemment sur l’essuie-tout, le papier-toilette ou les protections hygiéniques.

Décoration et mobilier

Cohabitant avec certains écolabels forestiers comme FSC ou PEFC, l’Écolabel Européen s’intéresse également à l’ameublement et à la literie (matelas). Il peut être présent aussi sur les peintures et vernis (intérieur ou extérieur) et sur certains revêtements de sol.

Jardinage

Au niveau du potager, cet écolabel apparaît principalement sur les fertilisants d’origine naturelle (amendements organiques).

Papeterie

Les articles de papeterie ne sont pas en reste (papier imprimé, papier graphique…). Il figure également sur certains sacs en papier.

Textile

Tous les produits textiles au sens large (vêtements, chaussures, mais aussi linge de maison) peuvent y prétendre.

Écolabel Européen et tourisme : les hébergements touristiques

S’il certifie souvent les biens matériels, l’Écolabel Européen se développe aussi dans les secteurs du service, notamment dans le tourisme. Hôtels, gîtes ou campings évoluant dans le respect de l’environnement y sont éligibles.

Notons au passage que les sociétés de nettoyage peuvent également en bénéficier.

Quelle différence entre Écolabel Européen et Écocert ?

Écocert est à l’origine un organisme certificateur indépendant existant depuis 1991, se consacrant largement à la labellisation des produits biologiques. Il dispose également de ses propres labels afférant au textile, aux écodétergents ou encore aux cosmétiques.

Par rapport à la Fleur, ces écolabels excluent davantage de substances décriées pour la santé humaine et pour la planète : agents pétrochimiques, matières premières végétales OGM… Ils accordent également une plus grande part aux ingrédients d’origine biologique.

Bien que l’Écolabel Européen offre déjà des garanties louables, Écocert s’affiche comme un écolabel plus exigeant.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page