Beauté au naturel

Cosmétique bio : quels sont les écolabels pour les produits cosmétiques bio ?

Crèmes, lotions, gels douche : faites les bons choix !

Nous avons tous essayé de percer les mystères des compositions INCI de nos produits de beauté, dans l’espoir de mieux les choisir. Mais après lecture de cette suite complexe de noms techniques, nous voilà toujours au même point. Quant à l’examen du packaging, il n’est guère plus glorieux : des allégations marketing pullulent, mettant en avant la présence d’ingrédients d’origine naturelle sur nos flacons et pots de crème… alors qu’ils ne constituent qu’une infime partie de la formule. Heureusement, quelques écolabels encadrent aussi la cosmétique bio. Penchons-nous sur ce sujet pour tenter d’en démêler les pinceaux.

Cosmétique bio : définition

De manière simplifiée, un véritable cosmétique bio mise sur une formulation à base d’ingrédients d’origine naturelle, dont un certain pourcentage doit être issu de l’agriculture biologique. Il autorise tout de même, en faible proportion, une liste très restreinte de produits de synthèse.

Il se veut respectueux de la santé humaine, en bannissant les composants chimiques nocifs et les perturbateurs endocriniens : phtalates, silicone, parabens…

Les cosmétiques bio cherchent également à réduire leur empreinte environnementale, en agissant sur de multiples aspects du produit : fabrication non polluante, transport, limitation des suremballages…

Par ailleurs, ces produits d’hygiène et de beauté proscrivent la présence d’extraits prélevés sur les animaux, vivants ou morts. Ils peuvent toutefois employer des substances produites naturellement par ces derniers, comme le lait, le miel ou la gelée royale par exemple.

Produits cosmétiques et maquillage bio : du 100 % biologique ?

Contrairement aux apparences, acheter un produit cosmétique certifié bio ne garantit pas pour autant que tous ses ingrédients soient biologiques. Par ailleurs, rappelons que les produits non issus de l’agriculture humaine, comme l’eau ou les minéraux, ne sont pas certifiables.

Cosmétique bio et cosmétique naturel : quelle différence ?

Un cosmétique naturel ne renferme pas obligatoirement des composants bio. En revanche, il doit théoriquement contenir au moins 95 % d’ingrédients naturels.

Malheureusement, le mot « naturel » se voit un peu galvaudé par les politiques de greenwashing. Car derrière ce pourcentage quelque peu séduisant, se cachent parfois des substances peu réjouissantes – que l’on souhaiterait exclure une fois pour toutes de nos shampoings ou dentifrices. Il convient donc de se fier à des labels écologiques réputés pour déjouer ces pièges.

Cosmétique bio, pour les hommes aussi
Cosmétique bio, pour les hommes aussi

Et le test animal, dans tout cela ?

Depuis 2013, la réglementation européenne proscrit l’expérimentation animale des produits cosmétiques, qu’ils soient bio ou non. Par conséquent, la mention « non testé sur les animaux » est considérée comme abusive par la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) et passible de sanctions.



La charte COSMOS

Qu’est-ce que le référentiel COSMOS ?

Depuis le 1er janvier 2017, la charte européenne COSMOS unifie la certification des cosmétiques naturels et biologiques à travers l’établissement d’exigences minimales.

Elle est instaurée par 5 organismes certificateurs :

  • BDIH,
  • Cosmébio,
  • ÉCOCERT Greenlife SAS,
  • ICEA
  • et Soil Association.

Ces derniers, qui disposaient déjà de leurs propres labels cosmétiques, s’appuient désormais sur ce référentiel pour évaluer les produits qui envahissent nos salles de bains.

Les produits labellisés depuis lors se voient désormais apposer les mentions « COSMOS NATURAL » (produits naturels) ou « COSMOS ORGANIC » (produits biologiques) en sus du logo. En revanche, elles ne peuvent figurer sur ceux récompensés sur les bases de l’ancien cahier des charges (avant le 31 décembre 2016).

Le cas de COSMOS ORGANIC

Dans les grandes lignes, les principes COSMOS ORGANIC demandent :

  • que minimum 95 % des ingrédients environ soient d’origine naturelle (les 5 % restants regroupant une liste très stricte de produits pétrochimiques autorisés) ;
  • que minimum 95 % des ingrédients pouvant être choisis bio le soient effectivement ;
  • que la part des ingrédients biologiques dans la formule totale s’élève à 20 % minimum (10 % pour les produits à rincer) ;
  • une non-pollution des ingrédients ;
  • une interdiction des OGM et des rayons ionisants ;
  • une interdiction des matières premières issues d’animaux vivants ou abattus ;
  • un conditionnement écologique et une meilleure gestion des déchets ;
  • un développement du concept de « chimie verte ».

Produits cosmétiques bio : les écolabels auxquels se fier

Cosmébio

Depuis 2002, l’association française Cosmébio s’engage pour une plus grande transparence. Elle a constitué un premier repère pour les consommateurs, un peu perdus dans ce marché de la cosmétique bio trop peu encadré. Elle détient aujourd’hui 3 labels distincts :

  • Cosmétique Nat Charte Cosmébio – Cosmos Natural : le produit est naturel conformément au référentiel COSMOS, et comporte environ 95 % minimum d’ingrédients d’origine naturelle.
  • Cosmétique Bio Charte Cosmébio : répondant à la charte originelle, il exige que la formule renferme 95 % minimum d’ingrédients naturels, 95 % minimum d’ingrédients bio parmi les végétaux, et 10 % minimum d’ingrédients bio sur le total.
  • Cosmétique Bio Charte Cosmébio – Cosmos Organic : il résulte directement du référentiel COSMOS pour les produits biologiques.

Écocert

Encadrant aussi bien les produits détergents que le textile, Écocert constitue un des labels les plus importants en France. Il certifie également les produits de beauté. Pendant longtemps, seuls deux écolabels étaient décernés, basés sur le référentiel privé Écocert : Écocert cosmétique écologique et Écocert cosmétique écologique et biologique.

Depuis l’émergence du référentiel COSMOS, le label Écocert Cosmos Organic est attribué aux nouveaux produits cosmétiques biologiques.

Nature & Progrès

Mené par une association de consommateurs et de professionnels, le label Nature & Progrès compte parmi les plus exigeants. En plus des préoccupations sanitaires et environnementales, il incarne une dimension plus solidaire et éthique. Parmi les restrictions notables, citons :

  • l’interdiction totale des ingrédients d’origine pétrochimique ou de synthèse ;
  • l’exploitation des minéraux dans le respect de l’environnement et des paysages ;
  • le non-recours à l’huile de palme, ainsi qu’aux matières premières en voie d’extinction ;
  • la prise en compte du bien-être animal ;
  • la mise en valeur des énergies renouvelables.

NaTrue

Association internationale à but non lucratif, NaTrue reprend la plupart des critères afférents à la cosmétique biologique. De plus, elle se fonde sur 3 degrés de certifications, classées par degré d’exigence : Cosmétiques naturels, Cosmétiques naturels en partie bio et Cosmétiques biologiques.

Écogarantie

Peu connu, le label belge Écogarantie n’en demeure pas moins exigeant. Récompensant diverses catégories de produits (des cosmétiques à l’hygiène en passant par les bougies et répulsifs), cette association à but non lucratif récompense les formulations véritablement respectueuses de l’environnement.

De manière remarquable, tous les extraits naturels sont 100 % issus de l’agriculture biologique. Le recours aux OGM ainsi qu’aux ingrédients issus de la pétrochimie est également proscrit. Dans un souci de neutralité, les contrôles sont réalisés par 3 organismes certificateurs indépendants.

L’Ecolabel Européen certifie également certains produits d’hygiène.

Où acheter ses produits cosmétiques bio ?

En boutiques spécialisées, en magasins bio ou tout simplement en ligne, vous avez le choix ! Le plus important ? Bien regarder le label !

Quels sont les meilleurs produits de beauté bio ?
Quels sont les meilleurs produits de beauté bio ?

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page