Bien-être et santé

Le kinkéliba, la tisane de longue vie

Les maux de l’Afrique ne sont pas ceux de l’Europe. Mais ce qui y sert de dépuratif comme mesure d’hygiène, est très intéressant en prévention de nos maladies dégénérescentes et inflammatoires. Focus sur le kinkéliba.

Qu’est-ce que le kinkéliba ?

On lui donne parfois le surnom de « cigares » de la brousse tigrée.

Si vous êtes africain ou avez séjourné en Afrique, vous connaissez forcément le kinkéliba, le moringa et le bissap (infusion aux fleurs d’hibiscus). En l’occurrence le kinkéliba (Combretum micranthum de son nom latin) appartient à la famille nombreuse (600 espèces) des combrétacées, caractéristiques de la zone tropicale et qui comprend également le gommier.

Le kinkéliba est cet arbuste en forme de buisson, qui pousse dans la « brousse tigrée », où les bandes d’arbustes alternent avec des sols nus. Cet arbuste supporte les terres arides. Et se concentre en Afrique de l’Ouest, dans les trois pays du sud du Sahara, que sont le Sénégal, le Mali et le Burkina Faso.

Les feuilles vert sombre de cet arbuste d’en moyenne deux mètres de haut (mais qui peut mesurer jusqu’à six mètres) se vendent sur le marché de Dakar, roulées comme des feuilles de cigares, en rameaux. N’hésitez pas en acheter, c’est du kinkéliba séché, prêt à faire des tisanes.

Les bienfaits du kinkéliba sur la santé

C’est une vraie prophylaxie du système digestif !

En Afrique, les maux les plus courants ne sont pas les mêmes qu’en Europe : la question de l’eau potable y est bien plus cruciale. D’où l’importance d’un « détox », non pas dans le sens où nous l’entendons, mais pour se prémunir de façon bien plus quotidienne, des troubles digestifs et des risques infectieux.

A ce titre, le kinkéliba y est un peu la panacée contre les maux de ventre, diarrhées et nausées. Et sert d’hygiène préventive au quotidien. Mais il est aussi utilisé dans le cas du paludisme : pour en atténuer les effets (le paludisme provoque des accès de fièvre, mais aussi des diarrhées) et pour prémunir de la fièvre bilieuse, complication possible du paludisme chez un ancien porteur.

Au total, le kinkéliba protège les cellules hépatiques, favorise la production et l’excrétion biliaire (il est cholagogue) et stimule les contractions de l’intestin. Une vraie prophylaxie du système digestif !

La tradition africaine au secours de notre mode de vie

Les principes actifs du kinkéliba sont des catéchines et des épigallocatéchines : exactement comme le thé vert et la fève de cacao. Ces substances sont hautement anti-oxydantes. C’est là, qu’elles intéressent notre mode de vie : contre le stress oxydatif, qui accélère le vieillissement cellulaire.

Les feuilles du kinkéliba sont un détox anti-inflammatoire : or celles-ci sont aujourd’hui la plaie de notre mode de vie. Des pathologies généralement auto-immunes, résultat d’un long processus : un peu la révélation au bout de plusieurs années, de quelque chose qui était latent.



Le kinkéliba est précisément un anti-inflammatoire « doux » et sur le long terme. Si vous avez une inflammation aiguë, il ne sera d’aucun effet. En revanche, si vous l’intégrez en boisson comme hygiène de vie, il vous fera du bien à l’organisme sur le long terme.

Enfin, et ce n’est pas inintéressant non plus, le kinkéliba est un hypoglycémiant : or, le sucre est aussi un fléau de notre mode de vie, via son omniprésence dans l’alimentation agro-industrielles.

Le kinkéliba, la plante amie du système digestif
Le kinkéliba, la plante amie du système digestif

Antioxydant, anti-inflammatoire en traitement de fond et hypoglycémiant, c’est un peu le trio gagnant contre les maux de ce côté-ci de la Méditerranée.

Comment consommer le kinkéliba ?

Le plus, son goût agréable

Ne dites pas le contraire, toutes les décoctions n’ont pas un goût extraordinaire. Or, le kinkéliba a une saveur boisée très agréable : pas besoin d’ajout de sucre pour faire passer la moindre amertume, il n’en n’a pas. Ce qui n’empêche pas de l’agrémenter de citron ou de menthe, avec lesquels il se marie très bien.

Des contre-indications à sa consommation ?

Attention faites la différence entre les infusions de feuilles ou de racines.

Détail qui a son importance, le kinkéliba se trouve en sachets, à tarif très accessible. Restez tout de même attentif à ce que vous achetez : certaines infusions indiquent qu’il s’agit de racines de kinkéliba. Celles-ci sont dépuratives. Mais ce sont les feuilles, qui sont également anti-inflammatoires. Quant à la certification « bio », qu’importe, puisqu’il s’agit d’une plante sauvage…

Où acheter du kinkéliba ?

Son côté pratique : il est facile à trouver !

Lorsque l’on parle de produits plus ou moins exotiques, la question est aussi de savoir si l’on en trouve facilement. Cette plante fait suffisamment partie de la pharmacopée africaine, pour le trouver sans difficulté dans certains quartiers : si vous habitez à Paris, pas de souci pour en trouver, par exemple, dans le quartier de Barbès.

Sinon, le kinkéliba est bien présent en herboristerie. Pas de souci de contrefaçon non plus, si vous vous approvisionnez par internet.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille ces autres articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer