Maison au naturel

Le kapok : une fibre végétale réellement douce

Le kapok est une fibre naturelle végétale issue de fruits d’arbres tropicaux appartenant à la famille des Bombacaceae. Très légère, cette fibre a pour caractéristique d’être imputrescible et imperméable. En revanche, elle est très inflammable.

Utilisé principalement pour rembourrer les coussins, les oreillers ou encore les matelas, le kapok est très doux. Mais ses avantages ne s’arrêtent pas là. Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette fibre végétale : origine, utilisations, avantages, particularités…

Le kapok : l’arbre

Comme pour l’abaca, la fibre de bambou et la fibre de coco, le kénaf et le sisal, il provient d’un arbre. Dans ce cas, le kapokier, qui appartient à la famille des Bombacaceae. Même si cette fibre peut être tirée de fruits de plusieurs arbres, elle est surtout extraite du Ceiba pentandra.

Aussi connu sous le nom de fromager et bois coton, cet arbre tropical est particulièrement retrouvé en Amérique du Sud, en Amérique Centrale et en Afrique. Il peut atteindre 60 m de hauteur.

Le Ceiba pentandra : aussi nommé le fromager ou le kapokier
Le Ceiba pentandra : aussi nommé le fromager ou le kapokier

Zoom sur sa culture

Le kapokier est un arbre à croissance rapide. Ses feuilles sont caduques et peuvent mesurer entre 10 et 20 cm de long. Elles sont également palmées avec 6 à 8 folioles. Pour le planter, voici les caractéristiques à considérer :

  • la température doit être de 16° minimum
  • il peut se planter en véranda ou en serre, mais si vous avez un jardin tropical, il appréciera une place en plein soleil ainsi qu’un sol fertile, drainé, frais et humifère
  • les graines se sèment au printemps
  • il faut l’arroser 2 fois par semaine, durant la période de croissance. Lorsque les feuilles sont tombées, n’arrosez plus
  • rééquilibrez l’arbre en pinçant ses tiges, s’il est grandit de façon déséquilibrée

Kapok : quelques mots sur le fruit

Les fruits présentent la forme d’une capsule en bois de 20 cm de long environ. A l’intérieur, un duvet soyeux entourant les graines peut être retrouvé.

Lorsqu’elle arrive à maturité, la capsule s’ouvre afin de laisser apparaître les fibres de couleur jaune pâle et blanche.

Le kapok est la plus légère des fibres naturelles (sa densité est de 0,35 gr/cm). Son toucher est très doux, ce qui est très agréable.

Les caractéristiques de ces fibres

Les fibres de kapok ont des caractéristiques intéressantes. Voici ce qui les distingue :



  • Douces et agréables au toucher 
  • Fibres naturelles très légères 
  • Hypoallergéniques 
  • Imperméables et imputrescibles 
  • Inflammables

Ces fibres présentent aussi une thermorégulation naturelle : elles restent chaudes en hiver et fraîches en été.

Le procédé de fabrication du kapok

Pour fabriquer le kapok, les principales étapes sont :

  • Ouverture des capsules de kapokier
  • Séparation des fibres des graines
  • Compression des fibres en balle pour le transport

Contrairement à d’autres fibres naturelles, les fibres de kapok sont difficiles à filer.

Quelles utilisations du kapok ?

Cette fibre se compose de poils fins et soyeux. Elle a la propriété d’être imperméable. Elle était donc utilisée pour fabriquer des gilets de sauvetage.

Rembourrage avec le kapok : oreiller, matelas…

Aujourd’hui, elle est surtout utilisée pour rembourrer des coussins, des matelas et des oreillers.

Elle est aussi utilisée pour fabriquer des zafu, des coussins de méditation zen japonaise.

Kapok pour coussin

La fibre de kapok est donc très utilisée pour rembourrer les coussins. En plus de présenter une excellente tenue dans le temps, cette fibre est légère, a un pouvoir gonflant unique ainsi que des propriétés thermiques.

Son aspect hypoallergénique est également un réel atout puisqu’elle lui permet de résister aux acariens. Autre particularité : elle est anti-microbienne et convient donc aux peaux sensibles.

Au vu de ses caractéristiques, l’utiliser pour rembourrer ses coussins (ou autre) est donc très intéressant.

Le kapok en tissu

Malgré la difficulté à filer ses fibres, le kapok est filé au Cambodge pour faire du tissu.

Kapok pour les vêtements

Le kapok est plutôt utilisé pour le rembourrage et non pour les textiles.

Lavage du kapok

Cette fibre ne craint pas l’eau. En revanche, elle ne peut pas être passée à la machine à laver. Si vous avez des coussins conçus avec, voici quelques conseils nettoyage :

  • nettoyez-les à la main s’il y a des tâches
  • lavez les coussins à la main et avec de l’eau tiède
  • nettoyez l’extérieur de votre coussin avec de l’eau savonneuse et une éponge

Quoi qu’il en soit, évitez à tout prix le lavage à la machine à laver ! Cela risque d’abîmer votre coussin.

Où en acheter le kapok

Si vous souhaitez acheter du kapok pour rembourrer vos coussins, matelas ou oreillers, vous pouvez en trouver sur internet. Vendu en sac, vous pouvez en trouver entre 15 et 20 euros le kilo. Le prix dépend bien sûr du site sur lequel vous l’achetez.

Linnea Rembourrage Fibre végétale Kapok Sac 1 kg
Prix mis à jour le 23-06-2022 à 2:23 PM.

Kapok en bio

Dans le commerce, il est possible de trouver des objets finis en kapok issu de l’agriculture biologique.

Kapok ou coton

Les fibres de coton sont très appréciées. Voici les caractéristiques et avantages de cette matière :

  • Il est absorbante
  • Le textile obtenu est souple, confortable et doux
  • Il est très doux
  • Il a une bonne perméabilité à l’air : il permet à la respiration cutanée de se faire
  • Il est hypoallergénique

De son côté, il est doux, léger, hypoallergénique, imperméable et imputrescible. Il est cependant très inflammable.

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi :

Julie Pilat

Née en 1991 à Lyon, Julie n’a jamais quitté sa ville natale. Diplômée d’une Licence en Langues étrangères (anglais et espagnol), puis d’un Master 2 « Management des Organisations et des Entreprises », elle s’est lancée en tant que rédactrice freelance en septembre 2016. Depuis toujours, elle est passionnée par l’écriture. Adepte également des produits bios et du développement durable, elle a réussi à combiner ses deux passions en devenant rédactrice web pour Toutvert en 2017. Durant son temps libre, elle aime voyager, lire, se balader au beau milieu de la nature et découvrir de nouveaux petits villages.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page