Le judo, la « voie de la souplesse »

Un art martial physique et spirituel

By Pascale

Judo

Parce que la branche la plus frêle est la plus souple ! Zoom sur le judo.

Les origines du judo

C’est en observant la nature, puis les techniques de combat des samouraïs, que le moine japonais Jigoro Kano conçut en 1882 le judo : les jeunes branches d’arbres elles-mêmes chargées de neige, non seulement se débarrassaient des plus grosses qui cassaient sous le faix, en ployant de façon souple, mais en profitaient pour se délester au passage de leur poids de neige. Utiliser en souplesse la force de plus solide que soi, le judo était né.

Cet art martial rapidement devenu une source de développement physique et spirituel, a conquis l’Hexagone au lendemain de la Seconde guerre mondiale, avec Maître Kawaishi et Paul Bonet-Maury, celui-ci fondateur en 1946 de la Fédération Française de Judo. Une Fédération qui recense aujourd’hui 45 000 ceintures noires, et dont un quart des licenciés sont des femmes.

Le judo, cet art martial
Le judo, cet art martial

Quelles sont les valeurs fondamentales du judo ?

Les valeurs majeures de cet art martial sont au nombre de 8 :

  • le respect
  • la politesse
  • l’amitié
  • le courage
  • l’honneur
  • la sincérité
  • le contrôle de soi
  • la modestie

Le respect de ces valeurs et codes est un engagement pris par chaque judoka.

De grands noms français

Discipline Olympique dès les Jeux de Tokyo en 1964, le judo a inscrit à son palmarès de grands noms français avec Jean-Luc Rougé, premier champion du monde à Vienne en 1975, David Douillé à Sydney en 2000, alors devenu le champion le plus titré (4 fois champion du monde et 2 fois champion olympique). Et, aujourd’hui, Teddy Riner, qui après avoir remporté le plus grand nombre de titres de champion du monde, a ajouté deux titres olympiques à son palmarès, à Londres puis à Rio. Sans oublié pour les femmes la talentueuse Clarisse Agbegnenou.

Vous objecterez qu’avec ses 2, 04 m sous la toise et ses 131 kilos, Teddy Riner n’est pas exactement du format frêles brindilles propres à incarner les observations de Jigoro Kano : mais, précisément, ses mensurations hors normes n’en font rien de quelqu’un de gros. Tout en muscle, Teddy Riner n’est pas lourd sur le tatamis. Ou, si vous préférez, sur le dojo.

Définition du judo pour en comprendre les règles

Les ceintures en judo

Les douze ceintures de couleurs différentes (blanche, jaune, orange, verte, bleue, violette, marron, noire, rouge et intermédiaires, blanche/jaune, jaune/orange et orange/verte) correspondent à un âge minimum (ceinture jaune à 6 ans minimum, ceinture verte à huit ans minimum, ceinture marron à 17 ans minimum, noire à 15 ans minimum). Et, bien sûr, à la maîtrise des différentes techniques.

Les techniques de judo

Le judo comprend les techniques au sol (Ne-Waza) et les techniques debout (Tachi-Waza), qui elles-mêmes se décomposent en techniques de projection (Age-Waza) et techniques de contrôle (Katame-Waza). Les techniques de jambes (Ashi waza), de bras (Te waza) et de hanches (kashi waza), mais aussi la technique sacrifice : celle-ci consiste à sacrifier son propre équilibre, pour faire chuter son adversaire. Une grande règle d’art du judo, dont la technique d’enroulement (makikami waza).

Parmi les techniques au sol, celle de l’immobilisation (osae komi waza), où l’adversaire est à terre, les deux épaules touchant le tatamis, ou encore celle de l’étranglement (shime-waza), qui l’obligent à abandonner rapidement.

Autant de « katas » ou « formes », qui se finissent comme elles ont commencé, par le « rei » ou salut de l’adversaire, signifiant « dignité et paix intérieure », et respect de celui-ci.

Le judo, cet art martial
Le judo, cet art martial

Pourquoi commencer le judo ?

Pour connaître son corps

Tout autant que le contrôle de l’adversaire, le judo est une maîtrise de soi. Cet art martial est une discipline physiquement très complète qui fait travailler l’ensemble des muscles. Surtout, de bonne heure, il fait prendre conscience de son corps dans l’espace. Et fait travailler la coordination et la concentration.

Quel est le but du judo ?

Le but du judo n’est ni de se blesser, ni de blesser l’autre. Les éventuelles blessures proviennent toujours d’une chute mal contrôlée : elles concernent plus particulièrement l’épaule et le genou. Une luxation de l’épaule (rarement une fracture) et le genou, celui-ci est très utilisé dans nombre de prises : le corps tourne autour du genou, pendant que le pied reste ancré dans le sol.

Quant au rachis, également très sollicité, des séances de musculation permettent de le renforcer.

Autant de blessures qui affectent 1,32% des judokas. Et, une fois de plus, sont toujours dues à des fautes de technique. Au regard des bénéfices de cette discipline, n’hésitez plus, même si vous ne mesurez pas 2, 04 mètres.

Judo pour femmes, hommes et enfants

C’est un sport qui s’adresse à tous : hommes, femmes ou enfants ! Il n’y a aucune restriction sauf si vous avez des problèmes de santé, il faut dans tous les cas passer une visite médicale avant de rejoindre un club. Votre médecin vous donnera son accord (ou non) à pratiquer cette discipline.

Pour les enfants, le judo se pratique dès l’âge de quatre ans. Renseignez-vous auprès du club près de chez vous pour connaître les classes d’âge.

un art martial adapté aux enfants

A quel âge débutent les compétitions de judo ?

Les judokas se répartissent en classe d’âge (ou de poids) pour que les compétitions donnent des affrontements équilibrés.

Voici les principales classes d’âges :

  • poussins : 8 / 10 ans
  • benjamins : 11 / 12 ans
  • minimes : 13 / 14 ans
  • cadets : 14 / 16 ans
  • juniors : 17 / 19 ans
  • seniors : 20 / 30 ans
  • vétérans : 30 ans et plus
Judo, les techniques oubliées
Prix mis à jour le 23-06-2024 à 9:00 AM.

Laisser un commentaire