Jeux pour chats : mon compagnon aime jouer parce qu’il en a besoin

Bouchon de liège au bout d’une ficelle ou laser, tous les chats ont besoin de jouer. Choisissez bien votre équipement. Du plus sophistiqué au plus simple. Focus sur les jeux pour chats.


Pourquoi les chats jouent ?

Un chat ne se contente pas de dormir et de manger. Il chasse. Pardon, il joue. Cela le prend dès l’âge de quatre semaines, pour savoir lequel dominera la portée. Enjeu de cette bande de sourds muets à poils, les tétons maternels.

Au bout de huit semaines, le jeu devient social : ils se battent toujours autant, mais pour le plaisir de jouer entre frères et sœurs de la même odeur. Alors aguerri, le chat s’attaque à l’environnement extérieur : jusqu’à la fin de ses jours !

Que d’ennemis inanimés à dompter, il a un besoin physique de se faire son cinéma. Là où vous voyez un jouet, c’est Don Quichotte version long métrage, qui lui défile dans la tête.




Surtout le matin, mais aussi en fin de journée. Quel que soit son âge, jouez avec votre chat, sauf l’après-midi.

C’est parti ? De préférence le matin et en fin de journée (le cœur de l’après-midi, c’est sieste) plusieurs fois par jour. Certains comptent jusqu’à trente fois. De toute façon, c’est lui qui décide quand il a envie d’arrêter de jouer.

Jeux pour chats : lesquels et comment choisir ?

Les basiques : balle, souris et rayon laser

Vous avez forcément investi dans une balle molle : bravo, il peut terrasser la proie à pleines pattes et mâchoires. On en fait désormais de consistance toute molle, hérissés comme un hérisson inoffensif. Une merveille.

Jeux pour chats : tous nos conseils
Jeux pour chats : tous nos conseils


A l’opposé de ce classique, le laser : un rayon laser projeté sur un mur : quelle joie de l’attraper ! Attention à vous, il ne s’en lasse pas comme cela.

Indémodable, la canne à pêche. A savoir qui pêche l’autre : vous ou lui. Le tunnel aussi, c’est bien. J’entre par un bout, et je ressors par l’autre. Sa physionomie est faite pour ça.

Et puis, il y a la souris en peluche. On aurait presque dû commencer par elle. Sauf que, s’il n’en n’a jamais vu, il ne la reconnaîtra pas. Ah si, si elle a une odeur autre que celle du magasin.

Jouer avec lui, à des jeux différents

De fait, votre chat a un comportement très particulier avec les jouets : quand l’habitude est sa seconde nature, il raffole d’en changer. Comme un petit enfant, il se lasse vite d’un jeu. Et lui qui est propre, n’aime pas les jouets qui sente le neuf.

Par ailleurs, une balle est nettement mieux, dès lors qu’elle s’agite sous le canapé. L’exercice physique n’est pas que pour lui. Il sera d’autant bon joueur, que vous êtes la tête coincée sous le canapé. Vraiment très collaboratif, dites-lui merci…

Jeux pour chats : quelques idées à faire soi-même

Le commerce est prompt à vous vendre toute une bimbeloterie spéciale chat. Le principal jouet est votre porte-monnaie. Alors que les bonnes vieilles ficelles fonctionnent très bien !




Un peu d’imagination, c’est tout

Jamais de chat sans un carton où farfouiller, se cacher et enfin s’assoupir. Ah que je suis bien dans mon carton !

Oui, mais un bouchon de liège au bout d’une cordelette, c’est très tentant. L’un des jeux préférés du jeune chat.

Et la boule de papier : ça aussi, c’est bien. Attention néanmoins, à ce que le carnage de la pauvre boule ne tourne pas à l’étouffement. Eh oui, une fois la proie tétanisée, il la mange.

Tout sert à jouer, de préférence vos affaires personnelles. Une chaussette, cela marche très bien aussi.  Le dernier cri ? Votre clavier d’ordinateur. Là, s’affaler sur les touches est un bonheur total. C’est bête pour votre thèse. Et c’est arrivé à plus d’un.

Jeux pour chats : tous nos conseils
Jeux pour chats : tous nos conseils

Quelques précautions à prendre

Carton d’emballage, mais jamais de sac en plastique !

Oubliez la balle de tennis et celle de ping-pong trop rapide. Mais proscrivez absolument les sacs en plastique : une passion, que d’enfouir sa tête dedans, là aussi, au risque de l’étouffement.

Mais retenez que votre chat a besoin de jouer : le chaton apprend à coordonner ses gestes et à parfaire son sens de l’équilibre en titillant sa proie avec sa patte.




Et puis un chat s’ennuie. Même le plus solitaire et le plus canapé a besoin de ces petits quarts d’heure qui assouvissent son instinct de chasseur. Or, un chat qui s’ennuie ne deviendra pas agressif, mais dépressif.

Procurez-lui des jouets ou, si vous préférez, des objets adaptés à son amusement. Mais n’oubliez pas de lui consacrer du temps. Après tout, c’est vous qui avez choisi de l’adopter.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous suggère ces autres articles sur les chats :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *