Santé au naturel

L’intolérance au glucose, cette première étape vers le diabète

A prendre en considération le plus tôt possible

C’est l’étape intermédiaire où vous pouvez encore agir : l’intolérance au glucose, préférez le savoir en vous faisant dépister, puis adoptez le mode de vie qui vous évitera de tomber dans les ennuis.

C’est quoi un pré-diabète ?

L’intolérance au glucose ou tolérance abaissée au glucose, en anglais IGT (Impaired Glucose Tolerance) est communément appelée pré-diabète, car il s’agit fréquemment du stade précoce du diabète de type 2.

L’insuline, cette hormone produite par le pancréas, permet d’assimiler le sucre présent dans le sang en énergie alors stockée dans les muscles et dans le foie. En cas d’intolérance au glucose, tout comme pour le diabète mais dans une moindre mesure, l’organisme l’assimile mal.

Intolérance au glucose et glycémie

En cas d’intolérance au glucose, la mesure du taux de sucre dans le sang ou glycémie est plus élevée que la normale, mais pas encore assez élevée pour établir le diagnostic de diabète : elle se situe entre 1,40 et 1,99 gramme par litre. Cet examen se fait à jeun, puis deux heures après la prise de 75 grammes de glucose.

FindRisk Péi permet un diagnostic de l’intolérance au glucose

Le cas de l’île de la Réunion

Sur l’île de la Réunion, le diabète est trois fois plus répandu qu’en métropole. Afin d’en améliorer le dépistage précoce, l’Agence Régionale de Santé de la Réunion a adopté l’appli finlandaise « FindRisk Péi » – pour Finnish Diabetes Risk Scor –, un test qui permet de savoir si l’on est un profil à risque.

Le « FindRisk Péi » comprend huit questions ayant trait aux facteurs de risques associés au diabète :

  • l’âge,
  • un tour de taille plus élevé,
  • un indice de masse corporelle (le poids divisé par la taille au carré) élevé, l
  • a sédentarité, une alimentation pauvre en fruits et légumes,
  • des antécédents familiaux,
  • de l’hypertension artérielle traitée ou non,
  • ou encore un antécédent d’épisode diabétique (pour les femmes, du diabète gestationnel).

Le résultat du FindRisk Péi  est un score de 0 à 26 : un score supérieur à 12 représente un risque de devenir diabétique.

Les facteurs de rique de diabète : sédentarité, surpoids, hypertension artérielle, âge, antécédents familiaux, cholestérol
Les facteurs de risque de pré-diabète

Intolérance au glucose : causes et facteurs de risques

A l’instar du diabète, l’intolérance au glucose est en forte augmentation à travers le monde : si la composante génétique entre en ligne de compte, l’alimentation et la sédentarité sont déterminants.

En France, sur 2, 5 millions de personnes diabétiques, près d’un million ignorent qu’elles le sont ou en passe de le devenir. Or, 35% des intolérants au glucose deviennent diabétiques.



Intolérance au glucose : les complications

Les deux principales complications de l’intolérance au glucose sont le diabète, mais aussi une maladie cardiovasculaire (une coronaropathie ou un accident vasculaires cérébral) : autrement-dit des complications lourdes.

Les autres complications le sont à peine moins : une néphropathie (ou insuffisance rénale), une hypercholestérolémie, une rétinopathie susceptible de conduire à de la cécité, une neuropathie (affection des nerfs périphériques).

Quel traitement contre l’intolérance au glucose ?

La prévention médicamenteuse du diabète de type 2 n’existe pas : elle sert à retarder l’apparition du diabète chez les populations à risque, mais n’enraye pas durablement l’évolution de la maladie.

Ainsi, on estime qu’au bout de 4 à 5 ans, une personne pré-diabétique sous traitement développera tout de même un diabète. Au bout de 30 ans, le traitement reste efficace pour moins de 5% de la population concernée. En outre, il comporte des effets secondaires importants.

Quels sont les symptômes d’une intolérance au glucose ?

La fatigue

En cas d’intolérance au glucose, plusieurs symptômes devraient vous inciter à vous faire dépister : une fatigue intense, voire de la somnolence récurrente liée à l’effort fourni par votre organisme pour assimiler le sucre, doit vous alerter.

La soif

Vous avez anormalement soif, car votre organisme fait en sorte d’éliminer l’excès de sucre non assimilé via les urines. Le besoin d’uriner est plus fréquent et en volume plus important.

La perte de poids

Faute de bonne assimilation du sucre, vos cellules ne disposent plus assez d’énergie : vous perdez du poids, sauf au niveau de la ceinture abdominale où l’organisme stocke les calories, et avez plus faim que de coutume.

La cicatrisation

C’est un symptôme classique du diabète, qui concerne également le pré-diabète : une exposition aux infections et une mauvaise cicatrisation.

La vision

L’organisme tente d’éliminer l’excès de sucre par les différents liquides du corps, y compris par les glandes lacrymales : en cas d’excès de sucre dans le sang, vos yeux pleurent, vous voyez flou.

indication selon le taux de glycémie dans le sang : diabète, prédiabète ou intolérance au glucose, normal
Taux de glycémie dans le sang

Intolérance au glucose : réversible ou non ?

Est-il trop tard ? C’est la question que se pose toute personne intolérante au glucose : la réponse est oui, dès lors que le dépistage est suffisamment précoce et le mode de vie modifié en conséquence.

Intolérance au glucose : quelle prévention ?

Si vous êtes diagnostiqué intolérant au glucose, vous devez prendre les choses au sérieux : suivre scrupuleusement les conseils de votre médecin, l’enjeu étant tout de même de ne pas devenir diabétique.

Intolérance au glucose et alimentation

L’alimentation joue un rôle crucial dans l’intolérance au glucose : manger sain, en éliminant les aliments à fort index glycémique (le sucre blanc, mais aussi le pain blanc, les pâtes, les sodas et jus de fruits, etc) pour privilégier des menus riches à la fois en fibres (fruits et légumes) et en bon gras (l’huile d’olive ou de noix).

Bougez !

Quant à l’activité physique, elle joue également un rôle majeur : une demi-heure par jour suffit à avoir une influence positive sur votre organisme, y compris marcher ou monter des escaliers.

En somme, des habitudes saines vous mettent de façon simple, à l’abri de sévères complications de santé.

Marche Active chez soi
Prix: 9,99 €
Économisez: 5,00 € (33%)
Prix mis à jour le 2-12-2021 à 5:30 PM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page