Alimentationfeatured

Les incroyables comestibles, des potagers urbains en libre service !

Une majorité de la population mondiale vit en milieu urbain. Alors, pourquoi ne pas optimiser les espaces cultivables en ville ? Et les « Incroyables Comestibles » se mettent à rêver… Des bacs à légumes en bas de l’immeuble, des potagers dans les parcs publics, le long des grands trottoirs…

Tout commence en 2008, quand les bacs à légumes « Incredible Edible » ont pris racine à Todmorden, petite ville de 15000 habitants, dans l’Ouest du Yorkshire, en Angleterre. Deux femmes, Pam Warhurt et Mary Clear, ont eu l’idée de transformer les espaces publics et terrains vagues en potagers urbains en y plantant des pancartes « food to share ».

Les incroyables comestibles, des potagers urbains en libre service !

Dès le début, l’action a trouvé des échos positifs de la communauté et a rapidement pris de l’ampleur, jusqu’à dépasser les frontières. Dans le monde, le mouvement « Incredible Edible » a débarqué dans 15 pays d’Europe dont l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne, la Grèce… et 14 pays hors EU dont le Canada, les États-Unis, le Japon, la Russie, l’Australie, le Qatar, la Tunisie

UNE AUTRE INITIATIVE : Ces « Foodsaver » qui ont créé un système de frigos collectifs partagés !

Arrivé en France sous le nom des « Incroyables Comestibles » en avril 2012, le mouvement voit fleurir ses pancartes « Nourriture à partager » dans plus de 350 villes et villages.

Les « Incroyables Comestibles » est très vite devenu un mouvement citoyen, apolitique, auquel tout le monde peut participer.

« L’idée est de démontrer que de nombreux « comestibles » peuvent pousser tout près de chez nous, dans nos quartiers, même en ville. Il y a tellement d’espaces perdus, oubliés, alors que la terre est nourricière, et peut nous offrir de la nourriture gratuitement, pour peu que chacun y mette un peu du sien. Partager de la nourriture, s’occuper ensemble d’un petit jardin aident aussi à ce que les liens sociaux se resserrent… Les petits producteurs locaux s’en réjouissent, la conscience « locavore », portée par le mouvement, plaidant à leur cause » nous confie Laurent, un « Incroyables Comestibles » dans le sud-est de la France.

Les incroyables comestibles, des potagers urbains en libre service !ET AUSSI : Une boîte pour échanger avec ses voisins

Là où vie Laurent, le jardin est cultivé principalement par les habitants de l’immeuble voisin, mais ses «fruits» peuvent être ramassés par tout passant qui en éprouve le besoin. Au départ une dizaine à semer leurs premières graines, ils sont maintenant plus de 200 à suivre le mouvement !

Il précise qu’il n’y a eu « aucun pillage, ni destruction malveillante, l’idée sympathique du partage, sûrement, fait que la bonne intention règne naturellement. Aux beaux jours, on se donne rendez-vous pour discuter, prendre notre «Aper’eau» et s’occuper du potager ensemble. Et ce qui est incroyable, c’est que la philosophie du partage « contamine » rapidement les cœurs ».

Séverine, elle, voulait monter un keyhole. Elle s’adresse alors au bailleur de son immeuble, en reçoit l’accord, et c’est alors qu’elle voit ses voisins lui prêter main-forte pour la construction du bac. Les plants et semis lui seront fournis par les Incroyables Comestibles de la région.



A LIRE : A quoi ressemble le consommateur collaboratif du 21è siècle ?

« Bien que la notion de « l’autosuffisance alimentaire » semble encore vague pour beaucoup, tendre vers l’existence des villes « comestibles » est un but réalisable. D’autant plus qu’à travers ces potagers possédés en commun, on se rend compte que les gens sont sympas. Parfois, il suffit de se parler, ce que l’on a tendance à oublier un peu, surtout quand on habite en ville », poursuit Laurent.

Pour se joindre aux « Incroyables Comestibles », pas de formulaire d’inscription, pas de frais de dossier, pas d’horaires d’ouverture et de fermeture. C’est une démarche personnelle : une demande à la copropriété ou au bailleur, un pied de tomates cerise dans un bac ou quelques herbes aromatiques en bas de chez vous, à la disposition de tous, avec une petite pancarte « Nourriture à partager » et ça y est, vous y êtes.

Faites le test, les voisins ne vont pas tarder à vous poser des questions, puis peut-être à s’y mettre eux aussi… Et bientôt votre immeuble sera « comestible », qui sait ?

EN SAVOIR PLUS : www.incredible-edible.info

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer