Jardin et potager

L’humus, la vie du sol

Partie vivante du sol, indispensable à l'équilibre écologique

Choux, poireaux, carottes, mais aussi bien sûr, les forêts : l’humus est la partie vivante du sol, sans laquelle rien ne pousserait.

Définition : qu’est-ce que l’humus dans le sol ?

L’humus est l’ensemble des matières organiques fraîches (débris végétaux, cadavres d’animaux, déjections, mucilage de racines) décomposées par les micro-organismes du sol : microfaune (vers de terre, insectes, petits arthropodes, etc.), bactéries et champignons.

Humus : les 4 couches du sol

C’est la couche supérieure d’un sol. Le sol comprend en effet quatre couches successives, de la plus superficielle à la plus profonde :

  • l’humus,
  • le sable,
  • l’argile
  • et le calcaire, en quantité respectivement plus ou moins importante.

Il est essentiel de retenir que ces quatre couches sont naturellement disposées en strates dans cet ordre. Si celui-ci est bouleversé, le sol est moins fertile.

couches du sol : humus sur la surface, partie la plus riche
Les différentes strates du sol

Indispensable humidité

Par son aspect, l’humus est une matière noire, grumeleuse et humide au toucher. Pour que la décomposition de la matière organique fraîche ait lieu, il faut des conditions d’humidité, de température, d’aération et d’absence d’acidité du sol.

Reconnaître une terre riche en humus

Plus l’humus est foncé, plus il est riche en carbone, plus il tire vers l’ocre, plus il est riche en fer. Il y a des coquelicots qui poussent au sol ? C’est bon signe, le sol est riche en humus.

La biodisponibilité

En digérant la matière organique, les micro-organismes qui s’en nourrissent la transforment en matière minérale assimilable par les plantes. L’humus est ainsi un écosystème et un garde-manger mutuel : en s’en nourrissant, les micro-organismes rendent biodisponibles pour la végétation, la matière organique qui en est issue.

Contre érosion du sol

L’humus stabilise les sols : en se liant à l’argile, il les rend poreux. De ce fait, les sols retiennent mieux l’eau : ils sont moins compacts et moins exposés au lessivage et à l’érosion due aux pluies et arrosages.

Où se trouve l’humus ?

Les sols forestiers sont les plus riches en humus. Il se compose à la fois de la dégradation de la roche-mère de la Terre et de la dégradation effectuée par les micro-organismes. Le sol d’une forêt n’est pas figé, il est un chantier permanent de longue durée : pour en fabriquer un centimètre d’épaisseur, il faut en moyenne une centaine d’années ! Vous ne marcherez plus jamais en forêt de la même façon en le sachant…



Toutes les forêts ne sont pas les mêmes… on distingue deux grands types d’humus forestier, le mull et le moder.

humus en forêt dégradation de la matière : rondin de bois et mousse
La litière de la forêt, un lieu riche et vivant

Le mull

Le mull est le plus fertile : la litière forestière est mince et abrite une très grande variété de micro-organismes. Ces forêts sont multistrates, avec à la fois des sous-étages arbustifs et de grands arbres. La litière forestière est d’ailleurs doublée d’une seconde à décomposition rapide. Dans les régions tropicales, ce ne sont pas les vers de terre, mais les termites, qui font ce travail.

Le moder

Le moder est celui des sols plus pauvres : la litière forestière est plus épaisse car elle se décompose moins rapidement. Les vers de terre y sont moins présents et la microflore est dominée par les champignons. Ces forêts n’ont pas non plus de sous-étages de végétation. A noter que la prédominance des champignons donne à ces forêts l’odeur caractéristique, le “moder smell”.

Le mor

Le mor est un sol dont la matière organique est très peu décomposée, en raison de la faible activité d’une micro-faune généralement liée à une longue saison froide : c’est typiquement la taïga, mais aussi chez nous la terre de Bruyère dans les Landes, où la forte teneur en fer du sol a formé une concrétion dure et imperméable.

Comment se fait l’humus ?

Le rapport carbone (C) / azote (N)

La rapidité de dégradation de la matière organique dépend non seulement des “troupes” de micro-organismes, mais aussi bien sûr de la composition de celle-ci : pour des essences telles que l’aulne, le frêne, le robinier et l’orme, le rapport carbone/azote est entre 12 et 25, soit une dégradation rapide.

Pour l’érable, le bouleau, le tilleul, le charme et le peuplier, ce rapport est moyen (entre 25 et 40), correspondant à une dégradation plus lente. Mais la dégradation la plus lente est celle du feuillage du hêtre et du chêne, ainsi que les aiguilles des résineux.

La lignine

Autre facteur important de la plus ou moins grande rapidité de cette dégradation, la teneur en lignine des feuillages ou aiguilles. Cette dégradation est effectuée lentement par les champignons. Le feuillage du hêtre, du chêne et du châtaignier ont une forte teneur en lignine, d’où leur décomposition lente.

Votre jardin et potager

En pratique, si vous voulez que vos plantes et légumes poussent, il leur faut un sol fertile. Comment s’y prendre ?

Stop aux pesticides !

Les pesticides tuent la vie des sols : la règle numéro 1 est de ne pas utiliser de pesticides…

Stop au labour

Pour que l’humus se forme, il ne faut jamais retourner la terre, car cela la désorganise : la microfaune et micro-flore qui la dégradent étant dans la couche superficielle du sol, retourner celui-ci empêche leur travail de dégradation.

Terreau riche en humus dans les mains d'un jardinier
Jardin : la clé pour de belles récoltes, un sol vivant !

Couvrir son sol

En forêt, le sol n’est jamais nu, ce qui le protège des différences de température, du tassement et de l’érosion par l’eau de pluie. Pour imiter la nature, paillez votre sol au choix de feuilles mortes, de déchets de taille, de compost peu décomposé, de paille de chanvre ou de lin, etc.

Fumier frais et engrais verts

Pour favoriser l’humus, vous pouvez épandre du fumier frais sur votre sol, de préférence à l’automne. Côté engrais verts, il y a le choix entre les légumineuses (les pois, le trèfle, les fèves) qui fixent l’azote de l’atmosphère, les crucifères (la moutarde, le colza) qui ont l’avantage de bien pousser sur les sols pauvres en humus, et les graminées (avoine, seigle) qui se cultivent en mélange avec des légumineuses.

Tout dépend des besoins de votre sol, et des cultures que vous souhaitez ensuite faire pousser, des choux ou des carottes.

La forêt comestible - Pour des récoltes abondantes en toute saison
Prix mis à jour le 27-05-2022 à 1:33 AM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page