Aromathérapie

Huile essentielle de petitgrain bigarade : une grande rééquilibrante nerveuse

Le réconfort en flacon

Stress, anxiété, déprime ou coup de blues, l’huile essentielle de petitgrain bigarade apaise et réconforte en réharmonisant corps et esprit. Coup de projecteur sur cet indispensable de l’aromathérapie.

Huile essentielle de petitgrain bigarade : en bref

Comme l’huile essentielle de néroli ou d’orange amère, l’huile essentielle de petitgrain bigarade (Citrus aurantium ssp. amara) est issue du bigaradier, aussi appelé oranger amer. Seule la partie distillée change : ici, ce sont les feuilles et les jeunes rameaux qui nous intéressent.

Contrairement aux huiles extraites des écorces d’agrumes, elle n’est pas photosensibilisante : il est donc tout à fait possible de s’exposer au soleil dans les heures qui suivent son application.

Très appréciée pour la gestion du stress et les déséquilibres nerveux et émotionnels, l’huile de petitgrain bigarade cache également d’autres secrets bien gardés, notamment en cosmétique.

Petitgrain bigarade : quels bienfaits ?

Petitgrain bigarade et stress

Ce n’est pas un hasard si on la surnomme parfois l’huile du cœur. L’huile essentielle de petitgrain bigarade est surtout indiquée pour tempérer tous les symptômes liés à l’anxiété. Sa richesse en acétate de linalyle en fait un excellent antispasmodique : elle soulage ainsi les spasmes nerveux, les oppressions thoraciques et les crampes menstruelles accentuées par le stress. Elle participe également à réguler le rythme cardiaque et sera prisée des personnes souffrant de palpitations (tachycardie, arythmie…).

De manière plus générale, l’huile essentielle de petitgrain bigarade s’affiche comme un véritable rééquilibrant nerveux. Elle rétablit une harmonie entre les deux branches du système nerveux autonome, non soumis à la volonté :

  • le système sympathique (accélérateur de l’organisme, activé en cas de stress)
  • et le système parasympathique (ralentisseur de l’organisme, prenant le dessus durant les périodes de détente).

Les personnes sujettes à la spasmophilie ou aux dystonies neurovégétatives l’apprécient donc tout particulièrement. En bonne adaptogène, elle répond également à nos besoins du moment : si elle nous relance en douceur en cas de coup de mou (sans nous exciter), elle redonne sérénité en cas de nervosité excessive (sans nous assoupir).

Graphisme : Essential Oil Petitgrain

Petit grain bigarade : son odeur apaisante

Sur le plan olfactif, l’huile essentielle de petitgrain bigarade est considérée comme l’ami réconfortant, doux et chaleureux qui aide à reprendre confiance en soi et invite au lâcher-prise. Elle est donc également très utile pour accompagner une solitude, une rupture affective, un chagrin ou un état dépressif. En cas de choc émotionnel en revanche, on lui préférera la camomille noble.

Petitgrain bigarade et sommeil : efficace contre les réveils nocturnes ?

Dotée d’une action sédative et relaxante, l’huile essentielle de petitgrain bigarade contribue à lutter contre les troubles du sommeil. Elle peut s’employer en massage sur le plexus solaire avant le coucher, diluée à 5 % dans un macérât de millepertuis par exemple. Elle reste toutefois moins puissante que l’huile essentielle de mandarine zest pour cet usage.



Petitgrain bigarade pour la peau

Au niveau cutané, le petitgrain bigarade exerce une action purifiante et tonique. Elle convient ainsi parfaitement aux peaux à tendance grasse, voire acnéiques. Elle peut également faire office de déodorant naturel : bien que moins efficace que le palmarosa, elle possède toutefois l’avantage d’être moins irritante.

Appréciée pour ses fragrances aux notes vertes, elle apporte une touche de fraîcheur à un parfum féminin ou à un gel douche maison.

Petitgrain bigarade : quelles contre-indications ?

Souple et très sécuritaire, le petitgrain bigarade ne présente aucune contre-indication particulière. On proscrira cependant son utilisation pour les femmes enceintes avant le troisième mois de grossesse.

Comment utiliser l’huile essentielle de petitgrain bigaradier ?

Tous les conseils qui suivent ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de santé. En cas de doute, rapprochez-vous d’un médecin aromathérapeute ou d’un conseiller en aromathérapie dûment formé.

Ne présentant aucune toxicité, l’huile essentielle de petitgrain bigarade peut s’employer par toutes les grandes voies investies en aromathérapie : cutanée, orale, inhalation et diffusion.

Sur la peau, elle peut être utilisée pure ponctuellement ou dans les situations d’urgence, comme en cas de crise d’angoisse. Déposez alors 1 goutte directement sur les poignets en les frottant l’un contre l’autre et en respirant profondément. L’inhalation au flacon fonctionne également : agissant de manière rapide, ses effets sont cependant plus fugaces dans le temps.

Pour contrer un stress chronique ou apaiser des menstruations douloureuses, la voie cutanée classique est à favoriser. On la diluera alors dans une huile végétale : entre 5 et 7 % pour une visée relaxante (au niveau du sternum par exemple) et jusqu’à 20 % maximum pour des douleurs spasmodiques (sur la zone douloureuse).

Pour laisser simplement une empreinte zen dans votre intérieur, la diffusion aérienne est souveraine. Respectez dans ce cas le nombre de gouttes indiqué sur le mode d’emploi de votre diffuseur ou votre nébuliseur.

Diffuseur d'huile essentielle relâchant de la fumée, posé sur une console à côté d'une fleur de nénuphar dans une chambre
Diffusez l’huile essentielle de petitgrain bigarade pour une atmosphère détendue

En aromathérapie, la voie orale est toujours à manier avec précaution. Elle présente tout de même un intérêt pour la sphère intestinale, notamment en cas de ballonnements et flatulences. La posologie et les fenêtres thérapeutiques restent à déterminer avec votre praticien.

Huile essentielle de petitgrain bigarade en cuisine

Avis aux fins gourmets, l’huile essentielle de petitgrain bigarade s’invite aussi en cuisine pour aromatiser les préparations ! À hauteur de 1 ou 2 gouttes, elle se fond à la perfection dans une salade de fruits, dans des muffins, des gaufres ou dans des mets aux légumes (soupe de concombres, purée de betteraves…).

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page