L’huile d’olive, bonne pour tout

Qui n’a jamais entendu parlé de l’huile d’olive ? Certes, tout le monde la connaît, mais connaît-on réellement l’ampleur de ses bienfaits et utilisations ?


Les origines : la Mare Nostrum

L’olivier est-il le doyen des arbres ? Des fossiles de feuilles ont attesté de sa présence dès – 12 000 ans avant J.-C. aux confins du Sahara. Mais c’est l’Égypte des Pharaons, qui révéla l’huile d’olive : soins, parfum, rites funéraires, son usage se répandit depuis la côte syrienne de la Méditerranée jusqu’aux plateaux iraniens. En fins commerçants, les Phéniciens troquèrent son importation depuis la Crête pour la culture : l’olivier prit alors racine sur l’ensemble du pourtour méditerranéen.

Les Grecs en enduisirent le corps musclé de leurs athlètes, les Romains se pâmèrent devant le visage de leurs femmes, les Espagnols conquis par le Califat l’introduisirent dans leur cuisine. Quant aux Crétois, leur espérance de vie s’assimile aujourd’hui à la meilleure façon de s’alimenter. Si l’olive a essaimé outre-Atlantique sous les latitudes californienne et mexicaine, l’huile d’olive reste l’or vert de la Méditerranée.

Les très nombreux bienfaits de l'huile d'olive
Les très nombreux bienfaits de l’huile d’olive

L’huile d’olive, l’or vert de la santé

L’huile d’olive est le bon élève de la graisse, contre le bonnet d’âne de la graisse animale. Elle ne fait ni grossir, ni n’encrasse nos artères, au contraire. Motif ? L’huile d’olive est de l’acide gras « mono-insaturé », qui protège nos artères et fait baisser le taux de mauvais cholestérol (LDL) et augmenter le taux de bon cholestérol (HDL).




Ce sont aussi des polyphénols, autrement-dit des antioxydants qui protègent des radicaux libres. Elle est également très riche en vitamine E, également antioxydant, en oméga 9 (acide oléique), en oméga 6 (acide linoléique) et en phytostérols (contre les inflammations).

Nos aïeuls méditerranéens n’étaient pas moins propres que leurs congénères du nord de la Loire : pendant que ceux-ci connaissaient le savon de suif et de cendre, le savon d’Alep, mélange d’huile d’olive et de laurier, parvint à Marseille, où il y devint un nom commun : ainsi le voulut Louis XIV, séduit au point que la production impliqua de déléguer à la fabrication du savon de Marseille, les forçats des galères en renfort.

L’huile d’olive pour la peau : mon doux visage

Le savon d’Alep (huile d’olive et laurier) et celui de Marseille (huile d’olive et soude) restent les meilleurs savons pour le corps, visage compris. Le « véritable » savon de Marseille contient 72% d’huile d’olive : exempt de produits pétrochimiques, il nettoie le visage sans l’agresser, mais en éliminant la flore pathogène. Se laver le visage au savon de Marseille, c’est la garantie d’une peau nette et douce, quelle qu’elle soit sèche ou grasse.

Quant à l’huile d’olive, elle hydrate et nourrit le derme. A la condition d’être une huile « vierge extra », un massage le soir à l’aide d’une goutte d’huile d’olive, nourrit vraiment la peau, ce que font bien peu de crèmes, et l’hydrate : sans graisser ! Elle est aussi un démaquillant naturel. En un mot, se laver chaque jour le visage au savon de Marseille, et le nourrir avec une goutte d’huile d’olive, à raison de deux fois par semaine, c’est bon pour le teint et pour l’environnement.



Versez aussi deux à trois cuillers d’huile d’olive dans votre bain, votre peau vous dira merci.

Les cheveux à la pointe

Les pointes de vos cheveux frisent ? Elles sont rêches.  L’huile d’olive agit à l’instar du sébum : d’où l’importance de ne pas enduire votre cuir chevelu d’huile d’olive, il subirait un excès de gras. En revanche, imprégnez vos mèches surtout à la pointe, d’huile d’olive, et laissez ainsi plusieurs heures, avant de faire un shampooing doux : vos cheveux retrouveront volume, brillance et douceur.

De même, à la veille d’une coloration, ce « bain à l’huile d’olive » – toujours à l’exception du cuir chevelu – protégera vos mèches de l’agression.

Côté santé : moderato cantabile avec la cure dépurative

Parmi ses fonctions (digestive, métabolique, stockage de vitamines et du glycogène), notre foie sert aussi à éliminer les toxines de notre organisme. Un travail qu’il fait grâce à la bile stockée dans la vésicule biliaire : par émulsification de la bile et des lipides.

Votre foie fatigue ? En toute saison, il y a moyen d’oublier la rondelle de saucisson au profit de l’artichaut, du radis noir, de l’oignon, etc.
Plus radicale est la cure dépurative : à jeun, de l’huile d’olive ou bien un mélange d’huile d’olive et de jus de citron (2/3 – 1/3).

Non, il ne s’agit pas d’avaler de la vinaigrette au petit-déjeuner. Cette dose d’huile d’olive à jeun provoque une forte contraction de la vésicule biliaire : il faut une bonne dose de bile, pour l’émulsifier avec l’huile d’olive. De quoi nettoyer la vésicule et le foie : mais selon une méthode qui ne convient pas à tout le monde. Un petit côté « karcher » qui a conduit certaines personnes aux Urgences. Connaissez-vous, cela vous évitera de courir en pyjama vers le grand « U ».




Bien choisir son huile d’olive

Commençons par le plus facile : en France, la plupart des huiles d’olive sont des « huiles d’olive vierges extra ».  Le fait qu’elles soient « vierges » signifie qu’elle sont issues d’un pressage mécanique uniquement, et « extra » que leur teneur en acide oléique est de 0,8% au maximum. Il suffit donc d’éviter les « huiles raffinées », qui le sont par des traitements chimiques et thermiques.

Oubliez la « première pression à froid », la deuxième pression à chaud ne se pratique plus. Cette précision n’a donc pus aucune signification.

Les très nombreux bienfaits de l'huile d'olive
Les très nombreux bienfaits de l’huile d’olive

Concentrez-vous, en revanche, sur la provenance des olives. Pas si simple. Retenez qu’une provenance valorisante est toujours indiquée, tandis qu’un mélange d’huiles est entretenu par le flou. Depuis 2001, l’indication de cette provenance est obligatoire : par pays (France, Espagne, Italie, etc). Évitez la provenance « Europe », qui peut laisser supposer un mélange : y compris d’huiles d’années différentes.

Seules les huiles bénéficiant d’une AOP ou AOC ont le droit d’indiquer une provenance régionale : l’huile AOC de Provence, l’huile AOC de Nice, de Corse, etc. Cela ne veut pas dire que l’huile provient d’une seule variété d’olive, mais d’un terroir. Ainsi, l’AOC de Provence garantit une origine du Var et du Vaucluse : les olives sont des aglandau (car en forme de gland), de la salonenque de Salon-de-Provence, ou de la bouteillan d’Aups.

Quant au prix, ce n’est pas parce que votre bouteille coûte les yeux de la tête, qu’il faut y voir une garantie.  Mais évitez aussi les huiles à pas cher. Lisez bien l’étiquette, et optez pour le juste milieu.

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille également :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *