Animauxfeatured

Le hibou, ce rapace nocturne protégé

Le hibou est l’un des précieux rapaces des nuisibles nocturnes. Découvrez cet oiseau qui s’active pendant que vous dormez. Une espèce protégée à ne pas prendre dans vos phares de voitures.

Présentation de ce rapace

Hibou est le nom générique des rapaces nocturnes à aigrettes, de la famille des Strigidés : cette famille regroupe 189 espèces, qui ont en commun une grande tête avec deux disques faciaux ronds. Et ces fameuses aigrettes, petites touffes de plumes au-dessus des sourcils. A quoi lui servent-elles ? On l’ignore, sauf qu’elles indiquent l’humeur de l’oiseau : en cas de stress, ces aigrettes se dressent avec la contraction des muscles de sa face.

Le hibou est un rapace nocturne : sa vision nyctalope fait entrer trois fois plus de lumière que celle d’un humain. Des yeux solidaires de son crâne, qui évaluent ainsi parfaitement les distances : bien écartés, pour la bonne profondeur de champs, et placés de face pour une vision binoculaire.

Les yeux fixes de ce rapace lui donnent son air caractéristique : sa tête est un vrai pivot, qu’il tourne à 270 degrés pour voir sur les côtés.

Cet oiseau a aussi l’ouïe très développée. Son masque facial est une parabole : il capte les ondes sonores qui convergent vers ses conduits auditifs, situés au niveau de ses yeux. Et petit perfectionnement commun aux strigidés, les oreilles du hibou sont de taille asymétrique, ce qui capte encore mieux.

Comble de la sophistication, le hibou a un vol parfaitement silencieux : certaines plumes servent à supprimer le bruit de celles qui lui servent à voler, en cassant les filets d’air. De quoi fondre sur sa proie, bec court mais crochu efficace, et serres terminées par des griffes acérées.

La femelle du hibou

Elle n’est ni la chouette, ni la hiboue. La femelle de ce rapace est… le hibou femelle. C’est d’ailleurs l’un des cas où la femelle est plus grosse que le mâle. Et où elle ne se préoccupe pas de construire un nid, puisque le hibou a une mentalité de squatteur : il s’installe dans les nids des autres oiseaux, éperviers, pigeons, etc.

Pousse-toi de là que je m’y mette, cela se transmet très bien : à peine couvés, les petits hiboux éjectent maman. Ils grossissent rapidement : c’est elle qui prend trop de place !

Le cri du hibou : un hululement lugubre

« Le cri du hibou » est ce film de Claude Chabrol (1987), où Robert tourne autour de la maison de Juliette. Mauvais signe, cela se finira mal. Le hululement est le cri des oiseaux de nuit : du latin « ululare », hurler il ne s’agit vraiment pas d’un chant, mais bien d’une plainte lugubre.



Hibou et chouette : quelle différence ?

Le hibou appartient à la famille des strigidés, la chouette à celle des tylonidae : ils sont cousins, mais pas exactement de la même famille. La distinction ? La chouette n’a pas d’aigrettes sur la tête. Si vous vous demandez quel rapace nocturne vous scrute, s’il a des aigrettes, c’est un hibou, s‘il n’en n’a pas, c’est une chouette.

Avec une petite exception à la règle : le harfang des neiges est un hibou, mais n’a pas d’aigrettes. Et c’est un rapace diurne. Soyez-en sûrs, Edwige d’Harry Potter est bien un hibou.

Que mange le hibou ?

C’est un carnivore opportuniste !

Mulots et souris, ce rapace se nourrit essentiellement de petits rongeurs, mais aussi d’autres oiseaux et d’insectes. Lapins et canards ne font pas peur au hibou Grand Duc d’Europe. Ses véritables prédateurs ? Les autres oiseaux de proie… et les voitures : son vol rasant à hauteur des phares, ne lui permet pas toujours d’éviter le danger.

Astuce, en tous les cas, pour repérer la présence d’un hibou : il laisse des déjections en forme de pelote, de tout ce qu’il n’ pas pu digérer.

Le hibou, tout un symbole

Athena chez les Grecs, Minerve chez les romains, le hibou est à la fois associé à la guerre (ou à la violence) et à la sagesse. A la lune et à la magie, en tous les cas. Les Égyptiens concevaient ce rapace comme un présage de mort. Les chinois y voyaient l’excès de yang, le symbole de celui qui dévore sa mère.

Si vous êtes né à la période où la nuit est plus longue que le jour, vous devriez être clairvoyant et intuitif : vous voyez ce que les autres ne voient pas. Et vous êtes un passionné.

Nos dessins préférés de hibou

Magnifique …

 

 

Le hibou, les espèces représentatives

A l’exception du petit-duc, le hibou est un oiseau peu migrateur. Pour l’observer, la meilleure période est le début de l’année, où les nuits plus longues que le jour correspondent à la nidification. En France, treize espèces de rapaces nocturnes sont bien présentes, dont quatre hiboux :

Le grand-duc (Bubo bubo)

C’est le plus grand rapace nocturne au monde. Son envergure peut atteindre près de deux mètres. Son plumage jaunâtre à tâches sombres a l’air d’un camouflage de nuit : pourtant, avec ses grands yeux orange, le grand-duc n’est pas un fêtard : il s’active avant minuit.

Le grand-duc habite les falaises et escarpements rocheux, ce qui ajoute à la légende. Et peu se nourrir de chauve-souris attrapées en vol, de perdrix et de son alter ego, le faucon pèlerin. C’est un éminent solitaire, qui accepte tout de même de vivre en couple.

Le moyen duc (Asio otus)

C’est sans comparaison plus petit : trente-cinq centimètres pour 300 grammes. Le hibou moyen-duc n’est pas du tout un solitaire : il a même l’instinct grégaire. Il vit et dort en groupe. C’est l’espèce dont la silhouette allongée se rencontre partout en France.

Le petit-duc (Otus scops)

Ce n’est pas plus gros qu’une grive. Et ne se rencontre pas au-delà d’une ligne Nantes-Lyon. D’ailleurs, ce hibou du Midi migre au sud de l’Italie ou en Afrique, dès le mois de septembre.

Avantage ? Il aime l’électricité, qui attire ses proies. Il niche donc facilement près de nous, pour mieux attraper les papillons de nuit. Pour le voir, il a de jolis yeux citron.

Celui des marais (Asio flammeus)

C’est l’un des plus faciles à observer : le hibou des marais ou « bracgyote » en raison de son bec court, est un dévoreur de campagnols. Si bien qu’il n’est pas tout fait nocturne. Disons qu’il faut être lève-tôt pour avoir la chance de l’observer.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à consulter ces autres articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer