Plantes médicinales

La grindélia, excellente pour les voies respiratoires

Une plante médicinale à découvrir

Peut-être moins connue parce qu’elle n’est pas de chez nous, la grindélia d’Outre-Atlantique a des vertus antalgiques et antispasmodiques très utiles contre tout ce qui fait tousser. Accessoirement, les abeilles en font leur nectar.

La grindelia robusta, une plante américaine

Grindelia robusta est une plante vivace originaire du sud des États-Unis, plus précisément de la Californie. On la trouve depuis la côte Pacifique et le Mexique jusqu’à l’ouest du Mississippi : elle s’épanouit en bord de mer, sur le sable, les rochers et un terrain sec.

Une espèce voisine, Grindelia squarrosa, pousse, elle, plus au Nord.

Une plante un peu collante

De la vaste famille des Acéracées (les plantes dicotylédones dont les petites fleurs sont réunies en capitules qui donnent l’impression qu’il ne s’agit que d’une seule), la grindélia a des tiges d’un mètre de haut au moment de la floraison.

Ses jolies fleurs jaunes ressemblent à une marguerite. Elles ont pour particularité de sécréter une substance collante que l’on retrouve sur son bouton, mais également sur ses feuilles munies de poils sécréteurs sur les deux faces : cette plante contient jusqu’à 20% de résine active.

D’où son surnom de “plante de caoutchouc” ou “herbe à gomme”, qui est une protection contre la déshydratation. Cette résine est aussi une très bonne source de nectar et de pollen pour les abeilles, papillons et autres insectes.

Apis mellifera butinant une felur jaune de grindelia robsuta
Abeille domestique butinant une fleur jaune

Ses substances actives

Sa résine contient très naturellement des flavonoïdes (kumatakenin et acacétine) qui ont la propriété de donner leur coloration aux végétaux et d’être des anti-inflammatoires pour l’être humain, et des diterpènes qui leur confèrent leur pouvoir odorant, en l’occurrence apaisant pour l’organisme.

Elle contient également :

  • une oléorésine,
  • des saponines (2%)
  • des alcaloïdes
  • et des composants glucosides.

En somme, les substances basiques d’une plante, en version concentrée et sans mauvaise surprise.



Déjà les Amérindiens

Les Amérindiens utilisaient les extraits de sa racine contre les troubles du foie, la résine du bouton de la fleur et des feuilles pour soigner la sphère ORL, les affections cutanées et réactions allergiques.

La grindélia a fait partie de la pharmacopée américaine de 1882 à environ 1926, pour ses vertus décongestionnantes et antispasmodiques en cas d’asthme, d’affection des bronches, d’emphysème (la destruction des alvéoles des poumons), de coqueluche et plus généralement de catarrhe des voies respiratoires.

Elle était également utilisée comme désinfectant des voies urinaires et les dermatites, brûlures, piqûres d’insectes, éruptions cutanées.

La grindélia et vertus expectorantes

Usage médical : grindelia et gelsemium

Reconnue antitussive, la grindélia est conseillée en cas de fièvres et douleurs modérées, et en association avec du gelsémium (par ailleurs utilisé en cas de grippe et de stress) en cas de bronchite aiguë bénigne.

En phytothérapie : grindélia contre la toux

L’efficacité éprouvée de la grindélia par les Amérindiens était la bonne : elle est efficace en cas de toux à tendance inflammatoire, au regard de ses vertus anti-asthmatiques, antispasmodiques, expectorantes et cardiotoniques.

Elle peut être utilisée en complément d’un traitement d’une cystite et, en application externe, sous forme de lotion en cas d’irritation cutanée.

Tisanes et sirops

Vous trouverez de la grindélia séchée en herboristerie, seule ou sous forme de forme de préparations mélangées (avec du thym, de la menthe, de l’eucalyptus, anis, etc).

Pour une tisane, comptez une cuiller à soupe pour une tasse d’eau. Faites bouillir pendant trois minutes, laissez infuser une dizaine de minutes. Boire deux à trois tasses par jour, jusqu’à amélioration des symptômes.

Cette plante se présente également en teinture-mère : diluez vingt gouttes dans un verre d’eau, à raison de deux fois par jour, là aussi jusqu’à amélioration des symptômes.

Chez votre pharmacien, vous la trouverez également sous forme de sirops, gélules, suppositoires : respectez les doses prescrites, un surdosage pouvant se révéler toxique.

Les précautions d’usage

En cas de doute sur vos symptômes, consultez votre médecin. Si vous souffrez de troubles cardiaques ou rénaux, cette plante n’est pas pour vous.

Cet article ne peut se substituer à un avis médical, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page