Bien-être et santé

La gentiane, elle vous réveille !

Chaque année à la mi-août, Picherande (300 habitants) dans le Puy-de-Dôme met à l’honneur son statut de « Village Européen de la Gentiane ». D’ailleurs en Auvergne, on fabrique désormais du Bougnat Cola : la boisson pétillante à la gentiane a été créée en 2004 par l’entreprise Juhles, plutôt spécialiste du tripou !

Présentation de la plante

Fleur montagnarde, la gentiane (Gentiana lutea) est une famille de quatre cents essences, dont la plus connue est la jaune. Mais toutes les gentianes ont en commun d’être des plantes vivaces s’épanouissant entre 800 et 1500m d’altitude de mai à octobre.

Cette plante peut atteindre deux mètres de hauteur. Sa croissance est d’abord lente : au bout d’une dizaine d’années, sa tige non ramifiée donne de très nombreuses fleurs en forme de trompettes. Le principal travail a été effectué en sous-sol : elle a d’abord fait pousser ses très longues racines.

La cueillette de la gentiane sauvage est l’objet de professionnels. Si vous voulez en obtenir, elle pousse très bien dans un jardin.

La gentiane jaune

La jaune (Gentiana lutea) ou grande gentiane est la plus connue pour les principes actifs de ses racines très longues (jusqu’à un mètre) et pivotantes. Des racines amères qui sont un tonique pour l’ensemble du système digestif. Et dont la fermentation sert à la fabrication de boissons alcoolisées (Picon, Suze, Avèze, etc).

Dans le Massif central, les « gençanaires » effectuent sa récolte : à l’aide d’une fourche spéciale appelée la « fourche du diable ». Cette récolte des racines est très physique. A noter que la Confrérie des Gençanaïres est l’une des plus jeunes de France, fondée en 1998.

La gentiane bleue sauvage

La Gentiana kochlana ou de Koch est emblématique des Alpes savoyardes. Elle pousse entre 1000 et 2000m d’altitude et résiste à des températures négatives jusqu’à moins vingt degrés.

Elle peut mesurer jusqu’à quatre-vingt-dix centimètres de hauteur et forme de jolies fleurs campanulées à cinq lobes. Des fleurs nombreuses et d’un bleu profond et velouté.

Gentiane bleue des montagnes
Gentiane bleue des montagnes

On utilise sa plante fleurie en thé en cas de manque d’appétit ou anémie, comme fortifiant et parfois comme fébrifuge, mais attention : la gentiane bleue une espèce protégée interdite à la cueillette.



Le saviez-vous ? A Annecy, la monnaie complémentaire s’appelle le gentiane.

La gentiane rose

La Gentianella Campestris ou gentianelle pousse encore plus haut, jusqu’à 2500 mètres. On en trouve, par exemple, dans les Pyrénées, sur les pentes du Pic d’Alian entre la vallée de Lourdes et d’Argelès (une belle promenade à partir du village de Viger). Son rose tire sur le violet.

La fausse gentiane

Le Vératre blanc (veratrum album) ou Ellébore blanc ou Varaire est une peu le mauvais génie des alpages : cette espèce invasive des prairies de montagnes est une mauvaise herbe invasive, qui ressemble à la gentiane jaune. De la famille des liliacées, elle se développe par des rhizomes très efficaces. Or, le vératre blanc est toxique : dans l’Antiquité, on enduisait les flèches de son poison.

Propriétés & bienfaits

Selon Pline l’Ancien, auteur d’une encyclopédique Histoire naturelle, le roi d’Illyrie (l’actuelle Albanie) Gentius aurait donné son nom à cette plante, dont il aurait découvert les vertus curatives.

Aujourd’hui encore, elle est réputée pour ses vertus digestives : son amertume favorise la salivation, premier stade de la digestion, puis la production des sucs gastriques de l’estomac, et enfin stimule la contraction des muscles lisses de l’appareil digestif.

En un mot, elle réveille l’ensemble du système digestif : troubles digestifs (atonie, vomissements, etc), problèmes d’estomac (reflux gastrique, etc), problèmes hépatiques, cette plante tonifie et purifie l’organisme.

La gentiane est également efficace en cas de perte d’appétit : longtemps elle fut utilisée lors de longues convalescences. Et parce qu’elle stimule le travail de l’intestin, elle booste par là-même, l’assimilation des nutriments et notre système immunitaire.

Comment utiliser la gentiane ?

En cas de troubles digestifs ou hépatiques, l’infusion est la meilleure façon de l’utiliser : à raison de deux grammes de racine séchée pour une tasse d’eau bouillante. Vous pouvez boire quatre à cinq tasses par jour, sans risque de surdosage.

En pharmacie ou en herboristerie, vous trouverez de la gentiane standardisée, soit sous forme de préparation pour infusion (souvent associée à d’autres plantes), soit de gélules.

A moins d’être connaisseur, mieux vaut en acheter plutôt que de faire sa propre cueillette en montagne : la cueillette de vraie gentiane est interdite. Et vous risquez la confusion avec le vératre blanc.

Ses utilisations
Ses utilisations

En usage externe, cette plante soigne naturellement une plaie infectée, une dermatose inflammatoire, et apaise une cicatrice. Pour cela, appliquer sur la zone cutanée de la teinture.

La gentiane, effets secondaires

Cette plante est contre-indiquée aux personnes souffrant de problèmes d’estomac (ulcère ou cancer), et totalement proscrite en cas d’hypertension artérielle. Les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas non plus en prendre : d’ailleurs, en Europe, la gentiane est interdite pour les enfants.

Sinon, la gentiane est très bien tolérée. Attention au surdosage, qui peut provoquer des maux de tête, diarrhées subites et accélération du rythme cardiaque.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à consulter les articles suivants :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer