Gel désinfectant DIY, oui ou non ?

By Pascale

gel désinfectant

En pleine épidémie de coronavirus et face au rupture de stock des pharmacies, peut-on fabriquer soi-même son gel désinfectant, à partir de la recette publiée par l’OMS ? Voici tous nos conseils et les bons gestes à appliquer.

Gel désinfectant maison : la recette de l’OMS, à ne pas mettre entre toutes les mains

La semaine dernière, l’Organisation Mondiale de la Santé a publié sur son site internet et à destination des professionnels de santé, un guide pour la « production locale de gel hydro-alcoolique ».

La voici :

Pour fabriquer du gel désinfectant, il faut mélanger :

  • 833,3 ml d’éthanol 96%
  • 41,7 ml de peroxyde d’hydrogène (de l’eau oxygénée)
  • 14,5 ml de glycérol 98 %

Ajoutez de l’eau bouillie préalablement refroidie ou de l’eau distillée, jusqu’à obtenir un litre au total. Mélangez doucement, votre gel est prêt. Ou presque : versez-le dans des flacons de distribution de moindre contenance (100ml) bouchez-les pour éviter l’évaporation. Et maintenant, attendez 72 heures, le temps que votre gel détruise les éventuels spores bactériennes contenues dans l’alcool et/ou les flacons.

La recette du gel hydroalcoolique a été offerte à l’OMS par celui qui l’a mise au point, Didier Pittet, médecin-chef du service Prévention et Contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires de Genève : pour une production locale, par les professionnels de santé.

Attention à ne pas vous improviser apprenti-chimiste : vous manipulez des produits chimiques, dans le but de protéger votre santé et celle de vos proches. Pas automatiquement facile non plus, de trouver du glycérol à 00%, qui sert aussi à faire des explosifs (la nitroglycérine).

gel désinfectant : la recette maison
gel désinfectant : la recette maison

Gel désinfectant naturel

Concernant le coronavirus, il est prématuré d’avancer que des solutions alternatives ou naturelles seraient tout aussi efficaces que le gel hydroalcoolique : ce qui est vrai contre d’autres virus n’est, en l’occurrence, pas certain.

Les huiles essentielles, pas (encore) démontré

Ainsi de l’huile essentielle d’arbre à thé, réputée antibactérienne et antiseptique : se croire protégé alors qu’on ne l’est pas, est une prise de risque.

L’aloe vera, personne n’y croit

De l’alcool et de l’aloe vera pour se désinfecter les mains ? Le problème est que l’alcool a besoin d’eau, pour agir comme désinfectant. Or, la recette deux-tiers d’alcool, un tiers d’aloe vera laisse Didier Pittet dubitatif. Quant à d’autres professionnels de santé, ils pensent carrément que c’est n’importe quoi.

Le savon, la meilleure alternative

Votre pharmacien n’a plus de gel hydroalcoolique : vous avez du savon et l’eau courante.

Un bon savon de Marseille et un fréquent bon lavage et rinçage des mains vous protègent bien : si vous vous lavez bien les mains, les virus et bactéries s’associent à la mousse du savon, pour partir avec l’eau du rinçage.

Gel hydroalcoolique ou savon, pas les deux

C’est l’erreur à ne pas commettre : sitôt vos mains lavées à l’eau et au savon, se les enduire de gel hydroalcoolique. A force, la peau de vos mains souffre inutilement : alors que même essuyées, l’humidité de vos mains lavées diminue l’efficacité du gel.

Le lavage de mains : indispensable !
Le lavage de mains : indispensable !

Désinfectant main sans rinçage

Vous pouvez bien sûr utiliser les deux dans la même journée, autant de fois que possible, mais pas à la suite l’un de l’autre : en réanimation, le personnel hospitalier se désinfecte les mains jusqu’à vingt fois par heure au gel hydroalcoolique, sans dommage pour la peau de celle-ci, mais ne font pas les deux à la fois.

Pour en savoir plus

La santé et l’hygiène au naturel vous intéressent ? Découvrez nos autres thématiques :

Laisser un commentaire