Aux États-Unis, un gangster-jardinier plante des légumes dans la rue !

Ron Finley est du genre déterminé et dynamique, il n’accepte pas ce que certains peuvent appeler la fatalité. Son quartier, South Los Angeles, est victime de la malbouffe. Fast-foods et autres commerces de nourriture industrielle sont légion, et l’obésité devient un fléau. Pour contrer cette réalité, ce gangster-jardinier a décidé de faire pousser dans la rue des fruits et légumes bios !

Ron Finley qualifie lui-même son quartier de désert alimentaire. L’obésité y est 5 fois supérieure à Beverly Hills, un quartier huppé situé à à peine 15 km. « La nourriture est le problème ? Alors la nourriture est la solution ! » C’est ainsi que Ron Finley résume son action. Les problèmes d’obésité et d’accès à la nourriture saine gangrènent la ville, alors il faut donner aux habitants la possibilité de se nourrir correctement !


A LIRE : 15 adresses parisiennes où découvrir l’agriculture urbaine !

Mais comment est-ce possible ? En plantant dans les rues, sur les trottoirs ou bas-côtés des petits potagers où les gens pourront se servir. A South Los Angeles, il y a près de 67 km² de terrains vagues ! De quoi donner à chacun les moyens de bien se nourrir.

Aux États-Unis, un gangster-jardinier plante des légumes dans la rue !
Aux États-Unis, un gangster-jardinier plante des légumes dans la rue !

Pourtant l’aventure n’a pas été aussi simple. Après avoir planté son premier potager avec une équipe de jardiniers, Ron Finley a reçu une contravention et a été sommé de retirer les plantations de l’espace public. Un journal local et une pétition sur change.org ont amené la municipalité à accepter ses projets.




INTÉRESSANT : Avec un potager de 10m², ils dépassent l’autosuffisance !

A ce jour, Ron Finley et son association L.A Green Grounds ont déjà planté une vingtaine de potagers. Il explique que cette démarche est aussi thérapeutique, crée du lien social entre les habitants, embellit le paysage urbain et permet à chacun, notamment aux plus jeunes, de prendre en main leur quartier et de changer leur avenir. Bien plus qu’un simple potager, ces légumes bios semblent métamorphoser le quartier.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *