featuredTechno

Futur énergétique de l’Union Européenne : renouvelable du Nord au Sud

Imaginez un immense réseau permettant d’acheminer l’énergie à travers toute l’Europe, depuis la Méditerranée jusqu’au cercle polaire arctique. Il ne s’agit pas de science-fiction mais bien de l’objectif que se sont fixées les autorités de l’Union européenne, à atteindre d’ici quelques années, permettant le passage à un système électrique décarbonisé. L’activation des centrales d’origine verte, toujours plus nombreuses, est un sujet qui passionne l’Europe, bien que la distribution de l’énergie reste un problème difficile à résoudre.

A la différence du pétrole, cette difficulté réside dans sa répartition énergétique sur le territoire : l’énergie éolienne est produite là où il y a le plus de vent, l’énergie solaire, là où il y a du soleil, en des points géographiquement éloignés des grands centres de consommation d’électricité. Trouver des réponses efficaces n’est pas si simple : les distances sont parfois gigantesques et les centrales situées en des endroits éloignés de tout, difficiles à atteindre.

SUR LE MÊME THÈME : D’ici peu, en Angleterre, les énergies renouvelables devraient remplacer le nucléaire

Les technocrates de Bruxelles en ont bien conscience, au même titre que les scientifiques et les ingénieurs. Un certain consensus semble se dégager autour de la solution suivante : faire passer en surface les câbles électriques à haute tension et en courant continu, technologie nous rappelant un passé pas si lointain, utilisée jusqu’à la découverte du courant alternatif.

Mis de côté pendant des décennies, le courant continu haute tension pourrait connaître une seconde jeunesse grâce à la super smart grid, un vaste réseau capable de transporter l’énergie électrique sur des milliers de kilomètres avec un minimum de dispersion.

Les exemples de réussite ne manquent pas et sont de bon augure. Le Brésil est ainsi en phase de construction d’un câblage long de 2,500 km, permettant d’alimenter Sao Paulo en énergie générée par une maxi centrale électrique située en Amazonie. Une autre autoroute énergétique, non polluante, se trouve, elle, en Inde ; longue de 1370km, elle relie les centres de Champa et de Kurukshetra.

ET AUSSI : Agartala, première ville solaire d’Inde

En Europe, des investissements de plusieurs milliards d’euros seront nécessaires pour mener à bien de tels projets. Les conduits seront posés au-dessus et au-dessous de la surface de la terre, ainsi qu’en mer du Nord et en mer Baltique, où les installations éoliennes off-shore sont de plus en plus nombreuses.

Mais tous les regards se tournent encore plus au sud, en Afrique du Nord, vers un réseau d’immenses centrales solaires à concentration, qui permettrait de faire converger les ressources renouvelables actuelles vers d’autres latitudes.

En espérant pouvoir d’ici 2050 se passer complètement des réserves de combustibles fossiles.

 

Anne-Sophie

Anne-Sophie est une traductrice et une rédactrice efficace et professionnelle. Elle a traduit plusieurs articles de toutvert.fr quand il est né et aidé beaucoup à créer le site.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page