Jardin et potager

Fongicides, eux aussi nuisibles à la biodiversité

A la maison, optez pour des alternatives naturelles

Récemment, une étude allemande a mis à jour le rôle perturbateur des fongicides sur les abeilles. Ce n’est pas le moindre paradoxe, quand elles pollinisent 75% de l’alimentation mondiale. En même temps, les champignons sont la plaie des récoltes.

Fongicides, eux aussi nuisibles à la biodiversité

Fongicides SDHI

Que vous aimiez ou non le football, avouez que les pelouses des stades sont d’un vert impeccable. Très bonne chose, depuis la loi Labbé de 2014, les produits phytosanitaires (pesticides et fongicides) sont interdits dans l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries de nos communes. Seules exceptions à cette règle, les cimetières et les stades de foot et de rugby. Il est difficilement concevable que les stades de Ligue 1 et du Top 14 ressemblent à des champs de patates.

Seulement voilà, en janvier 2020, 450 scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme sur les dangers pour la biodiversité et la santé des sportifs, du fongicide utilisé dans les stades :

Le SDHI – pour inhibiteur de la succinate déshydrogénase – inhibe la respiration cellulaire des champignons, mais aussi de tous les organismes vivants, dont le ver de terre, l’abeille et l’être humain. En plus des néonicotinoïdes, l’abeille, décidément, est vraiment mise à mal.

Quant à l’être humain, l’équipe de recherche du CNRS dirigée par le généticien Pierre Rustin a démontré en laboratoire, que ces fongicides étaient susceptibles de provoquer l’encéphalopathie chez le jeune enfant, des tumeurs et cancers, et à accélérer les pathologies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et d’Alzheimer.

L’inconvénient est qu’une fois dans la terre, ces fongicides SDHI se répandent dans l’eau, contaminant l’environnement et toute la chaîne alimentaire. Sans compter que l’Inra et l’Anses ont mis en évidence la résistance de plus en plus grande des champignons aux SDHI.

A terme, ces fongicides deviennent de moins en moins efficaces, le tout aux dépens de la biodiversité et de la santé humaine.

Pourquoi les utilise-t-on des fongicides ?

C’est un fait, si les champignons ne sont pas tous des tueurs de plantes (certains coopèrent avec elles), ils sont pourtant la première cause de maladie des récoltes.

Fongicides contre la rouille du blé

Historiquement, exemple parmi d’autres, la grande famine d’Irlande en 1840, fut causée par la maladie de la pomme de terre.

Aujourd’hui encore, la rouille du blé est une véritable plaie pour les céréales. En attestent les rapports successifs de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), la rouille du blé progresse en Europe, en particulier autour du bassin méditerranéen (Sicile, Maroc, Italie).



Non seulement la rouille du blé se propage par le vent sur de longues distances, mais de nouvelles souches émergent. Ainsi, une nouvelle souche détectée au Maroc a été identifiée dans les pays scandinaves. Une autre, identifiée en Afghanistan en 2012, s’est répandue en Ouzbékistan et jusqu’en Éthiopie.

En France, la rouille jaune (Puccinia striiformis ) du blé tendre d’hiver est en forte progression depuis une dizaine d’années. L’Ile-de-France et le Centre Val de Loire sont particulièrement concernés.

Mildiou de la vigne

Vous avez entendu parler du phylloxera et du mildiou. Le premier est le puceron accidentellement importé d’Amérique. Lorsque le phylloxera décima les vignes d’Europe, furent alors importés des vignes sauvages américaines pour replanter des vignes. Sauf qu’avec ces plants de vignes, fut importée une souche de mildiou, Vitis aestivalis. Le mildiou s’est ensuite répandu avec les exportations de cépages de chez nous, de Cabernet, de Merlot, de Chardonnay et de Syrah.

C’est l’époque du recours aux deux grands fongicides que sont le soufre et de la bouillie bordelaise. Depuis, les fongicides sont principalement des produits de synthèse. Mais avant avant de les condamner, il faut avoir présent à l’esprit que les champignons sont bien des tueurs de récoltes.

Fongicides dans votre jardin

A priori avec votre jardin ou votre coin potager, il y a moins de risque que vous criiez famine s’il sont envahis par des champignons, ou que votre pelouse soit moche quand elle est diffusée en prime time à la télé. En somme, il n’y a pas débat, les fongicides de synthèse ne sont pas pour vous.

Prévenir les maladies

La chaleur, l’humidité, l’obscurité et une terre acide favorisent le développement des champignons. Afin d’en prévenir le développement, il faut faire des rotations de cultures qui équilibrent la nature du sol, ne pas planter trop serré, aérer les plantes surtout celles qui sont couvertes, et bien sûr arroser sans excès.

Si vous avez déjà des plantes malades, brûlez-les à l’aide d’un petit brûleur thermique.

Fongicides : tête d'ail dans un panier en osier
Décoction d’ail, un fongicide naturel

Fongicide anturel : la décoction d’ail

Décidément, le remède de grand-mère a plus d’une vertu. Excellent anti-bactérien, l’ail est aussi un très bon fongicide. Pour ce faire, faites tremper pendant 24 heures 100 grammes d’ail dans un litre d’eau (de pluie ou du robinet). Le lendemain, faites bouillir le tout à ébullition, puis laissez infuser une trentaine de minutes. Laissez refroidir et filtrez.

Une fois refroidie, versez cette décoction d’ail au pied de vos plantes ou légumes. Au pied de vos arbres fruitiers, elle éloignera les pucerons, en pulvérisation sur les feuilles, elle prémunira vos plantes des champignons, mais aussi acariens et chenilles.

L’indispensable purin d’ortie

L’ortie est à la fois un fongicide, un pesticide et un fertilisant pour vos plantes. S’il existe du purin d’ortie concentré dans le commerce, vous pouvez le faire par vous-même.

Coupez de jeunes tiges d’orties non montées en graines, dans les proportions d’un kilo pour dix litres d’eau. Hachez-les grossièrement et placez-les dans un filet à pommes de terre. Disposez celui-ci dans une bassine d’eau et laissez fermenter pendant trois jours, en l’aérant régulièrement à l’aide d’un bâton.

Lorsqu’il n’y a plus de bulles de fermentation, filtrez pour éliminer les morceaux les plus épais. Filtrez ensuite plus finement, afin de ne conserver que le liquide. Vous pouvez conserver celui-ci un certain temps, dans un contenant fermé et à l’abri de la lumière. En tant que de besoin, pulvérisez sur vos plantes.

Fongicides  : ortie dans un seau d'eau devant des pieds de tomates
Purin d’ortie, un fongicide naturel

L’ail, le purin d’ortie ou la prêle sont les fongicides de base du jardinier.

Cela vaut la peine d’y recourir pour votre jardin. Songez que certains fongicides perturbent les abeilles, en limitant la vibration du thorax des mâles, technique de séduction majeure pour attirer la femelle. Il est contradictoire de vouloir un beau jardin, aux dépens du premier jardinier qu’est l’abeille.

La Permaculture au jardin mois par mois
Prix mis à jour le 26-11-2022 à 7:52 AM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page