Figue de Barbarie : un fruit sauvage mais comestible

Figue de Barbarie: les figues de Barbarie sont d’excellents fruits, tant sur le plan du goût que des vertus nutritionnelles.


Elles renferment des sucres, du mucilage (substance visqueuse), de la pectine, des acides organiques, du tanin, de la vitamine C et des sels minéraux. On leur prête des vertus laxatives, du fait de leur mucilage et de leurs nombreuses graines.

La figue de Barbarie – ou nopal – est connue pour son goût et aussi ses bienfaits sur la santé.

Le drapeau du Mexique l’arbore en sa partie centrale : c’est un aigle dévorant un serpent et il est assis sur une figue de Barbarie. De fait, le Mexique est le premier fournisseur au monde de figues de Barbarie (opuntia ficus indica, de son nom latin) ou nopal selon son appellation aztèque, avant les États-Unis où on le trouve principalement en Californie et en Arizona.

Le figuier de Barbarie

Aussi appelé cactus raquette ou oponce, c’est une plante vivace d’aspect caractéristique. Les tiges sont formées d’articles aplatis et charnus, de couleur verte, couverts d’épines portant à leur base un faisceau d’aiguillons barbelés appelés « glochides ». Elle devienne ligneuses avec l’âge et peuvent former de véritables troncs.




Les figues de Barbarie, des fruits sauvages comestibles

Les grandes fleurs, de 5 à 6 cm de diamètre, portent de nombreuses pétales jaunes ou rougeâtres. Elles sont fixées sur le bord des articles supérieurs. Les gros fruits sont ovoïdes, ombiliqués au sommet, rougeâtres, violacés ou parfois jaunâtres, charnus et juteux, parsemés de glochides. Ils renferment de nombreuses graines noires.

Si il est impossible de confondre un cactus avec une autre plante, en revanche, la confusion entre les différentes espèces voisines est tout à fait possible. Mais pas d’inquiétude, elle serait sans conséquence car toutes les oponces partagent les mêmes qualités comestibles.

ESSAYEZ : 12 plantes sauvages comestibles à cuisiner !




La figue de barbarie : bienfait

Excellente pour la santé, elle est très riche en vitamines (dont la vitamine A, mais aussi les vitamines B1, B2, B3, et la vitamine K, cette dernière utile à la coagulation sanguine), en acides aminés et en minéraux (calcium, potassium, magnésium, cuivre, fer).

Une vraie caverne d’Ali Baba de ce qui est nécessaire à l’organisme. Sauf que le nopal est parfois « vendu » comme le régime minceur miracle. En réalité, le nopal est riche en fibres.

Enfin, ce fruit a pour autres vertus de prévenir les ulcères gastriques et de panser les douleurs gastro-intestinales. De même, il agit sur le cholestérol, en réduisant le mauvais (LDL) et en privilégiant le bon (HDL).

figue de barbarie

La figue de Barbarie : les calories

La figue est également pauvre en glucides. De surcroît, sa forme séchée se réhydrate dans l’estomac, en prenant un volume équivalant à cinquante fois son volume sec.




Aucune crainte, mais elle agit comme un coupe-faim naturel, plutôt que comme un régime amaigrissant intrinsèque : c’est à ce titre, qu’il aide les personnes en surpoids. Là encore, de quoi séduire les personnes en surpoids, mais pas seulement.

Les figues de Barbarie et le diabète

Son autre propriété, sans doute la plus intéressante, est que elle bloque l’afflux de glucose dans le sang : autrement-dit, il stabilise le taux d’insuline dans le sang, après un bon repas.

De quoi intéresser les profils diabétiques, sachant que cette maladie ne peut évidemment être envisagée hors traitement médical. Néanmoins, en Amérique Latine, le nopal est bien utilisé pour traiter les personnes diabétiques.

Et, répétons-le, ce fruit est pauvre en glucides.

nopal-3




La figue de Barbarie et la constipation

D’autres vertus encore, lui sont prêtées, celles-ci non corroborées par les études effectuées : le nopal serait excellent pour les vaisseaux proches du cœur, ou encore pour nettoyer le colon.

La figue de Barbarie est aussi au Maroc

Tout le monde n’a pas la chance d’habiter au Mexique. Avant d’en apprécier les saveurs et vertus, où en trouver ?

Quatre autres espèces du genre Opuntia sont subspontanées sur la Côte d’Azur. Tous ces cactus, le figuier de Barbarie y compris, sont originaires d’Amérique centrale et naturalisés depuis plusieurs siècles dans le bassin méditerranéen.

Le figuier de Barbarie prise le mercure élevé et préfère ainsi nettement le sud au nord de la France et se sent encore mieux au Maroc ou en Algérie.
Les figues de Barbarie, des fruits sauvages comestibles




La figue de Barbarie mûre

Les figues de Barbarie sont excellentes lorsqu’elles sont mûrs. Elles diffèrent en taille, en couleur et en saveur selon les espèces et les variétés, dont certaines sont cultivées comme arbres fruitiers en Amérique et dans la région méditerranéenne.

Pour les habitants du nord, la seule solution pour s’approvisionner en nopal est d’aller en magasin bio ou dans certaines épiceries maghrébines ou orientales, voire d’opter pour les compléments alimentaires et huiles essentielles, en lisant bien les étiquettes.

Comment manger la figue de Barbarie

Les figues de Barbarie sont charnues, juteuses et sucrées et leur goût est délicieux, mais il faut prendre garde à bien éliminer les glochides qui en parsèment la surface et se plantent facilement dans les doigts, voire dans le palais !

On les mange crues, en sirop ou en confiture, après en avoir retiré les nombreuses graines. Au Mexique, on en prépare des boissons fermentées.

La figue de Barbarie : les recettes

En la matière, les recettes fourmillent, depuis le fruit jusqu’aux confitures, jus ou nectar, et mets salés ou sucrés. Ayons une petite préférence pour le nectar : avec un zeste de gingembre, à se damner !




Voici comment préparer le melcocha, une recette mexicaine qui date d’avant la conquête espagnole. Il vous faut que…

  • 2 kg de figues de Barbarie

Préparation. Nettoyez bien les fruits de leurs glochides en les brossant sous un jet d’eau. Broyez-les dans un mixer avec un peu d’eau, puis filtrez-les à travers un linge solide, en pressant bien pour faire sortir un maximum de jus.

Faites bouillir doucement le jus obtenu pendant 45 min, en remuant fréquemment, jusqu’à ce que la pâte n’adhère plus à la cuillère. Versez dans les pots. La pâte se solidifie au bout d’un mois ou deux.

LA RÉDACTION DE TOUTVERT VOUS CONSEILLE AUSSI:




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *