Santé au naturel

La fièvre typhoïde, une maladie de la pauvreté

Elle est malheureusement toujours bien présente

La fièvre typhoïde tue encore 200 000 personnes par an. Périclès en mourut : on le sait grâce à Thucydide, qui la contracta également. Maladie de l’insalubrité, la fièvre typhoïde est aujourd’hui une maladie de la pauvreté.

Fièvre typhoïde : définition

Du grec « tuphos » (torpeur), la fièvre typhoïde est une maladie infectieuse dvue à la bactérie Salmonella typhi également appelée bacille d’Eberth, en référence à sa découverte par le bactériologiste allemand Karl Josph Eberth.

La bactérie Salmonella typhi appartient à la famille très commune des entérobactéries (« entéro » pour intestin), famille des bactéries les plus répandues. Et au genre « salmonelles », bactéries très présentes dans le monde animal.

Un réservoir humain

Sauf qu’exception à la règle, l’être humain est l’unique réservoir de Salmonella typhi : si bien que la contamination se fait essentiellement par ingestion d’eau ou d’aliments souillés par des fèces humaines.

En revanche et à l’instar des fièvres gastro-intestinales, la fièvre paratyphoïde touche aussi bien l’être humain que les animaux.

La bactérie Salmonella typhi en cause
La bactérie Salmonella typhi en cause

La 1ère Guerre mondiale

Lors de la Première Guerre mondiale, une épidémie de fièvre typhoïde a décimé les troupes des deux côtés du Rhin.

Il fallait des troupes vaillantes…en 1915, la vaccination fut généralisée, mais avec un vaccin en conditions de guerre souvent mal toléré. Héritage aujourd’hui, de la méfiance au regard de la vaccination ?

Son mode de transmission

Si le principal mode de transmission est l’ingestion d’eau ou d’aliments ayant subi une contamination fécale d’origine humaine, elle se transmet aussi directement de personne-à-personne (mains souillées portées à la bouche).

Autres modes de transmission courants, la consommation de crustacés ramassés dans des zones polluées par des eaux usées, de fruits et légumes crus qui ont été cultivés sur des terres engraissées par des fèces humaines, de lait contaminé.



Enfin, les mouches qui passent d’un aliment à l’autre sont aussi un vecteur de la salmonelle typhi.

Quels sont les symptômes de la fièvre typhoïde ?

La période d’incubation est d’une à trois semaines au cours de laquelle la personne contaminée est asymptomatique et très contagieuse. La salmonelle se multiplie dans son intestin.

La phase « clinique » survient avec le passage des bacilles dans le sang : une fièvre élevée continue (40°), des douleurs abdominales associées à une forte diarrhée ou au contraire à de la constipation, de violents maux de tête. Et un état semi-comateux allant jusqu’au délire.

Les salmonelles libèrent une substance toxique, l’endotoxine, qui provoque des ulcérations responsables de saignements et de perforations intestinales.

C’est cette phase qui, faute de traitements, est responsable de complications voire du décès. Les complications ne concernent pas seulement l’intestin, elles peuvent toucher le cœur et le système nerveux (méningites).

Quel est le traitement à la fièvre typhoïde ?

La fièvre typhoïde se soigne par antibiotiques (fluoroquinolones, céphalosporines) : depuis 1948 et jusque dans les années 80, l’antibiotique utilisé était le chloramphénicol. Il n’est désormais plus prescrit, en raison de sa toxicité hématologique (aplasie passagère ou irréversible de la moelle osseuse… autrement-dit, l’altération à vie ou non de la fabrication des globules rouges et des globules blancs).

Depuis, d’autres antibiotiques sont préférés au chloramphénicol, avec deux limites : l’existence de souches résistantes aux antibiotiques (en Asie du sud-est et dans le sous-continent Indien, plus de 90 % des souches isolées en Inde), et le prix bon marché du chloramphénicol, qui de ce fait reste administré dans les pays en voie de développement, précisément ceux où la fièvre typhoïde sévit.

Ces même pays sont ceux où d’autres pathologies endémiques affectent le foie (hépatites, paludisme, dengue, etc) qui permet le métabolisme du chloramphénicol.

Est-ce que la fièvre typhoïde est contagieuse ?

A l’échelle mondiale, on estime à plus de vingt millions le nombre de cas annuels de fièvre typhoïde, dont plus de 200 000 morts : en Asie, Afrique et Amériques Latine.

En France, elle est endémique en Guadeloupe et à Mayotte. En métropole, la centaine de cas recensés depuis 2012 est exclusivement due à des retours de voyage dans des zones contaminées.

Fièvre typhoïde et vaccin

Le vaccin n’assure qu’une protection de 50 à 65% contre la typhoïde. Une protection de trois ans, qui se fait par une injection quinze jours avant le départ dans un pays à risque.

Le vaccin (injection ou en poudre) reste la première protection plausible chez les populations habitant des zones endémiques privées d’assainissement de l’eau, sachant que les jeunes enfants sont les plus touchés (60% des décès sont des enfants de moins de deux ans). Ce, même si le vaccin a une durée de protection limitée dans le temps.

Un vaccin qui ne protège pas totalement
Un vaccin qui ne protège pas totalement

Quelles sont les mesures d’hygiène à observer ?

Recommandée selon ses destinations de voyage, le vaccin ne se substitue pas aux règles d’hygiène : ne pas boire l’eau du robinet (voire ne pas se brosser les dents) ou de bouteilles déjà décapsulées, ne pas consommer de fruits et légumes crus selon l’endroit où ils ont été achetés.

Et, bien sûr, être strict avec l’hygiène de ses mains : au sortir des toilettes et avant de passer à table.

Le cas des porteurs sains

Particularité, un faible pourcentage de personnes l’ayant contracté et ayant été traité reste des porteurs sains : pendant environ une année, voire à vie ! Si bien que leur environnement peut être contaminé.

Surnommée Mary Typhoïde, l’américaine Mary Molly (1869-1938) fut le premier cas du genre identifié : cette cuisinière refusa de renoncer à son métier et nia toute responsabilité dans la contamination d’une cinquantaine de personnes, dont trois décès. Au total, elle aura vécu vingt-six ans en quarantaine ! Toute une histoire racontée dans La ballade de Marie Typhus par l’écrivain suisse Jürg Federspiel.

La Ballade de Marie Typhus
Prix: 4,79 €
Économisez: 7,25 € (60%)
Prix mis à jour le 28-10-2021 à 5:26 PM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page