Bien-être et santé

Comment faire baisser la fièvre naturellement ?

Avec des huiles essentielles et de bonnes pratiques

La fièvre est le signe que l’organisme se défend contre une agression, qu’elle soit d’origine virale ou bactérienne. Faire baisser la fièvre peut vous aider. Les huiles essentielles sont efficaces, mais il y a aussi quelques bonnes pratiques à suivre avant de recourir aux médicaments. Découvrons ensemble comment traiter la fièvre de manière naturelle.

La fièvre : pourquoi se produit-elle ?

L’apparition d’une fièvre pourrait être synonyme d’une infection en cours, mais il n’est pas nécessaire d’intervenir immédiatement avec des médicaments pour faire baisser la température.

On ne parle de fièvre que lorsque la température du corps dépasse 37,5 degrés. La fièvre sert à éloigner les virus et les bactéries en exploitant la température élevée, c’est donc un mécanisme de défense très important, visant à rendre notre corps inhospitalier, en évitant ainsi la prolifération des microbes.

Pour obtenir une augmentation de la température, l’hypothalamus, responsable des processus de thermorégulation, produit des frissons dans tout le corps : la vasoconstriction est ainsi favorisée, empêchant la dispersion de la chaleur et augmentant la température de quelques degrés.

Lorsque l’infection commence à diminuer, l’hypothalamus agit au contraire et produit donc une vasodilatation accompagnée de transpiration qui permet d’expulser la chaleur et de faire baisser la température.

La fièvre est un phénomène très courant, mais comment peut-on la traiter sans nécessairement recourir immédiatement à des médicaments ? Certains remèdes naturels peuvent être efficaces en cas de légère altération.

Faut-il faire baisser la fièvre ?

La fièvre se manifeste par une élévation de la température corporelle au-delà des 37° habituels. Lorsqu’elle dure et ne parvient pas à redescendre, il faut aider le corps à faire baisser la fièvre.

Il existe de nombreux clichés à réfuter sur la fièvre. Il arrive souvent de paniquer lorsqu’un enfant ou un adulte a une forte fièvre. En réalité, la fièvre est une élévation de la température au-dessus de 37,5° (selon l’OMS) qui existe chez les animaux depuis 40 millions d’années et est présente chez toutes les espèces.

Lorsqu’un phénomène biologique se maintient aussi longtemps et que toutes les espèces animales en sont atteintes, cela signifie qu’il est indispensable à la survie.

Grâce à l’augmentation de la température, les mécanismes immunologiques capables de combattre les virus et les bactéries fonctionnent mieux.



Et avec la fièvre, moins de virus et de bactéries fonctionnent. Les médecins savent qu’un manque de fièvre en cas d’infections graves n’est pas du tout bon signe, bien au contraire ! Et ils savent aussi que la baisse régulière de la fièvre entraîne un allongement et une aggravation des conditions infectieuses.

Il ne faut donc pas s’alarmer en présence de fièvre, même si elle est élevée.

Faire baisser la fièvre du bébé et de l’enfant

De la fièvre chez l’enfant ? Ce n’est pas la peine de paniquer, même si elle est élevée.

La seule situation qui devrait alerter les parents est la fièvre chez les très jeunes enfants (moins de 6 mois), car dans ce cas il y a souvent la possibilité d’une infection bactérienne qui pourrait même être grave et doit être diagnostiquée rapidement. La règle est donc de ne pas s’inquiéter inutilement, mais de faire examiner son bébé dans la journée.

Comment faire baisser la fièvre naturellement

Évidemment, si l’enfant a de la fièvre, manifeste un état général de confusion, des maux de tête, une raideur dans la nuque, des vomissements… bref, si les conditions générales ne sont pas bonnes, le conseil est de  contacter les urgences.

Cela s’applique également aux convulsions au cours d’une fièvre bénigne (mais il est toujours préférable qu’un médecin le détermine) associées, mais pas causées, par la fièvre, et qui ne sont pas prévenues par un antipyrétique.

L’autre cliché à démystifier est la relation entre la dentition et la fièvre. C’est une idée très fréquente chez les parents. En réalité, la fièvre de l’éruption dentaire n’existe pas.

Il faut également garder à l’esprit que si la fièvre ne baisse pas, il n’est pas nécessaire d’utiliser des antibiotiques, qui ne doivent être prescrits par le médecin que lorsque cela est vraiment nécessaire.

Pour mesurer la fièvre, il est cependant utile d’utiliser uniquement un thermomètre électronique numérique et sous l’aisselle. Le passage rectal provoque une gêne et peut également être à l’origine d’accidents désagréables.

En revanche, lorsque l’enfant est plus âgé (comme pour les adultes et les personnes âgées), la fièvre est, dans la plupart des cas, un symptôme qui ne doit pas inquiéter et, surtout, ne doit même pas être combattu.

Il n’est nullement vrai qu’au-delà d’un certain seuil (38 – 38,5 °), il faut prendre un antipyrétique, c’est-à-dire du paracétamol.

En fait, la fièvre ne doit pas être combattue en tant que telle. Un antipyrétique doit être utilisé si la fièvre est associée à un malaise et à une douleur (maux de tête, douleurs musculaires, douleurs articulaires).

Le paracétamol est l’antipyrétique de premier choix, il doit être administré dans le but précis de soulager les symptômes.

Si l’enfant est fébrile, mais se porte bien, il n’est pas du tout obligatoire de recourir aux médicaments, c’est même une erreur très grave. Et cela vaut également lorsque la fièvre est très élevée.

Comment faire baisser la fièvre chez une personne âgée ?

Chez les adultes (moins de 65 ans), on peut faire baisser la fièvre élevée avec un antipyrétique si la température dépasse 38,5° et s’il n’y a pas d’autres symptômes associés. Il est conseillé de consulter un médecin au-delà de 39°. Le problème n’est pas la fièvre elle-même, mais la cause qui l’a déclenchée, l’infection contre laquelle le corps se bat.

Chez les personnes âgées, le corps et le système immunitaire s’affaiblissent. Il est donc très important de suivre une prophylaxie préventive avec le vaccin anti-grippe et il est impératif de consulter immédiatement un médecin dès les premiers symptômes.

Après l’âge de 60-65 ans, la fièvre n’atteint presque jamais des températures élevées, mais le corps a plus de mal à lutter contre l’attaque des virus et des bactéries.

Évidemment, si l'enfant a de

En cas de fièvre, il faut toujours consulter un médecin et se reposer pour que le corps puisse se rétablir.

Il est possible de prendre des antipyrétiques, mais il est essentiel de boire beaucoup pour lutter contre la déshydratation, qui est potentiellement dangereuse à cet âge.

Faire baisser la fièvre naturellement

Il existe des plantes qui, en régulant le processus de transpiration, peuvent aider notre corps à disperser la chaleur plus rapidement. Elles contribuent ainsi à rétablir la bonne température. C’est pourquoi elles sont considérées comme des aides naturelles pour faire baisser la fièvre.

L’évaporation de la sueur de la peau, ou plutôt de l’eau qu’elle contient, est capable d’induire une baisse de la température du corps.

  • Sureau. L’extrait de fleur de sureau est utilisé dans la formulation de compléments pour lutter contre les troubles du refroidissement. La plante a des propriétés utiles pour le bien-être des premières voies respiratoires. Son apport peut réguler le processus naturel de transpiration et ainsi favoriser la régulation thermique du corps.
  • Quinquina. Apprécié depuis le XVIe siècle comme remède fébrifuge, le quinquina est aujourd’hui utilisé pour l’extraction de la quinine. Elle peut aider à réguler la température et à contrer les états de tension localisés souvent associés à la fièvre. Les sels de quinine (en particulier le sulfate) sont depuis longtemps utilisés en combinaison avec d’autres antipyrétiques dans le traitement des fièvres dues au rhume. L’effet thérapeutique dominant est dû à l’irradiation accrue de la chaleur elle-même à travers la peau par la vasodilatation périphérique et l’augmentation de la transpiration.
  • Saule blanc. L’écorce du saule blanc était utilisée en phytothérapie déjà dans l’Antiquité. Déjà dans les textes de Pline et d’Hippocrate, le saule est mentionné pour ses vertus fébrifuges. L’extrait de l’écorce favorise la régularité du processus de transpiration et contraste les tensions localisés. Il permet ainsi de maintenir ou de rétablir une température régulière. Le principe actif de l’écorce est l’acide salicylique et son extraction à partir du Salix alba est à l’origine de l’aspirine. Pour cette raison, son extrait a des propriétés antidouleur et antipyrétiques. Il peut être pris seul, sous forme d’extrait liquide, ou en synergie avec d’autres plantes (comme le quinquina).

À titre préventif, d’autres plantes soutiennent le système immunitaire et peuvent agir en synergie pour favoriser la guérison.

  • Echinacée. Dans la nature, il existe différentes espèces d’échinacée, mais dans la formulation des compléments naturels, on utilise l’échinacée angustifolia, l’échinacée purpurea et l’échinacée pallida. L’extrait soutient l’efficacité du système immunitaire et favorise le bien-être des voies respiratoires. Bien qu’il n’affecte pas le processus de thermorégulation, il peut aider l’organisme à se défendre contre les agents extérieurs et à rétablir rapidement son équilibre.

Faire baisser la fièvre avec les huiles essentielles

L’huile essentielle qu’il vous faut pour baisser la fièvre est l’eucalyptus radié (ou arbre à fièvre).

  • Fébrifuge, elle fait baisser la température du corps.
  • Antibactérienne, elle agit efficacement contre les virus et les bactéries à l’origine de la fièvre.
  • Renforçant des défenses immunitaires, elle stimule l’organisme
  • Redonne de l’énergie en luttant contre la fatigue qui accompagne généralement la fièvre.

Les autres huiles essentielles à privilégier :

Comment utiliser les huiles essentielles ?

  • Diluez 5 gouttes d’huile essentielle de tea tree et 5 gouttes d’huile essentielle de lavande officinale dans 1 cuillère à soupe de base pour le bain ou d’huile d’amande douce. Versez dans le bain chaud et restez-y une quinzaine de minutes.
Faire baisser la fièvre naturellement
Faire baisser la fièvre naturellement avec des huiles essentielles
  • Diluez 2 gouttes d’huile essentielle de lavande officinale et 2 gouttes d’huile essentielle de tea tree dans une cuillère à soupe de base pour le bain et versées dans un récipient d’eau.
  • Faites un bain de pieds pendant 15 minutes. Mélangez 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié dans une cuillère à soupe de base pour le bain ou d’huile végétale et versez dans une bassine d’eau chaude.

Si la fièvre persiste plusieurs jours ou dépasse les 38,5°, consultez rapidement un médecin.

Attention, testez une seule de ces méthodes, et non toutes simultanément.

Les huiles essentielles sont interdites pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que chez les enfants. Soyez vigilants !

Faire baisser la fièvre avec l’homéopathie

Quant à l’homéopathie, en cas de fièvre soudaine et très élevée, l’Aconitum 9 CH, à prendre toutes les 3 à 6 heures, est utile.

Lorsque la fièvre commence à tomber et que vous commencez à transpirer, vous devez prendre de la Belladonna 9 CH, à la dose de 5 granules, à répéter toutes les heures.




Enfin, en cas de faible fièvre, il serait préférable de prendre du Ferrum Phosphoricum 9 CH.

Il est toujours conseillé de consulter un médecin en cas de fièvre élevée.

D’autres conseils pour faire baisser la fièvre

Boire suffisamment

Pensez à boire beaucoup et régulièrement pour éviter la déshydratation. Privilégiez les soupes, les bouillons, les tisanes et l’eau minérale.

Il est nécessaire de reconstituer les liquides perdus en buvant aussi des jus ou même des jus de fruits frais, de préférence biologiques et de saison.

Faire respirer la peau

N’exagérez pas avec les pyjamas et les couvertures. Évitez de vous couvrir trop ou, au contraire, de prendre froid.

Laissez la peau respirer pour que la chaleur puisse se disperser.

Faire baisser la fièvre : les remèdes de grand mère

Le classique des remèdes de grand-mère est de faire baisser la fièvre par le contact avec du froid (des éponges, de la glace ou des linges mouillés froids). Ils sont inutiles, car la fièvre est une augmentation centrale et non périphérique de la température du corps. Et aussi contre-productives, car elles provoquent des frissons et donc une nouvelle augmentation de la température, ainsi qu’un malaise chez l’enfant.

Pour soulager une forte fièvre on conseille de boire une infusion de basilic et gingembre.

Enfin, grand-mère pensait aux pommes de terre. Des tranches crues placées sur le front et sur la plante des pieds, fixées avec de la gaze, il paraît qu’ils aident à faire baisser la fièvre, grâce aux propriétés anti-inflammatoires de ce tubercule.




Il s’agit de remèdes inutiles dont l’efficacité réelle n’est pas prouvée.

Ail et fièvre

Excellent comme antibiotique et aussi comme allié contre les fortes fièvres, l’ail est une autre panacée lorsque nous sommes victimes de la grippe, car il favorise également la transpiration.

Mangez une gousse d’ail à jeun matin et soir, ou faites le bouillir avec un demi-verre de lait, également végétal. Buvez lorsqu’il est chaud.

Fièvre et vinaigre

Un autre remède de grand-mère consiste à faire des bains de pied avec de l’eau et du vinaigre de cidre, ou des bains chauds avec 1 verre de vinaigre et une poignée de sel dissous dans la baignoire.

Le vinaigre blanc est également conseillé pour faire un sirop à consommer en cas de fièvre. Mélangez 2 cuillères à café avec 1 cuillère à soupe de miel et consommez légèrement dissous dans de l’eau chaude 2 à 3 fois par jour.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi :

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer