Énergies renouvelablesfeatured

L’énergie des courants marins : une énergie renouvelable d’avenir ?

Découvrons ensemble comme l’énergie des courants marins pourrait être une source d’énergie renouvelable pour l’avenir.

Aujourd’hui et depuis quelques années, se pose la question de la production d’énergie face à la pollution et à la limite des stocks d’énergie fossile exploitable. C’est dans ce cadre que des énergies dites propres et renouvelables (ex : énergie des courants marins) sont élaborées puis exploitées à grande échelle. Mais la difficulté essentielle des sources d’énergie renouvelables actuelles est l’intermittence de ces dernières.

En effet, la production d’énergie éolienne est liée au vent, la production d’énergie solaire à la présence de créneaux d’ensoleillement suffisants, et ainsi de suite. C’est dans ce cadre que l’organisation japonaise pour le développement des technologies industrielles et énergétiques (NEDO) a décidé de lancer un programme de recherche sur les courants marins.

A LIRE : Ce qu’il faut savoir sur les énergies renouvelables

Ce programme de recherche se concentre essentiellement sur un courant marin spécifique, le Kuroshio, un des plus importants au monde, qui a la particularité d’être relativement constant en termes de débit et de température tout au long des saisons.

L’idée est d’associer à ce projet plusieurs entités nippones pour réunir différentes compétences et points de vue. Ainsi le projet est globalement géré par la NEDO mais des partenariats ont été établis avec l’Institut d’étude stratégique Mitsui et l’Université de Tokyo. Les groupes privés Toshiba et IHI Corporation sont également associé pour la réalisation technique.

UN BEL EXEMPLE : Ville de Montdidier : vers la maîtrise totale de l’énergie ?

Ce programme de recherche sur les courants marins  a été lancé en 2011 et la phase de test a déjà débuté. Il prévoit l’utilisation de la force du courant océanique pour faire tourner des rotors relativement mobiles. Le projet est d’utiliser des doubles turbines, reliées au sol à la manière d’un cerf-volant.

Des équipements créés par le groupe IHI ont été mis en place, ce sont les attaches fixes ancrés au fond de l’océan qui retiendront les turbines. Cette entreprise sera également en charge de la construction des « turbines flottantes », Toshiba sera chargé de la partie alimentation électrique.

La stabilité de ce courant marin devrait permettre un approvisionnement énergétique régulier et quantifiable.

Image via Shutterstock

Adeline

Née en 1983 dans le sud-ouest de la France, Adeline a grandi à la campagne avant de partir à Toulouse, puis Paris, pour poursuivre ses études. Diplômée en sciences de gestion, elle travaille en Allemagne et en Angleterre puis regagne Paris. A la naissance de son premier fils, elle décide de changer de vie professionnelle et de s’orienter vers un domaine qui a plus de sens pour elle, à savoir l’écologie et le développement durable. En 2013, elle rejoint Toutvert où elle peut s’exprimer par la plume sur des sujets de l’économie verte qui lui sont importants. Elle crée en parallèle une activité de conseils et sensibilisation au développement durable (www.environa.eu). En 2016, elle devient rédactrice en chef et responsable éditorial de Toutvert France.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer