Actualitéfeatured

Embouteillages : ennemis des automobilistes et du…gouvernement !

Les embouteillages, nos pires ennemis sur les routes. En ville au quotidien ou sur les autoroutes en vacances, les bouchons sont un véritable cauchemar pour tous les automobilistes. Et pas seulement !

Selon une étude réalisée par le fournisseur d’info trafic Inrix, les effets des embouteillages seraient un casse-tête pour le gouvernement, puisqu’ils coûteraient 17 milliards d’euros à l’économie française, soit 46 millions par jour. Ce coût annuel dépasse, incroyablement, le trou de la Sécurité sociale, qui correspond à 12,5 milliards en 2013.

ET AUSSI : Embouteillages : le New Jersey se synchronise pour dire stop

Ce résultat découle de l’addition des coûts directs des embouteillages (carburant dépensé et usure développée par les véhicules) et indirects (heures de production perdues par les entreprises et pollution de l’air). « Si nous ne réagissons pas dès maintenant, la saturation des axes routiers aura de très graves conséquences pour l’économie du pays, les entreprises et les citoyens », alarme le directeur Europe d’Inrix, Matt Simmons.

Et les prévisions ne sont pas réjouissantes. Selon l’étude, la facture pourrait s’allonger de 30% dans les 15 prochaines années, dépassant les 22 milliards d’euros en 2030, conséquence de l’« intensification significative du trafic routier à l’échelle nationale ».

UNE ALTERNATIVE : Le télétravail, une solution pour réduire les émissions de CO2 ?

Le directeur adjoint du laboratoire Ville Mobilité Transport, Fabien Leurent, apaise cependant la situation, avec, comme argument, le challenge de développer le réseau des transports en commun et du covoiturage d’ici à 2030, afin de faire baisser le trafic routier. « Je ne pense pas que la facture sera aussi élevée. Les jeunes actifs se déplacent moins en voiture que leurs aînés », dit-il.

L’étude d’Inrix est toutefois à prendre avec précaution puisque le porte-parole du fournisseur d’info trafic, Thibault Peulen, reste flou sur son mode de calcul, se contentant seulement d’expliquer les grandes lignes des éléments pris en compte par l’enquête (coûts directs et indirects).

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page