Jardin et potager

L’écosystème, un acteur majeur !

Protéger les écosystèmes pour préserver la vie

Vous connaissez le terme « écosystème« . Vous savez qu’il faut le protéger pour préserver l’environnement. Mais savez-vous tout ce que cette notion englobe ? Découvrez-le dans cet article !

L’écosystème, un acteur majeur !

Écosystème : définition

D’après l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), un écosystème est « défini comme un ensemble, où un complexe d’organisme vivants (biocénose) se trouve en interaction avec son environnement physique (biotope) au sein d’un espace délimité ».

Qu’est-ce que l’UICN ? Il s’agit du plus grand réseau environnemental au monde. Celui-ci, créé en 1948, se compose de plus de 1400 organisations membres. Ces membres peuvent être des ONG de toutes tailles, des États, des institutions scientifiques, etc. Le but de ce réseau est de tendre vers un monde plus juste qui protège, conserve et valorise la nature.

Quel est le rôle de l’écosystème ?

Tous les composants d’un écosystème (biocénose et biotope) vont développer des échanges (information, énergie, matière) et des dépendances qui vont permettre le maintien d’un équilibre et le développement de la vie sur la planète.

Les écosystèmes sont donc primordiaux à notre vie. Ils nous permettent d’exister car ils nous rendent un grand nombre de services. Voici quelques exemples de ces services dits « écosystémiques » : eau douce, nourriture, bois, combustibles, régulation des inondations, régulation du climat, loisirs, etc.

Quels sont les différents types d’écosystèmes ?

Il existe différents types d’écosystèmes. Nous pouvons citer dans un premier temps les écosystèmes naturels et ceux qui sont artificiels.

Les écosystèmes naturels regroupent notamment les écosystèmes terrestres, aquatiques et mixtes (ex : eau/terre). Les écosystèmes artificiels, également dits « anthropiques » ou « non naturels », sont quant à eux façonnés par l’action humaine (ex : agriculture, villes, barrages, etc.).

Écosystème terrestre

Les écosystèmes terrestres se divisent à leur tour en plusieurs catégories. Nous retrouvons en effet une grande variété floristique et faunistique : déserts, prairies, toundras, forêts tropicales, forêts tempérées, etc.

Écosystème aquatique

Parmi les écosystèmes aquatiques, nous trouvons les marins avec de l’eau salée (ex : océans, mers, estuaires, etc.) et ceux d’eau douce (ex : étangs, rivières, lacs, etc.).

Il existe également une classification qui distingue les eaux stagnantes (lentiques) et les eaux qui circulent dans un sens (lotiques).



Ecosystème marin

Écosystème mixte

Lorsque des écosystèmes se chevauchent (air/terre, eau/terre), on parle d’écosystèmes mixtes. En voici quelques exemples : marais, zones humides, mangroves, etc.

Exemples d’écosystème

Lorsque l’on réfléchit à un exemple d’écosystème, on pense souvent à la chaîne alimentaire. A l’instar du phytoplancton qui est mangé par le zooplancton, qui est à son tour avalé par un plus gros poisson, etc. et qui finit dans notre assiette.

Mais nous pouvons également mentionner le voyage des nutriments chimiques. Pour développer les cellules qui la constituent, une plante va capter des éléments dans l’atmosphère (ex : dioxyde de carbone) et dans le sol (ex : azote). Un animal qui mange cette plante va utiliser les molécules de celle-ci pour créer de l’énergie. Cet animal, en vivant, va rejeter du dioxyde de carbone. De plus, en excrétant (puis finalement en mourant) l’animal fournit à son tour de la matière et de l’énergie à des champignons et des bactéries. Ces derniers, appelés « décomposeurs », font rentrer dans le sol des éléments pour le développement des plantes.

Comme on peut le constater, les relations entre les êtres vivants et leur environnement sont très imbriquées. Les uns et les autres se permettent de vivre mutuellement.

Ecosystème et biodiversité

Le changement climatique impacte les écosystèmes. En effet, les changements de températures et leurs conséquences directes (ex : hausse des températures maximales, augmentation des cyclones, dégel du pergélisol) et indirectes (ex : prolifération de maladies, augmentation des crises alimentaires, augmentation des incendies de forêts) peuvent modifier un écosystème et en appauvrir sa biodiversité. Voire la détruire complément.

Les activités des Hommes mettent en danger l’équilibre des écosystèmes. Quelques exemples :

Protéger les écosystèmes, et l’environnement en général, est une priorité. Les habitats naturels (qui hébergent une biodiversité importante) doivent être préservés. Plusieurs pistes sont déjà identifiées pour protéger la biodiversité, parmi lesquelles :

  • utilisation d’énergies renouvelables (ex : solaire, éolien),
  • réglementation de l’eau,
  • protection des sols,
  • réduction des déchets,
  • contrôle de la déforestation,
  • réduction de la surexploitation des ressources,
  • utilisation de moyens de transport doux,
  • changements pour des régimes alimentaires moins carnés,
  • productions plus écologiques (ex : moins de plastique),
  • etc.

Comme on le voit, il y a beaucoup de leviers à actionner simultanément. Cela nécessite des décisions politiques fortes ainsi qu’une volonté des citoyens à modifier leurs modes de vie parfois trop consuméristes.

biosphère et écosystèmes

Ecosystème en entreprise

Le monde de l’entreprise évolue dans ce qu’on peut appeler « l’écosystème d’affaires ». Cette notion, apparue à la fin du XXème siècle, désigne une pluralité d’acteurs qui ont une vision stratégique commune. Cette communauté peut être composée d’institutions, de clients, d’entreprises, etc. issus de secteurs différents et de tailles différentes. Ils tissent des connexions fortes afin de favoriser l’innovation en partageant ressources et expériences.

Ces écosystèmes permettent à ses acteurs de compenser leurs faiblesses en s’appuyant sur les points forts de ses partenaires.

Peut-on préserver la biodiversité?: Nouvelle Édition
Prix: 4,99 €
Prix mis à jour le 23-11-2022 à 2:06 AM.

Marjorie Tourette

Née en novembre 1990 dans les Vosges, Marjorie est partie vivre à Nancy puis à Grenoble pour faire ses études. Elle a obtenu un Master en coopération internationale afin de pouvoir travailler dans le secteur associatif. A l’issu de ses études, elle a travaillé dans diverses organisations, notamment en lien avec le commerce équitable, le développement rural et la protection de l’environnement. Elle aime à croire que chacun à son échelle peut agir pour transformer nos modes de vie consuméristes en modes de vie plus durables.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page