Vivre au naturel

C’est quoi l’économie collaborative ?

L’économie collaborative, ou économie du partage, est un nouveau modèle d’organisation et d’entreprise qui utilise les plateformes numériques pour mettre en relation des personnes qui souhaitent échanger des biens ou des services directement, facilement et avec un minimum d’intermédiation.

Découvrons plus en détail ce nouveau modèle économique pour retrouver une société collaborative plus respectueuse de ressources naturelles et du consommateur, ne plus fondée sur la propriété et l’achat de biens, mais sur l’accès et l’utilisation.

L’économie collaborative au service de nos besoins

Les technologies nous permettent désormais de partager des voitures, des maisons, des services professionnels.

Les plateformes comme Blablacar pour les transports et Airbnb ou Couchsurfing pour l’hébergement, sont principalement utilisées pour partager les dépenses, mais on peut aussi en profiter pour voyager de manière plus flexible et peut-être pour socialiser. Nous ne parlons pas seulement d’une tendance, mais d’un véritable secteur économique appelé économie du partage, ou économie collaborative.

La crise économique a certainement joué un rôle important dans l’émergence et la diffusion de ce modèle. Il est devenu nécessaire d’économiser de l’argent et d’utiliser au mieux les ressources. L’économie du partage permet donc de :

  • réduire les coûts
  • optimiser les ressources
  • baisser les obstacles économiques à l’accès à certains biens et services.

Par exemple, les vacances en bateau sont traditionnellement un luxe mais si elles sont partagées, elles deviennent abordables pour presque tout le monde.

économie collaborative

Mais il y a aussi un autre facteur : les gens ne veulent plus se sentir comme des consommateurs passifs. Ils cherchent de plus en plus à garder une marge de choix et de participation.

L’économie collaborative : les 5 grandes domaines

Les grands domaines de ce modèle sont représentés par la vente, les services, le logement, les transports et la finance. Et pour calculer la pénétration de ces services de partages dans la société il y a un indice urbain du partage ou indice d’économie collaborative.

  • Transport. C’est la part du lion est taillée par les transports. Les revenus de plateformes telles que Blablacar ou Uber, qui permettent de partager des trajets et des voitures, ont haussé chaque année. Et ils ont facilité des transactions économiques d’une valeur de plus de 5 milliards d’euros.
  • Hébergement. L’économie du partage est en plein essor, notamment dans le domaine du tourisme, grâce aux plateformes qui mettent à disposition des touristes une chambre inutilisée de son domicile (comme Airbnb et Couchsurfing), pratiquent l’habitat partagé ou autre.

économie collaborative

  • Services à domicile. Destinés aux personnes qui vivent seules ou qui n’ont pas le temps, ils proposent de petits services pour faire face aux tâches quotidiennes qu’elles ne peuvent ou ne parviennent pas à accomplir. Des travaux de rénovation, un déménagement, une dépannage d’urgence, des réparations. En bref, les petits services quotidiens pour lesquels il ne vaut pas la peine de se tourner vers une entreprise, mais il faut juste l’aide d’une personne plus expérimentée que nous pouvons connaître (un parent, un voisin) ou ne pas connaître. Il y a des applications qui s’en occupe comme Nextdoor, Allovoisins, Stootie, Welp, ou des services similaires.
  • Services professionnels. Lorsque vous avez besoin de compétences professionnelles qui doivent être rémunérées équitablement, mais vous n’avez pas la possibilité d’embaucher quelqu’un, il existe des sites où vous pouvez trouver des freelances à qui vous pouvez confier ce service de manière ponctuelle ou continue. Ils sont disponibles des services web de graphique, de comptabilité, de développement web…
  • Finance. Dans le domaine économique et financier, l’économie collaborative se divise en deux mondes. La première est celle des plateformes de crowdfunding, grâce auxquelles presque tout peut être financé « par le bas », avec des dons individuels. Le deuxième monde est celui du prêt peer-to-peer. Structurés comme des pmarketplace où les investisseurs particuliers peuvent accorder des prêts aux petites entreprises, en contournant les banques, avec un service plus rapide et des conditions plus favorables.

La rédaction de touvert.fr vous conseille aussi :

Adeline

Née en 1983 dans le sud-ouest de la France, Adeline a grandi à la campagne avant de partir à Toulouse, puis Paris, pour poursuivre ses études. Diplômée en sciences de gestion, elle travaille en Allemagne et en Angleterre puis regagne Paris. A la naissance de son premier fils, elle décide de changer de vie professionnelle et de s’orienter vers un domaine qui a plus de sens pour elle, à savoir l’écologie et le développement durable. En 2013, elle rejoint Toutvert où elle peut s’exprimer par la plume sur des sujets de l’économie verte qui lui sont importants. Elle crée en parallèle une activité de conseils et sensibilisation au développement durable (www.environa.eu). En 2016, elle devient rédactrice en chef et responsable éditorial de Toutvert France.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page