Transports

L’écoconduite, la bonne attitude pour son porte-monnaie et pour la planète

Une conduite citoyenne et responsable pour le mieux-être de tous

Écoconduite, conduite responsable ou citoyenne, appelez-là comme vous voulez, mais constatez qu’en l’adoptant, tout le monde y gagne.

Écoconduite ou conduite citoyenne : définition

L’écoconduite est un comportement de conduite plus responsable, qui permet de réduire la consommation de carburant et les coûts d’entretien du véhicule, de limiter les émissions de gaz à effet de serre afin de préserver l’environnement, de réduire le risque d’accident de la route.

Écoconduite rime avec économie de carburant

L’écoconduite permet de réaliser une économie de 20% de carburant. Selon la Prévention routière, rouler à 120 km/h au lieu de 130 permet d’économiser jusqu’à 5 litres de carburant. Sur un trajet de 600km, le temps “perdu” est d’une vingtaine de minutes seulement.

Mais ainsi que le rappelle l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, l’écoconduite a pour objectif de rouler mieux, pas forcément moins vite.

La réduction de gaz à effet de serre

La neutralité carbone est l’un des moyens prévus par l’Accord de Paris de 2015 (Cop 21) pour contenir le réchauffement climatique dans la limite de 2°C par rapport au niveau préindustriel.

En 2020, l’Europe s’est fixée pour objectif la neutralité carbone d’ici à 2050. En Europe entre 1990 et 2018, les émissions de gaz à effet de serre ont été réduites de 25%. Pour autant, atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 impliquerait de les réduire de 7,6% par an. Seule la mise à l’arrêt de l’économie en 2020 avec le Coronavirus a permis une réduction de 6,7% des émissions de CO2.

Les transports routiers

Or, le transport (de biens et de personnes) est le premier contributeur aux émissions de gaz à effet de serre : un tiers de ces émissions, dont la quasi-totalité (94%) sont dues au transport routier.

Au total sur la route :

  • 54% des émissions de GES émanent des voitures particulières,
  • 24% des poids lourds,
  • 20% des véhicules utilitaires légers.

En moyenne, un véhicule rejette chaque année 3 fois son poids en substances polluantes. Or, en ville, 40 % des trajets réalisés par les usagers font de moins de 2 kilomètres.

La réduction des accidents

S’il n’y a pas de chiffres officiels sur la réduction des collisions grâce à l’écoconduite, une meilleure anticipation, une conduite plus souple et plus calme réduirait de 10 à 15% le nombre d’accidents.



écocoduite : homme au volant d'une voiture, route vide devant lui
Une conduite citoyenne et responsable

Écoconduite : comment avoir une conduite économique ?

L’entretien de son véhicule

Entretenir régulièrement son véhicule (pression des pneus, huile moteur, liquide de frein…) évite une surconsommation de carburant pouvant aller jusqu’à 25%. A titre d’exemple, une pression des pneus de 1,5 bar au lieu de 2,5 bars entraîne une surconsommation de carburant de 6%. Changez aussi régulièrement le filtre à air et l’huile.

Un éco-conducteur adopte les bons gestes

Adoptez des démarrages en douceur, limitez les accélérations inutiles (en ville, elles représentent une surconsommation de 40% de carburant), roulez à vitesse la plus constante possible, passez à la vitesse supérieure dès que vous accélérez et que le compte-tours affiche 1 500 à 2 000 tours/minutes.

Lorsque vous êtes bloqué dans un embouteillage ou faites un arrêt de plus d’une minute, coupez votre moteur. Tout arrêt de plus de 30 secondes consomme plus que de couper puis redémarrer son moteur.

Utiliser les rapports les plus élevés est plus économique, car le moteur tourne moins vite et consomme moins : à 50 km/h à vitesse constante , être en 4e voire 5e vitesse consomme moins que d’être en 3e. En montagne, évitez d’être en sous ou sur-régime.

Qu’est-ce que le sous-régime ?

C’est l’utilisation du moteur en deçà de ses capacités réelles. Contrairement aux idées reçues, ce comportement au volant ne fait pas économiser du carburant, au contraire. De plus, il risque d’entraîner des dégâts matériels sur le long terme.

Réduire la charge inutile

La perturbation de l’aérodynamisme de votre véhicule augmente la consommation de carburant : si vous n’en n’avez pas besoin, délestez-vous des accessoires tels que les barres de toit et porte-vélos. En outre, 100 kg supplémentaires représentent 5% de consommation de carburant en plus.

Pour les mêmes raisons d’aérodynamisme, évitez de rouler les vitres entièrement baissées. Quant au poids de votre véhicule, le carburant pèse aussi : évitez de faire le plein, si votre trajet ne le nécessite pas.

Limitez le recours à la climatisation

Si vous avez vraiment trop chaud, préférez la ventilation ou baissez légèrement les vitres.

Planifiez votre trajet

Avant chaque grand trajet, veillez à étudier votre itinéraire avec attention, surtout si c’est la première fois que vous l’empruntez. Cela limitera le stress et les comportements problématiques au volant.

Adoptez des pneus verts

Alors que les pneus classiques sont principalement composés de caoutchouc, les pneus verts sont en silice, leur procurant une moindre résistance au roulement et, de ce fait, un moindre impact sur l’environnement.

Classés de A à G selon le gain énergétique qu’ils représentent, les pneus verts sont tout aussi performants en matière de tenue de route et de freinage. Leur prix à l’achat, plus élevé de 8% en moyenne, mérite d’être mis en balance avec l’économie réalisée à l’usage.

Écoconduite : bonus au permis de conduire

Depuis 2009, l’écoconduite donne un point de bonus lors de l’examen pratique du permis de conduire, au même titre que la courtoisie au volant. La partie théorique du permis de conduire inclut désormais trois questions ayant trait à l’écoconduite.

Écoconduite : pour les deux roues motorisés aussi !

L’écoconduite est également valable pour les deux motos et scooters : démarrer en douceur, conduire en souplesse, limiter les accélérations inutile, ne roulez pas avec des pneus usés et contrôlez régulièrement leur pression.

Pour limiter votre consommation, portez des tenues près du corps afin de limiter la prise au vent, ne vous chargez pas inutilement, ne branchez pas votre GPS si vous n’en n’avez pas besoin.

Vue du ciel une seule voiture sur une route bordée d'arbres
Libre est respectueux

Comment sensibiliser à l’éco-conduite ?

L’éco-conduite apprise à l’auto école

Les apprenants au permis de conduire sont aujourd’hui sensibiliser par les auto-écoles dès les cours théoriques et de pratiques pour adopter dès le départ une conduite souple, fluide et responsable.

Des formations à l’éco-conduite

Pour ceux qui ont passé leur permis de conduire il y a quelques années, alors que l’écoconduite était moins rependue, il est possible de suivre une formation pour améliorer ses gestes au volant. De nombreuses entreprises proposent la prise en charge de ces cours, surtout pour les professionnels de la route.

Hors cadre professionnel, renseignez vous auprès de votre assurance automobile qui propose peut-être des stages. Certaines auto-écoles offrent également des cours d’écoconduite.

Écoconduite, l’exemple de La Poste

En France, la distribution du courrier représente 760 millions de kilomètres parcourus par 42 000 véhicules, soit la plus grande flotte d’entreprise. Pionnière en matière d’écoconduite, La Poste s’est engagée de 2006 à 2012 dans un programme de formation à l’écoconduite pour 60 000 postiers : l’enjeu était de taille, au regard des 75 millions de litres de carburant consommés pour notre courrier, 200.000 tonnes de CO2 émis. Un programme qui fait aujourd’hui école.

Vers la sobriété heureuse
Prix: 6,70 €
Prix mis à jour le 25-05-2022 à 8:32 AM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page