featuredMaison & Jardin

Donnez une touche d’exotisme à votre intérieur avec le dragonnier

Le dragonnier ou dracaena est une plante d’intérieur décorative qui se distingue par ses magnifiques feuilles arquées foisonnantes et tombantes, portées par un tronc filiforme. Focus sur cette plante facile à cultiver !

Quelques généralités sur le dragonnier

Esthétique, résistante et très facile à entretenir, c’est une plante d’intérieur très appréciée et l’une des plus vendues.

Particulièrement élégant et original, le feuillage du dragonnier apporte une touche d’exotisme à tous les intérieurs. Appartenant à la vaste famille des Agavaceae, cette plante verte est originaire d’Afrique tropicale ou d’Asie.

Non rustique, elle supporte une température d’environ 18°C, tout au long de l’année, et est donc très bien adaptée à la culture en intérieur. Peu exigeante et très résistante, elle est reconnue comme étant parmi les plantes d’intérieur les plus faciles à vivre.

En plus d’être décoratif et facile, le dragonnier a aussi l’avantage d’être dépolluant. En effet, il dégage plus d’oxygène qu’il n’en absorbe et trouve donc sa place dans toutes les pièces de la maison, y compris les chambres.

Le dragonnier, une plante exotique facile à cultiver dans nos intérieurs
Le dragonnier, une plante exotique facile à cultiver dans nos intérieurs

Entretien du dragonnier

Le dragonnier a absolument besoin d’une atmosphère humide. Vous pouvez pulvériser ses feuilles avec de l’eau (à température ambiante). Il est recommandé de l’installer dans un bon terreau, mélangé avec 1/3 de compost si possible. Pour faciliter le drainage, il est conseillé de disposer au fond du pot d’un lit de graviers, de petits cailloux ou de billes d’argile, ce qui permet d’éviter que les racines ne baignent dans l’eau, ce qui pourrait lui être fatale.

Le rempotage est nécessaire que lorsque des racines sortent du pot puisque la plupart des dragonniers aiment avoir les pieds à l’étroit.

À l’aise en intérieur, il apprécie des températures avoisinant les 20-22° et exige une très bonne lumière et même du soleil. Il est donc indispensable de le placer à proximité d’une fenêtre orientée au sud ou à l’ouest afin de le baigner du maximum de luminosité.

En ce qui concerne son arrosage, un arrosage régulier est nécessaire en été mais mesuré. Il faut donc laisser sécher le terreau entre deux arrosages. À l’approche de l’hiver, les besoins en eau du dragonnier vont nettement diminuer. Un à deux arrosages par mois devrait être suffisant, selon son emplacement en plein soleil ou non.



Pour conserver de belles feuilles en enlevant la poussière, il est possible de les nettoyer régulièrement avec un chiffon légèrement humide.

Les variétés de dragonnier les plus communes

  • Le Dracaena marginata ou Dragonnier de Madagascar est sans doute la variété la plus courante. Avec un feuillage étroit et brillant, bordé de rouge, cette variété ‘Tricolor’ porte, en plus des marges rouges, des bandes blanc crème.
Le dragonnier, une plante exotique facile à cultiver dans nos intérieurs
Le dragonnier, une plante exotique facile à cultiver dans nos intérieurs
  • Le Dracaena fragrans possède un feuillage à nervure médiane blanchâtre.
  • Le Dracaena draco ou Dragonnier des Canaries est l’une des espèces les plus résistantes à la sécheresse.
  • Le Dracaena australis est l’espèce la plus résistante au froid (jusqu’à -5°C), pouvant être cultivée en extérieur sous certains climats méditerranéens ou océaniques.
  • Le Dracaena sanderiana (souvent appelé « lucky bamboo ») possède des feuilles vert vif assez larges, à marge ondulée et blanche.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à consulter ces autres articles traitant du jardinage :

Clara

Née à Paris en 1984, Clara est revenue vivre en Savoie à l’âge de 10 ans, sa région familiale. Après des études de communication dans le « tourisme et sports de plein air », puis une année de stage dans une maison d’édition de magazines, Clara a pu se former aux métiers du journaliste. Spécialisée dans les secteurs du tourisme, de la montagne et des sports outdoor, elle devient rédactrice freelance en 2010. Passionnée de montagne et de nature, elle réalise l’un de ses rêves en s’installant dans un petit village de montagne où elle profite du calme, de la nature préservée et du rythme « ralenti », propice à la marche, à la méditation et au yoga, qu’elle pratique régulièrement. Sensible à la préservation de l’environnement, elle agit tous les jours pour minimiser son impact : recyclage, compostage, covoiturage, vélo, alimentation saine et locale, jardinage, consommation raisonnée… c’est pourquoi écrire pour Toutvert est un réel plaisir !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer