A quoi sert la dopamine ?

C’est pas moi, c’est ma dopamine : honnêtement, les jours où vous avez pris plaisir à faire du sport, à une faire une promenade, à faire la sieste à l’heure de la vaisselle, le coupable est tout trouvé.


Dopamine, l’hormone du bonheur

La dopamine est le neurotransmetteur le plus sexy de notre organisme : pour tout ce qu’il nous fait faire, d’où son petit côté vedette. Et parce que tout vient du cerveau, ce qui donne, au moment de chausser les baskets ou de séduire la donzelle, la sensation d’être nettement plus intelligent qu’on ne le croyait…

C’est bien connu : le sportif après une bonne partie, l’amoureux comblé, ressentent ensuite un état de relaxation bien agréable. Merci la dopamine : car, ce n’est pas anodin, la récompense est passée par là.

Dopamine
Dopamine

Ses effets naturels

Mais la dopamine fait bien plus encore : elle entre aussi dans le bon fonctionnement de notre cœur et de nos reins. Mais globalement, elle  signale à notre organisme via le plaisir, ce qui est bon pour nous. Une vraie sentinelle.




Chausser les baskets stimule les neurones ! Ce neurotransmetteur agit certes, de manière un tantinet plus complexe que le cinématographique « T’as de beaux yeux tu sais ».

Tout commence donc dans les profondeurs de notre cerveau. La dopamine y est produite par les neurones de deux structures cérébrales que sont  l’« aire tegmentale ventrale » et la « substance noire », la première intervenant dans le fameux circuit de la récompense, l’autre dans le contrôle la motricité.

Certains neurones émettent cette molécule dans le synapse, cet espace entre nos neurones, d’autres la réceptionnent.  Pas n’importe quels neurones : cinq profils de neurones ont cette aptitude, sachant que tous n’ont pas la même efficacité.

Excès et manque de dopamine

Dans le cas de la maladie de Parkinson, les neurones récepteurs impliqués dans le contrôle des mouvements du corps, sont altérés :  d’où les tremblements caractéristiques. A l’inverse, un excès de dopamine est, par exemple, à l’origine de la schizophrénie.



Dopamine et sport

Motivation, attention, mémoire inconsciente, expériences liées au plaisir telles que le sport et l’amour, sont liées à notre dopamine : lorsque nous chaussons les baskets, mine de rien, nos neurones s’en retrouvent tout excités. La perspective même de s’adonner à une activité qui plaît, leur fait secréter de la dopamine.

Mais si la partie est annulée ? Le « circuit de la récompense », ce vigile de ce qui est bien pour nous,  reste en quelque sorte sur sa faim, pouvant déboucher sur un état de souffrance. Ainsi le sport pratiqué à trop haute dose, peut-il créer une addiction proche du mécanisme de certaines drogues pour lesquelles, hélas, le désir implique une dose de « récompense » plus élevée, pour éviter la souffrance.

Dopamine
Dopamine

Soit dit en passant, la dopamine n’a pas d’étymologie commune avec le dopage, elle vient du petit nom de « dihydroxyphénylalanine ». S’exercer à la prononcer peut procurer du plaisir…

Comment augmenter la dopamine ?

Notre organisme nous indique que nous avons soif, faim : pratique. Il nous dit aussi que nous sommes tristes, peu enclins à la joie de vivre.

Comment stimuler notre dopamine ? Si vous ne bougez pas, goûtez aux joies du sport.  Pas la peine de transpirer comme une bête sur un terrain, pour en ressortir les premiers effets.




Dormez bien en toute bonne conscience, notre cerveau aime bien l’oreiller. Et, si vous le pouvez, évitez de rogner sur vos huit heures de dodo, faute à être ronchon.

Manger joue aussi sur la satisfaction de notre système nerveux central : les bananes, amandes, les légumes verts l’avocat, contiennent de la tyrosine, protéine qui entre dans la création de dopamine. Évitez le gras saturé, nos neurotransmetteurs et pas grand-chose de notre corps n’apprécient.

Et si vous vous laissiez aller à ce que vous aimez ? Il n’est pas répréhensible de voir de vrais amis, d’écouter une musique que l’on aime bien : et de positiver son existence.  Eh oui, ça joue : le simple fait de lister ce que vous allez faire de votre journée, stimule vos petits neurones.

En somme, apprenez à être bien dans vos baskets, même quand vous les avez enlevées.

La rédaction vous recommande :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *