Bien-être et santéfeatured

A quoi sert un diurétique ?

Si vous vous imaginez perdre du poids à coups de diurétique, erreur ! Un diurétique est fait pour soigner certaines pathologies et non pour le confort.

Qu’est-ce qu’un diurétique et pour quelles raisons en prendre ?

Un diurétique est une molécule qui provoque une évacuation supplémentaire d’eau et de sodium du corps humain : via les reins et la vessie.

Hypertension et insuffisance cardiaque

Cet effet est recherché dans le cas de pathologies précises : en cas d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque, d’hypertension portale (la veine porte rapporte le sang de l’intestin au foie), d’hyperkaliémie (excès de potassium dans le plasma sanguin).

Cette évacuation supplémentaire se fait soit par osmose, en favorisant le transfert du sodium depuis le sang vers les urines, soit en inhibant la réabsorption du sodium par les reins.

Diurétique : à ne pas prendre à la légère
Diurétique : à ne pas prendre à la légère

Les diurétiques sont classés en trois catégories, selon la partie des reins sur laquelle ils agissent plus particulièrement (diurétiques proximaux, diurétiques de l’anse, diurétiques thiazidiques et diurétiques du tube collecteur cortical).

Si l’on prend le cas de l’hypertension artérielle, celle-ci peut être provoquée par un déséquilibre entre les deux minéraux que sont le sodium et le potassium. Un excès de sodium augmente la quantité d’eau dans les cellules sanguines : celles-ci gonflent. Le volume sanguin exerce alors une pression nuisible à l’organisme. Le diurétique réduit la quantité d’eau dans les cellules.

De même, en cas d’insuffisance cardiaque, la réduction du volume sanguin soulage les efforts que le cœur doit fournir.

Un diurétique est donc bien un traitement médical. Et à considérer comme tel.

Un diurétique pour maigrir : inutile et dangereux

Un diurétique sert à diminuer le volume d’eau dans le sang : il ne fait pas perdre un gramme de graisse. Résultat ponctuel, le diurétique fait bien perdre de l’eau le temps du traitement, mais la reprendre sitôt arrêté.



En outre, avec cette perte d’eau sans avis médical, vous perdez à la fois des sels minéraux, et une eau dont votre organisme a besoin pour fonctionner. Or, jamais votre médecin ne vous prescrira de diurétique, y compris en cas d’obésité. Restent les diurétiques en vente libre sur internet : soit ce qui se fait de moins sérieux, voire de carrément toxique. A proscrire absolument.

Les diurétiques naturels

Vive le brocoli, la betterave rouge, la carotte !

En revanche, plus d’un produit naturel est diurétique, sans déséquilibrer l’organisme : c’est le cas du café et du thé. Les enclins à la cafetière le savent. A consommer avec modération, même si ce n’est pas facile.

Plus sain, les légumes à tendance diurétiques, riches en potassium : le brocoli (316 mg pour 100 gr), la carotte (320 mg pour 100 gr), l’aubergine (329 mg pour 100 gr), la betterave rouge (300 mg pour 100 g) ou la courgette (261 mg pour 100 g).

L’artichaut (riche en fibres, minéraux et vitamines) et l’asperge le sont également.

Diurétique : à ne pas prendre à la légère
Diurétique : à ne pas prendre à la légère

Quant au céleri, sa richesse en sodium (80 mg pour 100 g) est largement compensée par sa haute teneur en potassium (260 mg pour 100 g) : ne vous en privez pas, il est très bon contre l’hypertension.

Autant de légumes qui ne se limitent pas à être diurétiques. Ils sont un excellent apport de fibres et de nutriments.

Pour en savoir plus

Consultez nos autres articles sur l’alimentation et la santé :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer