AlimentationBien-être et santé

Le dextrose, booster ou poison ?

C’est le petit sachet de poudre que les joueurs de tennis versent dans leur bouteille d’eau, lorsqu’ils récupèrent entre deux sets. Mais c’est aussi ce qui permet au béton de sécher moins vite dans la truelle, et rosit artificiellement le jambon. Focus sur le dextrose.

Définition du dextrose : le carburant glucidique du corps humain

Le dextrose ou D-glucose est le glucide simple (1 molécule de glucose) le plus répandu du monde vivant : D-glucose par opposition au L-glucose, celui-ci bien plus rare. Les plantes le synthétisent par photosynthèse. L’être humain ne fait pas exception à la règle : le dextrose est « son » sucre.

A chacun sa méthode pour le stocker : les plantes stockent le glucose sous forme d’amidon, c’est-à-dire d’agglutination de glucose non mélangé à autre chose, le corps humain sous forme de glycogène, qui est aussi une chaîne de molécules de dextrose.

Dans l’organisme, ce glucide est à 70% stocké par les muscles et à 30% par le foie. La différence est que celui stocké par les muscles ne sert à fournir de l’énergie qu’aux muscles. Celui stocké par le foie sous forme de graisse sert à fournir de l’énergie à toutes les cellules du corps.

Le dextrose alimentaire est majoritairement issu de l’amidon de maïs, mais il peut l’être aussi de riz, de blé, de manioc : cet amidon est hydrolysé en molécules à nouveau séparées. Presque pareil pour le corps humain : entre les repas, le foie puise dans le glycogène en tant que de besoin, pour fournir de l’énergie aux cellules.

Dextrose : la poudre blanche source d'énergie
Dextrose : la poudre blanche source d’énergie

Le corps humain a besoin d’énergie

Un petit coup de pompe ? Ma barre énergétique ! Le dextrose passe rapidement dans le sang et dans les muscles. Mais il n’y a pas que les sportifs de haut-niveau : c’est aussi le sucre rapide et très sucrant dont disposent en comprimés, les diabétiques qui sentent venir l’hypoglycémie.

Et puis, même si on n’est ni l’un, ni l’autre, l’organisme a besoin de recharger ses batteries d’énergie glucidique toutes les 24 heures.

Les limites à la consommation de dextrose

L’estomac, c’est du béton ?

Le béton sèche vite : pour qu’il reste malléable plus longtemps, on lui adjoint du dextrose, en raison de sa faculté de rétention d’eau. Pareil pour le plâtre.

Question : en est-il de même pour le corps humain ? Si l’on ne peut pas comparer l’estomac avec une matière inerte, certains sportifs se plaignent d’avoir trop d’eau dans l’estomac après des prises de dextrose, sensation qui ne se produit pas quand ils n’en prennent pas.



Le dextrose, le roi de sugarland

Si le jambon cuit est rose et les saucisses sèches un bon petit goût, c’est grâce au dextrose de blé. Et ainsi de l’alimentation industrielle, qui recourt à ce glucide pour de multiples raisons : conservateur, meilleur goût, plus jolie couleur.

Et ce n’est pas cher d’en mettre partout : un kilo de dextrose coûte environ 4 euros. Et ce d’autant qu‘il alourdit un mets : vous achetez partiellement du pâté de campagne au prix du sucre.

Dextrose : la poudre blanche source d'énergie
Dextrose : la poudre blanche source d’énergie

Les deux griefs pour la santé, cette omniprésence du sucre, à laquelle s’ajoute de la maltodextrine ayant pour effet de compenser la rétention d’eau provoquée par le dextrose. Quant au procédé d’hydrolyse de l’amidon, le nom est usurpé au sens où il s’effectue avec de l’acide chlorhydrique et autres composés chimiques.

Sur les étiquettes alimentaires, évaluer la quantité de dextrose se fait en regardant sa position : si les pourcentages d’ingrédients ne sont pas obligatoires, l’ordre doit respecter leur quantité respective. Et additionnez bien tous les sucres sous toutes leurs appellations, pour connaître la teneur réelle de ce que vous achetez.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à lire ces autres articles sur le thème du « sucre » :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer