Le Devon Rex, un chat sensible mais malicieux !

Vous voyez un Gremlin ? Eh bien le Devon Rex y fait penser, mais ne vous arrêtez pas à son apparence. Un chat en forme de lutin, tout droit sorti de son espièglerie.


Les origines du Devon Rex

Littéralement le « roi du Devon », ce comté du sud-ouest de l’Angleterre (la pointe sud). Nous sommes dans les années 60 : un chat « haret » promène ses bouclettes dans une mine d’étain désaffectée. De sacrés bigoudis !

Or, le bougre ne se laisse pas capturer. Foi d’animal, il choisit de se reproduire comme un grand, avec une consœur haret : ô la jolie portée de chatons bouclés que voilà. C’est ainsi que Beryl Cox, qui travaille justement à la SPA anglaise (la RSPCA) et avait repéré les bouclettes, proposa à des éleveurs de chats frisés que sont les Cornish Rex, de croiser les deux.

Le Devon Rex, oui il est bouclé !
Le Devon Rex, oui il est bouclé !


Un croisement rémunéré, qui donna… des poils tout raides. L’effet contraire à celui escompté ! En cause, le gène « bigoudi » récessif. Kirlee, qui avait fini par être capturé, fut croisé avec ses propres filles : ouf, les bouclettes réapparurent.




La suite ? Kirlee se fit écraser par une voiture. Triste fin, mais ses bouclettes étaient sauves. Et la Cat Fanciers’ Association, qui enregistrait les bouclettes et frisettes dans la même catégorie, finit même par les distinguer. Le Devon Rex était né.

Autant dire, une naissance mouvementée !

L’aspect du Devon Rex

Quand on a une histoire pareille, on n’est pas n’importe quel chat : de morphologie semi-cobby, le Devon Rex est aussi fin que musclé. Une finesse qui s’ouvre sur un ample thorax. Une taille moyenne, avec quelque chose d’élancé.

Sa tête est aussi très caractéristique : une forme conique à nulle autre pareille, avec ces pommettes très marquées et bien hautes. Un cône surmonté d’oreilles grandes, en proportion.




Sa robe, vous devinez : un poil court ondulé. Peu importe la couleur (y compris bicolore) c’est l’ondulation qui compte.

Quant aux yeux, ils ressemblent à deux citrons alignés dans le sens de la longueur.

Au fait, sa moustache et ses sourcils ? Courts, mais frisés, bien sûr.

Son portrait robot ?
Son portrait robot ?

Le caractère du Devon Rex

Avec son air espiègle, le Devon Rex semble précisément sorti tout droit de ses origines. Il lui est souvent attribué des qualificatifs propres aux humains : coquin, malicieux, excentrique. Mais aussi intelligent, sensible.




Le Devon Rex est un peu tout cela : c’est le contraire d’une pelote alanguie qui squatte un canapé. Certains propriétaires témoignent que leur Devon Rex rapporte un objet et remue la queue quand il est content.

A l’unanimité, c’est un chat très sensible. Il se dresse facilement, mais se dresse donc. Personnes qui ne savent pas y faire, s’abstenir.

Le Devon Rex au quotidien

Attention particulière

Le Devon Rex a l’immense avantage de ne pas perdre ses poils : si vous retrouvez des cheveux bouclés sur votre canapé, ne l’accusez pas, ce n’est pas lui.

Le Devon Rex est frileux : ses bouclettes ne sont pas en laine. Et tout comme vous, il prend froid par les pattes.

Alimentation

Bien que fin, le Devon Rex a un métabolisme qui requiert de l’énergie. Nourrissez-le correctement, il ne grossira pas.




Côté santé

Le Devon Rex vit longtemps (entre douze et seize ans). Mais la consanguinité de son ascendance (papa et sa fille) l’expose à la luxation de la rotule et à la coagulopathie (déficit en vitamine K)  et la myasthénie (défaut de transmission entre les nerfs et les muscles).

Le prix du Devon Rex

Ce chat, quelque peu atypique, se vend entre 1000 à 1300 euros.

Au moment de l’achat, assurez-vous que votre chat ou chaton soit :

  • Tatoué ou pucé
  • Ait un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire (à noter : aucun vaccin n’est obligatoire)
  • Dispose d’une carte d’identification I-CAD
  • Ait une attestation de Pedigree, le cas échéant.

De plus, un contrat de vente en deux exemplaires doit être signé pour sceller la vente.

La rédaction de Toutvert.fr vous suggère d’autres articles sur les félins :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *