Bien-être et santéfeatured

Des OGM dans nos assiettes ?

Des études indépendantes menées par des chercheurs et scientifiques, attirent l’attention sur les dangers liés à la consommation de nourriture issue d’organismes génétiquement modifiés (OGM). A contrario, certains industriels et lobbys alimentaires minimisent les éventuelles conséquences. L’Europe et en particuliers la France, semblent adopter une règlementation relativement stricte à ce sujet en limitant les autorisations. Mais concrètement dans nos assiettes peut-on retrouver des OGM ?

En Europe, il existe deux catégories d’autorisation pour les OGM : celle pour la culture des végétaux OGM (aucune en France due à un moratoire) et celle concernant la commercialisation d’aliments contenant des ingrédients génétiquement modifiés. De ce fait, le consommateur français est relativement protégé des OGM et peu exposé.

A LIRE ÉGALEMENT : Souveraineté alimentaire ou pourquoi lutter l’utilisation des graines OGM

En Europe, seulement un nombre limité de culture peut être issue d’OGM : coton, colza, maïs, soja et maïs doux. En pratique ces végétaux sont très rarement destinés à la consommation humaine mais majoritaire réservée à l’alimentation animale.

Comment alors repérer les produits contenant des OGM ? Du point de vue de la législation, si un produit fini contient plus de 0.9% d’ingrédients OGM, l’industriel est tenu de faire figurer la mention « génétiquement modifié » accolée au nom de l’ingrédient concerné,  dans la liste des ingrédients. Cependant, cette loi ne s’applique que pour la consommation que l’on peut qualifier de « directe ». En effet, si un animal destiné à la boucherie est nourri avec des fourrages transgéniques, le consommateur n’a aucun moyen d’en être informé !

A LIRE : Comment Monsanto a mis les OGM au-dessus de la loi aux États-Unis

En 2010, pour palier à ce manque d’information, la célèbre ONG Greenpeace a publié un « guide des produits avec ou sans OGM ». Il permet de savoir si un produit contient ou est susceptible de contenir des OGM. Ce guide est également disponible sur smartphone : très pratique quand on est en train de faire ses courses !

Depuis 2012, les industriels qui n’utilisent aucun OGM dans la chaine de production ont le droit d’apposer sur leurs produits la mention « sans OGM » ou « nourri sans OGM ». Ce qui signifie que le produit fini contient au maximum 0.1% d’OGM et que cela n’a pu être évité.

Enfin, pour éviter toute forme d’OGM, choisissez des aliments labellisés AB. En effet, l’Agriculture Biologique exclut de son cahier des charges tous les OGM à tous les stades de la fabrication !

POUR VOUS INFORMER : Guide des produits avec ou sans OGM

Adeline

Née en 1983 dans le sud-ouest de la France, Adeline a grandi à la campagne avant de partir à Toulouse, puis Paris, pour poursuivre ses études. Diplômée en sciences de gestion, elle travaille en Allemagne et en Angleterre puis regagne Paris. A la naissance de son premier fils, elle décide de changer de vie professionnelle et de s’orienter vers un domaine qui a plus de sens pour elle, à savoir l’écologie et le développement durable. En 2013, elle rejoint Toutvert où elle peut s’exprimer par la plume sur des sujets de l’économie verte qui lui sont importants. Elle crée en parallèle une activité de conseils et sensibilisation au développement durable (www.environa.eu). En 2016, elle devient rédactrice en chef et responsable éditorial de Toutvert France.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer