Actualitéfeatured

Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées

Après s’être servi plus que largement dans ce que la Terre nous offre de plus précieux, l’eau, pour la rejeter ensuite, une fois contaminée par des déchets et produits chimiques, l’être humain a décidé de traiter les eaux usées. Avec une idée paradoxale : balancer dedans des tas d’autres produits chimiques, principalement du chlore, pour la «purifier».

Sauf que, depuis des millénaires, la terre a parfaitement su purifier l’eau toute seule et de manière bien plus efficace que nos eaux usées. Et Gunter Pauli de poser la question : Comment font les rivières pour se nettoyer ? Réponse : le mouvement perpétuel des cours d’eau crée des vortex, alternance des zones riches en oxygène et d’autres qui en sont dépourvues, ce qui prévient la prolifération de bactéries toxiques.

Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées
Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées

Les tourbillons en brisent les membranes, les rendant plus aisées à consommer pour les micro-algues. Mais surtout, note-t-il, inspiré par les travaux du «génial inventeur autrichien» Viktor Schauberger, les rivières ne s’écoulent jamais en ligne droite. Or, les méandres provoquent le dépôt des déchets solides au centre du lit des rivières, tout en érodant les roches et les limons des rives.

A LIRE AUSSI : Piscines naturelles ? Pourquoi pas…

Là où nos canaux artificiels et bien droits accumulent les sédiments, les cours d’eau tortueux nettoient l’eau sans intervention extérieure.

L’ensemble de ces systèmes – vortex, bactéries, micro-algues et méandres a inspiré au biologiste américain John Todd le nettoyage des eaux usées par des « machines vivantes ». Sa société de «design écologique», entièrement dévolue à la promotion et l’installation de ces systèmes de recyclage vertueux, a pour clients des quartiers de Providence et de Dallas, aux États-Unis, de Fuzhou, en Chine, ou encore la société Coca-Cola.

Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées
Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées

Le système du biologiste repose sur une série de bassins contenant différents écosystèmes aquatiques qui filtrent, nettoient, purifient l’eau des égouts en la dépolluant des déchets humains. Ces écosystèmes sont composés d’un grand nombre de graminées, d’algues, de plantes vivantes, de poissons rouges, de crevettes d’eau douce et d’escargots, ainsi que d’une grande variété de micro-organismes et de bactéries. Chaque bassin forme un écosystème séparé, conçu pour décomposer la matière inorganique présente dans l’eau.

Ainsi, les eaux usées traversent les différents bassins reliés par des tuyaux de raccordement. Les déchets générés par les habitants d’un bassin passent par les tuyaux de raccordement pour devenir la nourriture des habitants d’un autre bassin.

Après une semaine de filtrage, les déchets ont été décomposés en nutriments et aliments pour les plantes aquatiques, les algues, les insectes, les escargots. L’eau sale est devenue de l’eau dite « grise », c’est à dire qu’elle n’est pas potable mais suffisamment propre pour l’irrigation et les chasses d’eau.

Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées

Assez petites pour tenir dans une salle de classe, ou assez grandes pour traiter les eaux usées de tout un village, les Living Machines peuvent même être intégrées au système de traitement des eaux d’une grande ville.

La principale source d’énergie de ces machines : la lumière du soleil. Que la nature est bien faite…

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer