# datagueule explore la délicate question de la consommation de viande

Datagueule ou #DTG pour les intimes, est LA nouvelle minisérie populaire diffusée sur France 4. Loin d’être consensuels et politiquement corrects, les épisodes hebdomadaires de 3 à 4 minutes mettent la vérité à nue sous forme de données chiffrées brutes, abordant des sujets sociétaux sensibles.

Le tafta, l’Ukraine, Monsanto… tous ces sujets sont passés sous l’infographie acérée de Julien Goetz, Sylain Lapoix et leur équipe. Mais dernièrement ce qui fait parler de # datagueule c’est son épisode sur la production et la consommation de viande.


CECI POURRAIT VOUS INTÉRESSER : Se passer de viande : quelles sont les autres sources de protéines ?

Comme a son habitude la voix off de Julien Goetz illustrée d’une infographie chiffrée très visuelle explique et montre simplement les faits. Le saviez-vous ? En 1970 un humain consommait en moyenne 28.7kg de viande par an, contre 43kg en 2014.

# datagueule explore la délicate question de la consommation de viande
# datagueule explore la délicate question de la consommation de viande

Grand oublié de la COP21, l’élevage représente 14.5% des gaz à effet de serre directs ! 95% des porcs sont élevés de façon industrielle et ne fouleront du pied que des caillebotis durant toute leur vie. En 2009 les États-Unis ont administré 13 000 tonnes d’antibiotiques à leurs bêtes d’élevage.




OSEREZ-VOUS RELEVER LE DÉFI ? La journée sans viande, osez la pause !

Et ainsi de suite… Un enchainement bien huilé qui permet aux chiffres bruts de raisonner, d’amener les spectateurs à leur propre conclusion. Car si les vidéos sont extrêmement bien documentées (l’équipe a mis un point d’orgue à la vérification de toutes leurs sources et données), elles ne sont pas moralisantes. A chacun d’un tirer son propre avis et de changer éventuellement son comportement selon son ressenti. Jugez par vous-même :

« Quand la boucherie, le monde pleure » : quand # datagueule explore la délicate question de la consommation de viande




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *