Frédéric, 40 ans, a choisi de vivre avec le minimum ?

Frédéric, la quarantaine, a fait le choix de vivre avec le minimum, dans une maison qu’il qualifie lui-même de « sans confort moderne » pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel et être heureux.

Vivre avec le minimum, cela veut dire il n’a pas de douche, de télévision, de frigo, d’ordinateur et fait lui-même sa cuisine, ses produits ménagers et ses cosmétiques. Il a fait ce choix il y a quelques années en construisant lui-même sa maison et ne la raccordant pas au réseau EDF. Pourtant, il mène une vie tout à fait normale avec travail, amis et compagne, mais dispose de plus de temps libre pour se concentrer sur l’essentiel.


A LIRE SUR LA SOBRIÉTÉ HEUREUSE : Pierre Rabhi : portrait d’un paysan philosophe

Frédéric estime que de ne pas avoir de téléviseur et ordinateur lui fait gagner en moyenne 4 heures par jour. Il réinvestit ce temps dans des activités associatives, en étant par exemple bénévole dans un hôpital, pour faire du sport et avoir une vie saine. En effet, il cuisine lui-même tout ce qu’il mange (pas de plat cuisiné chez lui !), il a un régime alimentaire végétarien proche du crudivorisme (il mange au maximum cru). Il n’a donc pas l’utilité d’un réfrigérateur, quand il doit faire cuire quelque chose, il utilise son four solaire.

comment vivre avec le minimum ?
Vivre avec le minimum

Sa maison est éco-conçue, c’est-à-dire que lorsqu’il l’a bâtie, il a particulièrement fait attention à l’isolation et à son orientation, pour que les larges ouvertures soient baignées de soleil et ainsi réduire la consommation énergétique. Pour l’hygiène, Frédéric explique qu’il récupère l’eau de pluie, qu’il fait chauffer et prend sa douche ainsi. Il fabrique aussi lui-même ses produits cosmétiques à base d’ingrédients naturels comme les huiles végétales ou le bicarbonate de soude.




CECI POURRAIT VOUS INTÉRESSER Bicarbonate de soude : ne poudre indispensable

Pour les petites dépenses énergétiques, comme recharger son portable ou sa perceuse (indispensable pour bricoler), il a installé sur son toit un panneau solaire qui lui procure largement assez d’énergie.

 




Comments

  1. Boulais says

    Quand on ne peut pas faire autrement… C’est bien d’être auto suffisant mais il semble isolé et coupé totalement de la société. Sans eau, ni électricité, ni média. Et il vit seul . C’est un Robinson Crusoé moderne après naufrage de sa vie sociale. Si c’est sa conception du bonheur, pourquoi pas ?

    • jc says

      Bonjour Boulais says,

      As-tu bien lu l’article :

      « …Pourtant, il mène une vie tout à fait normale avec travail, amis et compagne, mais dispose de plus de temps libre pour se concentrer sur l’essentiel…. »

      Ne pas utiliser facebook ou autre ne veut pas dire faire naufrage socialement! Merci à lui de rechercher d’autres pistes pour améliorer notre société. Prenons note de son expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *