Plantes médicinales

Le codonopsis, plante-phare de la medicine chinoise, est la racine pour rester en forme

Découvrez les vertus du ginseng des pauvres

Vous connaissez sûrement le gingseng, peut-être pas le codonopsis qui est, ni plus, ni moins, mais en plus doux.

Le codonopsis, plante-phare de la medicine chinoise, est la racine pour rester en forme

Découvrons les propriétés de cette racine, que ce n’est pas un hasard si les chinois l’appellent dang shen, littéralement ‘qui ressemble au ginseng’.

La plante de codonopsis

On connait surtout la variété Codonopsis pilosula, pour ses applications dans la medicine chinoise, dont on utilise la racine séchée.

Originaire du nord-est de la Chine (de la province du Shanxi, à l’ouest des monts Taihang), cette herbacée vivace à portement grimpant, se cultive désormais sous bien d’autres latitudes.

Cette herbacée très aromatique appartient à la famille des Campanulaceae. Il en existe environ 40 espèces : Codonopsis clematidea, Codonopsis convolvulacea, Codonopsis mollis, Codonopsis ovata et Codonopsis rotundifolia.

Ils peuvent être cultivés dans une large gamme de conditions, mais aiment les sols fertiles et limoneux, soit au soleil qu’à mi-ombre.

Elles conviennent pour des grappes ou des bordures en parterres de fleurs. Il faut les fertiliser modérément au printemps avec un engrais organique à libération lente.

Pour avoir des taches voyantes, il est conseillé d’en planter au moins une tous les 40-50 cm et d’arroser abondamment en été ou en période de sécheresse.

Le codonopsis : le ginseng du pauvre

Au lendemain de la Révolution chinoise de 1949, le codonopsis a supplanté le gingseng dans la médecine traditionnelle, celui-ci étant essentiellement voué à l’exportation.

codonopsis



Et pour cause, il est surnommé le « ginseng  du pauvre ». En effet il est fortement utilisée pour ses effets anti-fatigue et sur le système immunitaire comme le ginseng, en moins cher !

Codonopsis clemateidea

L’espèce Codonopsis clemateidea est plus connue parmi les jardiniers. Il a un port dressé et étalé (hauteur 60 cm)

  • Nombreuses branches fines
  • Feuilles vert clair, ovales et tendres au toucher
  • Fleurs comme des campanules pendantes bleu céleste, teinté de blanc qui fleurissent en juin-juillet

Codonopsis lanceolata

L’autre espèce ornementale intéressante est le Codonopsis lanceolata, également grimpante, mais plus grande (150 cm de hauteur) et dont les fleurs sont verdâtres à l’extérieur et brun-rougeâtre avec de petites taches violettes à l’intérieur.

Parmi les différentes espèces, nous nous souvenons également : Codonopsis mollis, Codonopsis clematidea, Codonopsis convolvulacea, codonopsis ovata et Codonopsis rotundifolia.

Les bienfaits

Le codonopsis appartient, lui aussi, à la famille des plantes adaptogènes : alors que les substances intrinsèquement énergisantes boostent l’organisme, celles-ci agissent sur les glandes surrénales fatiguées.

Elles permettent de recouvrer sa capacité à gérer stress et fatigue. En effet, l’adrénaline n’est pas toujours le meilleur ami du stress et de l’anxiété, d’où l’état d’épuisement symptomatique des périodes de surmenage

Cette plante jugule la production de cette hormone, source d’excès et de déficience d’énergie.

Sa racine contient les principes actifs qui renforcent ce que la médecine chinoise traduit par le QI (la gestion du stress). Son action énergisante est plus progressive que celle du ginseng, mais persistante dans le temps.

codonopsis

En outre, cette plante consolide le système immunitaire et nourrit le sang, en favorisant la fabrication d’hémoglobine et de plasma, tout en réduisant la tension artérielle.

Surmenage, ulcères, troubles digestifs et même toux sèches: à l’instar du gingseng, il est l’allié des fatigues chroniques.

En Corée, « le » pays du gingseng labellisé, le codonopsis ou « todok » se déguste agrémenté de poivre et de sel.

En Chine, il entre couramment dans la composition de soupes (dangshen fu ling). Son goût sucré accompagne viandes et volailles.

L’autre façon de faire une cure de codonopsis est le rayon des compléments alimentaires. A vous de choisir.

Codonopsis Gansu Codonopsis 120 g
Prix mis à jour le 8-12-2022 à 2:17 AM.

Que sont les plantes adaptogènes

Les changements physiques, émotionnels et mentaux qui se produisent en relation avec une situation de stress et de peur, comme une réaction d’attaque ou de fuite, sont gérés par la prise de stimulants chimiques (psychotropes) ou de plantes adaptogènes.

Les herbes appelées adaptogènes en phytothérapie améliorent l’adaptation à une condition stressante. Et ils apportent un soutien naturel, sans contre-indications, pour mieux répondre à la libération d’adrénaline qui en résulte.

Codonopsis : la recette

Vous pouvez utiliser cette racine séchée pour enrichir d’un gout piquant vos plats salés. Mais il a un goût moins piquant que le gingseng.

Au préalable faites ramollir les racines dans de l’eau. Faites-les ensuite revenir pendant trois quarts d’heure à feux doux. Salez… et ajoutez au poulet ou la soupe en fin de cuisson. C’est tout!

Plus d’info

La rédaction de TOUTVERT vous conseille aussi :

  • Baies de goji : le fruit le plus nutritif et antioxydant de la planète
  • Garcinia cambogia : comment brûleur de graisse ?
  • Eleuthérocoque : combattre la fatigue hivernale avec le ginseng sibérien
  • Jujube : un fruit médicinal savoureux et un fortifiant naturel
  • Kudzu : tout savoir sur ses bienfaits et ses vertus
  • Ginkgo biloba : bienfaits et propriétés de cette plante médicinale
  • Ruta graveolens : rhumatologie, traumatologie, ophtalmologie

Enregistrer

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page