Bien-être et santé

Clématite des haies : une plante double jeu !

Une médicinale à manier avec précaution

Variété de liane à feuillage caduc luxuriant, la clématite des haies ombrage rapidement une tonnelle ou une pergola grâce à sa croissance rapide. Intervenant dans certains remèdes médicinaux, elle n’en demeure pas moins dangereuse à l’état brut. Apprivoisons ensemble cette plante sauvage à double tranchant !

Caractéristiques de la clématite des haies

De nom latin Clematis vitalba, la clématite des haies appartient à la famille des Renonculacées. Étymologiquement, Clematis est issu du grec klematis, littéralement « sarment », tandis que vitalba résulte de la fusion des termes latins vitis et alba, signifiant « vigne blanche ».

Dans la littérature botanique, elle admet des noms vernaculaires très variés : clématite vigne-blanche, clématite des bois, vigne de salomon, aubavis, aubervigne, bois à fumer, bois de pipe, cranquillier, viorne des pauvres, reine des lianes, cheveux de la bonne dame, chevelure de vieillard…

Si l’on franchit la Manche, on lui trouve des dénominations tout aussi pittoresques : old-man’s-beard (« la barbe du vieillard ») ou traveler’s-joy (« la joie du voyageur »).

 

La clématite des haies, une plante médicale à connaître
La clématite des haies, une plante médicale à connaître

 

Originaire d’Asie et d’Europe, cette plante est aisément reconnaissable par sa structure lianescente et grimpante. Ses tiges, pouvant atteindre jusqu’à 25 m de long, se lignifient au fil du temps en revêtant une écorce gris jaunâtre.

Feuille de la clématite des haies

Les feuilles de la clématite vigne-blanche sont opposées et composées. Elles s’articulent autour de 3 à 9 folioles ovales et pointues.

Si son feuillage est caduc, ses pétioles en revanche sont persistants. Ce sont d’ailleurs eux qui, par un enroulement en vrilles, s’accrochent solidement au support choisi.



Fleur de la clématite des haies

Apparaissant autour du mois de juin, les fleurs arborent une teinte blanc terne. Petites et nombreuses, elles détiennent 4 à 5 sépales. Elles sont disposées en panicules – en grappes – à l’aisselle des feuilles supérieures.

Fruit de la clématite des haies

Une fois fécondées, les fleurs produisent des fruits (akènes). Prenant la forme de longues plumes duveteuses, ils se regroupent en boules soyeuses aux reflets argentés, particulièrement résistantes face aux frimas hivernaux. À l’instar du pissenlit, ils finissent par être dispersés par le vent.

Où trouver la clématite sauvage ?

La clématite des haies préfère la fraîcheur des forêts humides de feuillus, situées près des rivières ou des plans d’eau. Elle aime s’appuyer sur les arbres placés le long des haies, en lisière de bois ou sur des friches. Indigène en France, elle s’est facilement acclimatée à divers continents : tant et si bien, qu’elle est considérée comme plante envahissante en Nouvelle-Zélande !

Elle fait également partie des espèces végétales dites nitrophiles. Sa poussée spontanée témoigne donc souvent de la présence d’azote dans son milieu.

Culture de la clématite des haies

De manière générale, Clematis vitalba affectionne les sols caillouteux et riches, argileux ou limoneux, reposant idéalement sur un sous-sol calcaire. Elle se développe aisément sur un terrain alcalin, mais craint l’excès d’acidité – dès que le pH est inférieur à 6. Elle tolère une relative sécheresse de la terre.

Côté exposition, elle s’épanouit pleinement dans les emplacements ensoleillés ou mi-ombragés : si ses tiges recherchent effectivement le soleil, ses racines peuvent se contenter de l’ombre. Elle reste rustique en supportant des gelées jusqu’à environ – 24 °C.

Comment se débarrasser de la clématite des haies ?

La clématite des haies, une plante envahissante

Mal domptée, la clématite des haies peut recouvrir vos arbustes du jardin jusqu’à les étouffer complètement. Pour maîtriser sa croissance, n’hésitez pas à la tailler drastiquement à la fin de l’hiver.

Vous souhaitez éradiquer un plant qui a trop pris ses aises ? Il n’existe pas de traitement chimique ni de méthode biologique pour en venir véritablement à bout. La seule solution reste d’arracher ses racines afin d’éviter sa repousse. Attention toutefois, cette plante est particulièrement irritante pour la peau !

Un abri pour la biodiversité

Si vous êtes soucieux de l’environnement, réfléchissez bien avant de la bannir de vos espaces verts ! La clématite des haies constitue un refuge de choix pour nos amis insectes. Si elle attire abeilles et bourdons lors de la pollinisation, elle nourrit également différentes espèces de papillons, dont la laventie des clématites. Pourquoi ne pas en conserver quelques pieds pour faire un petit geste en faveur de la biodiversité ?

Clématite des haies : une plante toxique

La sève renfermée dans ses feuilles et son écorce peut déclencher des éruptions cutanées au contact de la peau – généralement sous formes de cloques. Si vous devez y toucher, armez-vous donc systématiquement de gants longs.

Ses propriétés ulcéreuses étaient d’ailleurs largement connues des mendiants d’alors : ceux-ci s’en frottaient allègrement les membres pour susciter la pitié des passants. Ce n’est pas un hasard si on la surnomme encore aujourd’hui herbe aux gueux !

Utilisation de la clématite des haies

En dépit de son aspect vénéneux, la clématite des haies possède un réel intérêt médicinal. Dès l’Antiquité, Pline, Dioscoride et Galien confectionnaient une macération huileuse à partir des feuilles pilées. Utilisée en emplâtre, elle luttait notamment contre les rhumastismes, les névralgies et la gale.

Aujourd’hui, elle est réservée à un usage homéopathique – par voie externe sous forme de teinture-mère ou de pommade, éventuellement par voie interne via des granules.

Elle est très appréciée pour ses propriétés antirhumatismales, analgésiques et antinévralgiques. On la recommande notamment pour soulager les sciatiques et les lumbagos. Avec son effet veinotonique, elle constitue aussi un accompagnement de choix en cas d’ulcères variqueux douloureux.

En shampoing, elle participe également à fortifier les cheveux fragiles.

La fleur de la clématite compte parmi les 38 élixirs floraux du Dr Bach. Elle s’adresse ainsi aux rêveurs, qui peinent à se concentrer et à garder les pieds sur terre. Elle stimule également la créativité.

La clématite des haies, une plante médicale à connaître
La clématite des haies, une plante médicale à connaître

Comestible, la clématite des haies ?

Le principe toxique de la clématite vigne-blanche se dissipe par la chaleur de la cuisson ou par séchage. Jadis, on savourait ainsi ses jeunes pousses cuites : bouillies dans plusieurs eaux puis dégustées telles quelles, elles finissaient parfois dans du vinaigre après avoir été blanchies pour une plus longue conservation.

La clématite des haies en vannerie

Avec une épaisseur comprise entre 1 et 2 cm, les tiges lignifiées de Clematis vinalba jouissent d’une robustesse remarquable tout en conservant une grande flexibilité. De ce fait, elles s’emploient en vannerie pour la réalisation de ligatures – de manière semblable à l’osier. Cette souplesse en faisait également un excellent lien pour les fagots.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page