Bien-être et santéfeatured

La clématite des haies, une plante aussi décorative que toxique

Sorte de liane à feuillage caduque luxuriant, la clématite des haies permet d’ombrager rapidement une tonnelle ou une pergola grâce à sa croissance rapide. En revanche, il est préférable de la planter à distance des autres plantes du jardin, car elle les envahira rapidement et pourrait alors les tuer par son poids et la privation de lumière. C’est aussi une plante médicinale intéressante !

La clématite des haies au jardin

Clematis vitalba a une préférence pour les sols alcalins riches et un climat humide avec des étés chauds.

La clématite des haies préfère un sol profond et humide avec ses racines dans l’ombre. Un sol mal drainé, lourd de type argileux, est accepté, mais elle pousse mieux si du sable est ajouté pour le drainage. Un sol sableux et basique convient mieux. Elle craint les sols acides en dessous d’un pH de 6. Les plantes sont rustiques jusqu’à environ -20 °C.

La luminosité doit être bonne, mais la mi-ombre convient aussi.

La clematis vitalba a de multiples appellations communes

Qu’on en juge : clématite vigne-blanche, clématite des bois, herbe aux gueux, vigne de salomon, aubavis, aubervigne, bois à fumer, bois de pipe, cranquillier, viorne des pauvres, reine des lianes, cheveux de la bonne dame, chevelure de vieillard…

Et si l’on franchit la Manche, on trouve des noms encore plus pittoresques : old-man’s-beard ou traveler’s-joy.

La clématite des haies, une plante médicale à connaître
La clématite des haies, une plante médicale à connaître

Connaître et reconnaître la Clématite des Haies

Originaire d’Europe, la clématite des haies préfère la fraîcheur des forêts humides de feuillus et les forêts proches de plans et cours d’eau. Elle se remarque facilement en lisière de forêt. Sa grande tolérance aux conditions de culture et sa croissance rapide lui ont permis de s’implanter sur plusieurs continents.

Les pétioles s’enroulent autour des branches qui lui servent de soutien. Quand un côté de la tige touche un objet, la croissance de ce côté ralentit tandis que l’autre côté se développe à son rythme normal, ce qui oblige le pétiole à enlacer l’objet qu’il touche.

Opposées, pennées, caduques, ovales, pointues ou cordées, les feuilles, vertes, sont composées de cinq folioles de 7 à 25 cm de long.



Les fleurs atteignent un diamètre de 2 cm et sont d’un blanc terne. Elles sont disposées en grappes à l’aisselle des feuilles supérieures. La période de floraison a lieu en été, celle de fructification en automne.

Les graines ont une longue queue plumeuse et sont facilement visibles jusqu’au début de l’hiver, après la chute des feuilles des arbres. Les fruits atteignent leur pleine maturité au début de l’hiver après une maturation qui dure quatre mois.

Une plante médicinale mais aussi toxique pour la santé

Côté santé

Pline, Dioscoride et Galien utilisaient les feuilles pilées pour en récupérer une macération huileuse utilisée en emplâtre contre les douleurs rhumatismales et les névralgies, et contre la gale.

Dans le domaine de la santé, les feuilles de la clématite vigne blanche sont un analgésique local qui permettent de calmer les rhumatismes.

La clématite vigne blanche est recommandée pour diminuer les effets des sciatiques et des lumbagos. Elle soigne également les névralgies. Ses effets anti-inflammatoires ou sur la circulation veineuse sont vérifiés.

Côté beauté

Dans le domaine de la beauté, en shampooing, elle est recommandée pour fortifier les cheveux fragiles.

La clématite des haies, une plante médicale à connaître
La clématite des haies, une plante médicale à connaître

Des précautions à ne pas prendre à la légère

Cependant, le nom commun d’herbe aux gueux vient d’un usage ancien : les mendiants se frottaient avec les feuilles de clematis vitalba pour laisser apparaître des réactions cutanées. Semblant malades grâce à ces irritations, ils suscitaient la pitié.

Aussi faites bien attention : toutes les parties de la plante (les fleurs, les feuilles et la tige) sont toxiques.

La sève irrite la peau et conduit à des cloques. Néanmoins, le principe toxique est dissipé par la chaleur de la cuisson ou par séchage. La prudence s’impose donc lors de toute manipulation : le port de gants longs est fortement recommandé dès que l’on touche cette plante.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille d’autres articles sur le même sujet :

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer