Chips, surimi, tarama : pourquoi sont-ils mauvais pour la santé et l’environnement ?

Parmi les incontournables des apéritifs, pique-niques : les chips, le surimi et le tarama. Ces derniers ont récemment fait l’objet d’une analyse auprès d’experts en nutrition, en environnement et en toxicologie. Le bilan est plutôt contrasté.


Voyons ensemble :

  • Les chips : très salées et riches en acides gras saturés, les chips font mauvaise figure sur le plan nutritionnel. Par contre, elles contiennent peu d’additifs; un bon point d’un point de vue toxicologique. Les marques progressent également en terme environnemental. Les chips contiennent de moins en moins d’huile de palme. Cependant, les sachets de chips restent, pour la plupart, non recyclables.
  • Le surimi : ces petits bâtonnets sont constitués d’un maximun de 40% de chair de poisson. Par conséquent, ils sont peu protéinés. Le surimi ne possède qu’entre 5 et 10% de protéines alors qu’ un poisson en compte 20%. Point positif, le surimi n’a que très peu d’additifs, n’est pas calorique et ne contient aucune graisses saturées.

LIRE AUSSI : Santé, environnement, diététique : 10 bonnes raisons de consommer bio

  • Le tarama : préparation grecque, le tarama est fort salé et gras. Plus de 60% de matières grasses sont contenues dans cette mixture rose. En outre, des additifs, des conservateurs et des colorants sont généralement ajoutés à la préparation. Les colorants seraient neurotoxiques et cancérigènes. Le tarama est donc à éviter d’un point de vue nutritionnel et toxicologique.

Les immanquables du pique-nique ne sont donc pas aussi bons qu’ils semblent l’être. Préférez plutôt un panier pique-nique plus vert et plus sain. L’opportunité aussi de rester dans l’ambiance nature du pique-nique.

ET AUSSI : Contrefaçon alimentaire : les 10 produits les plus concernés




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *