Chiens

Le chien du Groenland, ce formidable partenaire des Pôles

Endurance, indépendance et musculature remarquables !

C’est grâce à lui, que l’être humain a pu vivre et explorer les Pôles. Le chien du Groenland est un chien hors du commun, qui a besoin de conditions et d’un maître similaires. Est-ce vous ?

Le chien du Groenland, ce formidable partenaire des Pôles

Chien du Groenland, l’une des plus anciennes races de chien

Chien du Groenland, un chien de type Spitz

Originaire des régions côtières de l’Arctique, ce chien groenlandais est de type Spitz polaire, autrement-dit génétiquement la plus proche du loup et l’une des races de chiens les plus anciennes au monde.

Chien du Groenland, le chien des Inuits

Il est typiquement le chien des Inuits. Ceux sont eux qui l’ont sédentarisé. Des fouilles archéologiques ont attesté de sa présence au Groenland avec les premiers Inuits Sarqaq, il y a entre 4000 et 5000 ans.

chiens de traineaux

Chien du Groenland, le chien des grands explorateurs des Pôles

Premiers européens à mettre le pied en Arctique, les Vikings firent connaître ce chien. Emblématique de la survie aux Pôles, il participa véritablement de l’exploration par les Européens de ces terra incognita.

Charcot en embarqua cinq dans sa première expédition en Antarctique sur son navire Le Français. En 1911, l’explorateur norvégien Amundsen, premier à atteindre le pôle Sud, en emporta 27.

Quant à Paul-Emile Victor, il fit connaître au grand public les aptitudes exceptionnelles ce chien en 1938, en organisant un raid transalpin de 230 km entre Nice et Chamonix avec des spécimens rapportés de ses propres expéditions. Il contribua à la reconnaissance de la race.

Paul-Emile Victor
Prix mis à jour le 21-01-2023 à 7:48 PM.

Chien du Groenland et Husky, des chiens de mushing

Aujourd’hui, il s’aligne sur les départs de compétition de mushing. S’il n’est pas un Husky, il est un compromis entre vitesse et résistance au port de charge apprécié. Du reste, il avait participé à la toute première course officielle de chien de traîneau, la All Alaska Sweepstakes, en 1908, soit 653 km.

mushing



Chien du Groenland, un chien de pleine nature

La remarquable endurance du chien du Groenland

Résistant à des températures de -50°C, véloce et endurant, il est aussi apte à guider l’être humain dans des conditions météo où celui-ci n’est plus à même de se repérer. Il était à proprement parler l’animal de trait local. Un chien de traîneau et de chasse à l’ours et au phoque qui a permis la vie humaine en milieu extrême.

chien du Groenland

Un chien charpenté que le chien du Groenland

Il a le corps compact, légèrement plus long que haut. De 60 à 70cm au garrot pour le mâle, 50 à 60cm pour la femelle pour un poids moyen de 30 à 40 kgs, il a les pattes fortes et musclées.

Son poil doublé est une vraie doudoune, avec un sous-poil doux très épais et un poil de couverture droit et rude. Sa queue touffue forme un arc sur son dos. Signe caractéristique, il a un “ulo” aux épaules, dessin dont le nom est issu du couteau de forme similaire utilisé par les femmes du Groenland.

Ses oreilles en triangle sont petites et droites sur sa tête. Quant à ses yeux obliques, ils ont une expression franche et confiante.

Chien du Groenland : un caractère indépendant

C’est un chien d’une grande intelligence, d’abord reconnu pour son énergie, sa ténacité et son courage. Peut-il devenir un bon compagnon ? Affectueux et calme avec l’être humain, sa sociabilisation doit s’effectuer de bonne heure, sachant qu’il n’est ni un chien d’agrément, ni un chien de garde car il est amical avec tout le monde, son maître comme les inconnus.

Indépendant voire têtu, il peut se révéler fugueur, son instinct de chasse reprenant le dessus sur des conditions imposées qui ne lui conviennent pas. C’est aussi un chien de meute, qui tient de ce fait à son rang. Il le fait savoir en se battant volontiers avec les autres chiens.

Chien du Groenland : pas du tout un chien d’appartement

Il n’est vraiment pas fait pour la ville, encore moins pour un appartement. Chien des espaces infinis, il a le besoin vital de se dépenser physiquement, en courant pendant plusieurs heures par jour.

Pour adopter un spécimen, il faut donc disposer d’espace naturel lui permettant de se dépenser, et d’être soi-même enclin aux joies de la nature, idéalement de la montagne, voire à certains sports. A vous de savoir si vous aimez comme lui les sports canins, le canicross ou encore la pulka. Dans ce dernier cas, les chiens de traîneau tirent une luge, que vous suivez en ski de fond.

Par ailleurs, ce n’est pas un chien des climats tempérés. C’est trop chaud pour lui !

Santé et alimentation du chien du Groenland

Il a besoin d’un apport en protéines, qui dépend de son âge (son espérance de vie est d’entre 13 à 15 ans) et de ses efforts physiques, un exercice intense nécessitant de doubler les rations. A défaut de viande ou poisson, des croquettes de qualité peuvent subvenir à ses besoins, à raison d’environ 700gr par jour pour un jeune adulte.

Le poil de ce chien mue au printemps et à l’automne. Son brossage habituel de tous les trois jours doit alors être quotidien, pour le débarrasser des poils morts et de la poussière, mais aussi pour stimuler le cuir cutané et ainsi la repousse des nouveaux poils.

chiots du Groenland

Chien du Groenland, un chien peu répandu en France

Ce chien reste peu adopté en France. Tout au plus 300 spécimens sont-ils recensés au LOF.

Des élevages de chien du Groenland en France ?

Si vous souhaitez en adoptez un, renseignez-vous auprès des éleveurs certifiés, que vous trouvez plus facilement dans les Alpes voire en Champagne-Ardennes qu’en région parisienne.

Quel est le prix d’un chiot du Groenland ?

Pour un chiot, il faudra compter entre 900 et 1000€ environ. Lors de l’achat, vérifiez les élements suivants :

  • attestation d’inscription au LOF (Livret des Origines Français)
  • carnet de vaccination à jour et dument signé par un vétérinaire
  • certificat d’identification (tatouage ou puce électronique)

 

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page