Le chat persan, le « préféré »

Le chat persan figure en tête du palmarès des chats préférés au monde. Au bout du compte, un chat qui a su étendre par sa beauté et sa douceur, l’empire de ses origines.


Les origines du chat persan

Le chat persan reste l’une des races de chat les plus prisées au monde : un tiers des chats de race en France, et toujours en tête de liste des chats aux États-Unis. Sans compter sa descendance par croisement, que sont d’autres races tel que le Sacré de Birmanie.

L’engouement occidental pour le persan vint de cette véritable curiosité que représentait son poil long. Au XVIIe siècle, l’explorateur italien Pietro della Valle s’éprit du chat persan, et ramena les premiers spécimens. Puis un conseiller du Parlement d’Aix-en-Provence le découvrit à son tour : les têtes couronnées d’Europe s’entichèrent alors de ce chat à poil long.

Si le véritable ancêtre du chat persan est l’angora turc, en réalité la Perse s’est étendue bien au-delà de son berceau qu’est l’Iran, et de la Turquie. L’empire des rois achéménides allait de l’Inde à la Méditerranée. Les origines du chat persan étaient donc des plus spacieuses…




Au XIXe siècle, quand le chat persan franchit plus modestement la Manche. Les anglais l’appelèrent « chat français » et même « chat chinois », ce qui était modérément frappé au sceau de l’exactitude, mais faisait exotique. Il n’en fallut pas plus l’exposer au Crystal Palace de Londres en 1871 : la consécration « officielle », c’est-à-dire alors mondiale, pour un chat qui connaissait depuis belle lurette, du pays…

Tous les secrets du persan
Tous les secrets du persan

L’aspect du chat persan

Les anglais ne lâchèrent pas l’affaire : pas chauvins, ils croisèrent le persan avec un british shorthair, pour qu’il soit encore plus beau. Le persan en devint un poil plus rond, et surtout doté d’une sacrée garde-robe : c’est vrai qu’en Perse, il était unicolore. Il peut désormais être bicolore, tabby, smokes, silver, shaded, golden, et même chinchilla, un huitième du poil plus foncé : eh oui, « my cat is rich ! ».

Sauf que les anglais n’ont jamais pu reproduite de chat persan noir, il est une véritable rareté au monde, dont de rares spécimens vivent aux États-Unis, et d’autres du côté de leurs origines. Et là, il faut fouiller feu l’empire Perse.



Le chat persan est de morphologie bréviligne : il est donc trapus et les membres courts. Plus douté pour le saut en longueur qu’en hauteur, en somme.

Mais si la morphologie du chat est un critère déterminant, la tête du persan est tout particulièrement singulière : un vrai rond, avec des yeux eux aussi tout ronds, et un museau écrasé. Un rond dont se dégage une impression de douceur, malgré un regard obligatoirement… perçant.

Un chaton persan
Un chaton persan

Le caractère du chat persan

Le chat persan est précisément réputé pour cette douceur. Véritable chat d’appartement, il n’éprouve ni le besoin de chasser, ni de s’agiter en tous sens. Pour autant, le chat persan n’est pas une carpette. Il ne gâche pas son énergie !

Il utilise celle-ci à la vie en société. Ce beau chat a besoin d’être reconnu comme tel : dépendant de son environnement humain, il a besoin que l’on s’occupe de lui, tout en respectant ses plages de sommeil. Le chat persan ne dort pas par paresse !

Le chat persan au quotidien

Attention particulière

Son beau poil a besoin d’être très bien brossé chaque jour, pour lui épargner les nœuds et aussi les puces, qui aiment s’installer dans la fourrure de sa queue. Cela lui évite aussi d’avaler trop de poils, ce qui lui encombre les voies respiratoires et digestives.




Il est également recommandé de lui nettoyer les yeux, qui ont tendance à larmoyer.

Alimentation

Le chat persan a une légère tendance à l’embonpoint. Il faut éviter de trop le nourrir, cela n’est pas bon pour son cœur.

Côté santé

Le chat persan ne souffre pas de tare génétique particulière. En revanche il faut toujours surveiller la mise bas des femelles : la grosse tête des chatons a un peu de mal à passer. Fort heureusement pour la chatte, une portée comprend entre deux à trois chatons seulement.

Le prix d’un chat persan

Le chat persan vaut entre 900 et 1500 euros. Voici nos conseils pour une vente réussie. Votre chat doit :

  • Être tatoué ou pucé
  • Avoir un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire (à noter : aucun vaccin n’est obligatoire)
  • Disposer d’une carte d’identification I-CAD
  • Avoir une attestation de Pedigree

De plus, un contrat de vente en deux exemplaires doit être signé pour sceller la vente.

La rédaction de Toutvert.fr vous suggère :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *