Le Balinais : l’élégance faite chat

Le Balinais doit son nom aux danses de Bali : et sa pérennité à deux américaines. Le cousin à poils longs du siamois est un chat distingué !


Les origines du chat Balinais

Le Balinais est un siamois à poils mi-longs : pour la première fois montré à l’Exposition universelle de 1881, le siamois fit fureur en Europe, puis aux États-Unis. Le côté exotique de ce chat vendu pour sacré aux Occidentaux, faisait rêver de Thaïlande et de Siam.

Dans les années 40 aux États-Unis, une portée de siamois comporta des chatons à poils longs : résurgence d’un gène Angora ou bien mutation génétique ? D’abord écartés en raison de cette « anomalie » au regard du standard siamois, le Balinais fut admis comme race à part entière par le LOOF en 1983.

Pour ce faire, il aura fallu que deux américaines, la californienne Marion Dorsey en Californie et la new-yorkaise Helen Smith à New York, tombent sous le charme de ce « Longhair Siamese », au point de lui donner son nom évocateur.

Quant aux croisements entre chats Balinais et Siamois, ils donnent toujours des chatons à poils courts, alors appelés « variants ».




Chat mangeant de l'herbe
Chat mangeant de l’herbe

L’aspect du chat Balinais

Le poil du Balinais est de l’ordre de la précision de barbier. Côté longueur, ce n’est pas une boule de poils uniforme : c’est au collier, à la culotte et à la queue, que le premier Balinais eut le poil long. Depuis, il a gardé cette coquetterie.

Quant à sa couleur, elle reste celle du siamois : sombre au masque, à la tête, aux oreilles, à la queue et aux pattes, clair au ventre, à la poitrine et aux épaules.

Tout un nuancier, qui se retrouve dans les très pointilleuses teintes admises : le seal point (les extrémités brunes sur une robe fauve, claire ou crème), le blue point, soit des extrémités bleues sur  une robe bleu ciel- blanc, le lilac qui est une teinte magnolia avec des points gris rosé,  le red point, le cream point ou encore le tortie point, mélange de noir et de roux, avec des rayures pour couleur de base.




Tout comme le siamois, le Balinais a les yeux bleus : d’un bleu « le plus intense possible », précise le standard. Des yeux dits orientaux, en amande.

De taille moyenne, le Balinais est de silhouette longiligne. Son élégance tient à la finesse de son ossature et à ses proportions : les hanches et l’encolure sont de même largeur.

Quant à sa queue en forme de fouet, elle est longue, fine, et couverte de poils légers comme une plume d’autruche.

Le caractère du chat Balinais

Tout comme le siamois, le Balinais est très joueur, sociable et affectueux. Cet extraverti est aussi un grand bavard : il sait miauler,  mais de façon douce.

Son autre trait de caractère est certes l’exclusivité : le balinais sait se faire jaloux, en présence de ses congénères. Vous avez compris : à vous de choisir entre lui et un autre chat. Il ne fera pas ami-ami, pas même avec son cousin de siamois.




Le Balinais au quotidien

Attention particulière

Son poil a besoin d’être régulièrement brossé, afin d’éviter les nœuds. Offrez-lui une bonne brosse !

Alimentation

Oubliez le bas de gamme, pour nourrir votre Balinais. A chat racé, alimentation de qualité. N’ayez crainte, ce gourmand ne prendra pas un gramme : ce sportif très actif se dépense physiquement.

Côté santé

A l’instar de tous les chats orientaux, le Balinais peut présenter un risque d’amyloïdose, une insuffisance rénale d’ordre génétique. Celle-ci se déclare à partir de l’âge de trois ans et demi. Mieux vaut alors accepter de ne pas prolonger les souffrances de l’animal, car cette maladie reste, à ce jour, incurable.

Côté santé : le strabisme
Côté santé : le strabisme

Un strabisme convergent peut affecter le Balinais à la robe colour point : et uniquement celui-ci. Une anomalie fréquente, chez le siamois de même couleur de robe. Le lien entre ce strabisme et la couleur de la robe n’est pas une vue de l’esprit : la même allèle coderait les deux.




Le prix du Balinais

Le Balinais se vend entre 450 à 800 euros.

Au moment de l’achat, assurez-vous que votre chat ou chaton soit :

  • Tatoué ou pucé
  • Est un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire (à noter : aucun vaccin n’est obligatoire)
  • Dispose d’une carte d’identification I-CAD
  • Ait une attestation de Pedigree

De plus, un contrat de vente en deux exemplaires doit être signé pour sceller la vente.

La rédaction de Touvert.fr vous suggère ces autres articles sur les chats :




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *