Cavalier King Charles Spaniel : description de cette race de chien

Avec ses grandes oreilles d’épagneul, le Cavalier King Charles aura vu du paysage humain ! Tout une Histoire, qui ne lui a pas ôté un poil de bonne humeur et de sociabilité. Une grande constance en la matière !

L’histoire du Cavalier King Charles : un royal réconfort

La renommée du Cavalier King Charles Spaniel date de l’époque où l’on habillait les garçonnets en fille : ainsi Charles II d’Angleterre (1630- 1685), le « monarque joyeux » puisa-t-il dans sa dose d’humour politique et dans le réconfort apporté par ses épagneuls nains, pour survivre à l’usurpation de règne de Cromwell. De retour au pouvoir, jamais ils ne le quittèrent, y compris dans l’enceinte du Parlement.


Le roi, dit-on préférait ses chiens aux affaires de L’État. Question de confiance ! La reine d’Écosse que fut Marie Stuart, fut quant à elle, emprisonnée puis décapitée en compagnie de son King Charles Spaniel. Quant à Charles 1er, il subit le même sort : son épagneul nain fut épargné et montré à la foule.

Cavalier King Charles
Cavalier King Charles, le meilleur ami de l’homme

O Histoire cruelle, à laquelle le King Charles Spaniel échappa plus facilement que ses maîtres. Le Cavalier King Charles servait aussi de réconfort aux têtes non-couronnées : posé sur les genoux des dames contre les cahots de la route, il attirait aussi les puces à leur place, conformément à la prophylaxie de l’époque.

L’aspect du Cavalier King Charles Spaniel

Avec une telle histoire, le King Charles Spaniel n’est pas n’importe quel chien : son long nez et le « spot » sur le haut de la tête sont ses deux marques insignes. En réalité, la race a été fixée en 1945, pour éviter toute confusion : petit mais avec de grands yeux et de grandes oreilles, il a le poil long et soyeux, sans boucle.




Pour aller plus loin : Race de chien : tout savoir sur nos compagnons

Presque maniaque, que l’apparence du King Charles Spaniel ! S’il est définitivement admis qu’il ne peut avoir que le nez long, quatre robes lui sont autorisées : dont la fameuse « Blenheim », autrement-dit rousse et blanche, avec un « spot » roux sur le blanc du haut de la tête.

Là encore, une question d’histoire et de légende : pendant que le duc de Malborough était parti en guerre, son épouse frotta de nervosité le front de sa chienne en gestation, qui en donna naissance à une portée avec cette fameuse tâche.

Le caractère du King Charles Spaniel : éminemment sociable

A croire que le King Charles Spaniel est un sage : la compagnie des hommes a fait de lui (ou n’a pas annihilé en lui) sa grande loyauté et son dévouement pour ses maîtres. C’est un chien éminemment sociable.




Facile, il est constamment d’humeur très joyeuse. Et s’adapte aux circonstances, ville ou campagne, pourvu qu’il puisse se dépenser un peu tout de même. Il est réellement l’une des meilleures incarnations du meilleur ami de l’homme. Parfait quand on a des enfants.

Et aussi : Anti-douleur pour chien : 10 remèdes naturels

Élevage : quel chien choisir et comment s’occuper de lui ?

De fait, le King Charles Spaniel est capable de courir à perdre haleine après une balle et de se calmer instantanément. Ensuite, un bon bain mensuel lui fait du bien, de même qu’éviter les nœuds dans ses poils. En revanche, ce chien très solide n’est nullement fragile des yeux, comme d’autres races.

 Cavalier King Charles Spaniel
Cavalier King Charles dans la neige

Le Cavalier King Charles Spaniel est un chien de race. A ce titre, exigez :

  • Le certification de son inscription au LOF (ou son code de portée).
  • Le carnet de vaccination à jour et dument signé par un vétérinaire (tatouage ou puce électronique).
  • Le numéro d’identification de la mère.

Son prix ?

Un chiot de King Charles Spaniel coûte environ 1 000 euros.

Les autres chiens d’agrément et de compagnie




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *