Maison & Jardin

CatClo et nos vêtements purifient l’air

Après le tissu révélateur de pollution, qui change de couleur en fonction du degré d’impureté de l’air, voici une autre idée à porter, positive pour l’environnement. Ce nouveau mange-pollution s’appelle CatClo, une combinaison des mots catalytic et clothes (habits). Né de la collaboration entre l’Université de Sheffield et le London College of Fashion, ce liquide additif pour la lessive est capable de capturer les particules polluantes présentes dans l’air.

Sur la base de nombreuses études relatives aux matériaux photo-catalytiques, substances capables d’activer des réactions chimiques au contact de la lumière, CatClo est une substance à base de dioxyde de titane qui capture les particules nocives d’oxyde d’azote, parmi les plus dangereuses pour la santé, présentes dans l’air et émises en grande quantité, en particulier par les automobiles et les installations de conditionnement d’air.

SUR LE MÊME THÈME : peintures « mange-pollution » : définition et bienfaits

L’équipe de scientifiques ainsi que les étudiants du college londonien, soutenus par le Physical Sciences Research Council, ont donc mis au point une poudre à ajouter à la lessive ; une fois les vêtements imprégnés du produit, ce dernier est alors susceptible de retenir les substances polluantes par un processus d’oxydation.

Il suffit tout simplement de porter des vêtements préalablement traités avec CatClo pour capturer jusqu’à 5 grammes d’oxyde d’azote par jour, ensuite éliminés lors du lavage suivant ou par l’intermédiaire de la sueur. Encore en phase d’expérimentation et utilisé comme traitement lors d’une exposition au MOMA, l‘additif anti-pollution pourrait être commercialisé d’ici 2 ans et faire de chacun de nous un ‘porteur sain’ d’une technologie purificatrice de l’air.

Les chercheurs soutiennent que cette substance est inoffensive pour les personnes. Quelques entreprises ont déjà lancé des produits qui en sont recouverts ou imprégnés. Rappelons-nous toute la gamme de revêtement de sol tels que le carrelage anti-pollution ou la peinture mange-pollution.

L’asphalte photovoltaïque se base lui aussi sur ce principe.

Tony Ryan, enseignant à l’université de Sheffield, conclut que « si quelques milliers de personnes citadines utilisent l’additif, cela sera un pas significatif dans l’amélioration de la qualité de l’air ».

Nous sommes prêts à le croire, même s’il reste des doutes quant à l’efficacité du produit.

Anne-Sophie

Anne-Sophie est une traductrice et une rédactrice efficace et professionnelle. Elle a traduit plusieurs articles de toutvert.fr quand il est né et aidé beaucoup à créer le site.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer