Burn out ou syndrome d’épuisement professionnel : symptomes et traitements

Le burn out ou « syndrome d’épuisement professionnel » signifie littéralement « se consumer de l’intérieur ». Un processus qui n’est pas seulement lié au contexte professionnel. Comment le détecter et comment s’en sortir ?


Burn out : définition

Cet épuisement physique et mental est bel et bien physiologique : ainsi que l’explique la psychologue Catherine Vesey dans « Burn-out : le détecter et le prévenir » (Éditions Jouvence), le stress est une réaction physiologique de l’organisme. Or, nous vivons en « mode stress » en permanence : un stress, de surcroît, valorisé.

D’où le fait que le burn out n’est pas un état en soi, mais le stade ultime d’un lent processus. Or, la conscience d’être en burn out est rarement immédiate. D’où la spirale dans laquelle se retrouve celle ou celui qui en souffre.

Le burn out n’est pas non plus réservé aux personnes fragiles. Hommes et femmes, quelle que soit leur profession, sont autant exposés au burn out. Ainsi, un surmenage permanent dû à de lourdes responsabilités, aussi bien qu’un travail répétitif, peuvent conduire au burn out.

Attention à l'épuisement professionnel
Attention à l’épuisement professionnel




Ses symptômes

Premier stade du burn out, la suractivité

On qualifie volontiers le « burn out » de « maladie de l’idéalité » : la personne s’investit dans son travail, au point de lui consacrer une part très importante de son énergie, voire d’en faire son seul motif d’existence.

Un investissement qui, de louable, se transforme en servitude. Il arrive même que la personne en fasse plus qu’on ne le lui demande, et sans toujours de façon efficace. Un surinvestissement qui lui fait franchir ses propres limites, puis perdre le contrôle d’elle même.

Ainsi et par exemple, des personnes perfectionnistes, non pas tant pour la qualité du travail que la quête éperdue d’une reconnaissance d’elles-mêmes.



Que faire de cette peur que jamais rien ne s’arrange ?

Fatigue constante et humeur pessimiste, associées à des douleurs physiques sans cause logique apparente (douleurs musculaires) sont parmi les principaux premiers symptômes du burn out. Mais les symptômes se cumulent selon les sujets :

Ainsi la personne en burn out sera non seulement, épuisée et en perte de confiance en elle, et en même temps cynique. Mais d’autres symptômes apparaissent également : comportementaux, telle que la perte de concentration, l’irritabilité, mais aussi l’inaptitude à prendre des décisions ou encore la dépendance à autrui.

Parmi les symptômes physiques, mentionnons les insomnies, le pouls rapide et l’hyper-tension artérielle, des troubles intestinaux, de la fièvre, la voix elle non plus sans énergie, des problèmes de libido.

Enfin et cela n’est pas le moindre des symptômes, la personne en proie à un burn out cumule les peurs.

Cela peut aller de l’appréhension de la relation à autrui, à la peur de s’évanouir même si elle n’y est pas sujette : jusqu’à une sensation d’écrasement physique. Et, plus généralement, la peur qu’aucune situation de n’arrange jamais, au point d’appréhender perdre son emploi, craindre de tomber malade.

De fait, le stress chronique n’est pas uniquement réservé au contexte professionnel. Ce désespoir peut également affecter un sujet dans le cadre de sa vie privée… de sa vie, tout simplement.




Un test pour détecter un burn out ?

Vous ne vous sentez pas bien et les symptômes décris ci-dessus vous sont familiers ? Vous pensez être peut-être dans ce cas-là ? Sachez qu’il existe de nombreux tests accessibles, notamment sur internet, qui vous proposent en quelques questions d’établir un diagnostic de burn out.

Généralement 3 sujets sont testés : la vie professionnelle, la vie privée mais aussi l’aspect relationnel.

Dans tous les cas, parlez-en à votre médecin qui pourra vous aider, ne serait-ce qu’en vous aiguillant vers les bonnes personnes ou organismes appropriés près de chez vous.

Burn out maternel : l’épuisement des mamans !

Toutes les mamans le savent : doute, fatigue, stress font partie du quotidien quand on élève des enfants. Mais il arrive parfois que cela prenne des proportions bien plus grandes.

La maman se sent dépassée, épuisée. Elle agit par réflexe ou habitude, mais n’a plus cette envie d’être avec ses enfants et de s’occuper d’eux. Parfois un détachement émotionnel se fait sentir.

Cela touche de nombreuses mères, qui ont souvent honte de se confier et d’en parler, à tort.

Burn out : les traitements

Comment sortir de cet engrenage ?

Il faut, tout d’abord, admettre que l’on est en burn out ! Savoir reconnaître que cela ne va pas, n’est pas toujours le point fort des acharnés au travail, ou de ceux qui l’assimilent à un échec. Non, le fait d’aller mal n’est pas un échec.




Totalement décrocher est une phase impérative : le repos complet, physique et surtout mental, est le préalable pour recouvrer son énergie vitale et sa lucidité. Elle seule permet de faire le bon état des lieux, afin de retrouver un équilibre dans la vie : dans la vie professionnelle (quel rapport avec la hiérarchie, quel stress au regard de mon métier ? Etc) et dans sa vie personnelle.

Bien souvent, les personnes en burn out établissent une hiérarchie de leur vie au-delà du temps imparti. Ainsi négligent-elles, par exemple, leur vie privée et amicale, non seulement en termes de temps consacré, mais d’importance. En se convaincant que seul le travail leur est nécessaire. Or, même le plus acharné au travail, a besoin d’un volet affectif dans son existence.

Burn out
Burn out

Autre grand oublié, en cas de burn out : son propre corps. Redécouvrir la joie d’une pratique sportive (pourquoi pas la piscine, de préférence en s’inscrivant à un club de manière à ne pas rester seul), de promenades dominicales dans la nature. S’adonner à des séances de massage ne sont pas une perte de temps. Au contraire !

Sans oublier de retrouver, à nouveau, les plaisirs aussi quotidiens des petits plaisirs de la vie que sont le repas partagés en famille, une grasse matinée le week-end, une sieste, du temps consacré à la rêverie. Décrocher est une bonne façon de se reconnecter à soi-même, puis de prendre de bonnes décisions.

Certaines personnes ont avantage à se faire aider par un psy : il ne faut pas en avoir honte ! Voici qui peut aider à mieux connaître ses propres ressorts psychiques. Le tout, en cas de burn out, est de ne pas récidiver : le principal risque. Autant l’éviter.

Burn out ou dépression ?

Si les deux sont des maladies proches et sévères, il n’est pas toujours aisé de les distinguer.

Les symptômes sont souvent semblables mais diffèrent dans l’intensité ou l’angle de perception. Par exemple, une personne atteinte de burn out aura une sensibilité paradoxale par rapport aux événements extérieurs, alors qu’une personne dépressive se sentira anesthésiée dans ses sentiments.

Notre conseil est d’évidemment de consulter un spécialiste qui saura vous aider et vous orienter. Car si les symptômes ne sont pas les mêmes, les traitements non plus.

La rédaction de Toutvert vous recommande ces articles sur le thème de la santé :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *